Section socialiste de l'île de Ré
Le courage, c'est de chercher la vérité et de la dire. Jean Jaures – Psiledere@aol.com

6 octobre 2011

Primaires : le piège du second tour

Filed under: 13 - PS,14 - Refondation du PS — iledere @ 12:00

Jusqu’ici tout va bien. Le déroulement de la campagne des Primaires citoyennes se déroule sans accroc. Les candidats ont retenu les coups et l’image collective a été préservée. Dès dimanche soir pourtant la situation risque de devenir beaucoup plus tendue voire explosive avec des risques réels de dérapages. Conscient de cette menace, le camp Hollande rêve à un retrait de Martine Aubry à l’issue du premier tour.

L’objectif des primaires n’est pas de voir des candidats s’étriper mais d’officialiser la nette avance de l’un deux par rapport aux autres de façon à lui assurer une dynamique et toute contestation de sa légitimité. Apprendre du passé c’est pour le PS tirer les leçons du congrès de Reims et l’élection contestée de Martine Aubry, à une poignée de voix près devant Ségolène Royal, à la tête du parti.

Il est peu vraisemblable aujourd’hui qu’un candidat soit en capacité de dépasser la barre fatidique des 50% le 9 octobre. François Hollande, selon les sondages, caracole en tête mais tout le suspens porte sur la longueur de son avance. Le député du Finistère Jean-Jacques Urvoas Strauss-khanien historique  rallié à François Hollande résume bien  le malaise d’une partie des socialistes : « Au second tour d’une élection, on élimine… Je n’ai pas envie d’éliminer un socialiste ».

Sur le terrain, les tensions commencent à être palpables entre les différents supporters. Très actifs les partisans de Martine Aubry sont bien décidés à faire leur retard quitte à durcir le ton alors que François Hollande, soucieux de réussir le rassemblement de tous les socialistes à l’issue des Primaires, demande à ses soutiens une attitude exemplaire.

François Lamy, le directeur de campagne de Martine Aubry estime que celui qui sera désigné à 51 % n’aura pas moins de légitimité que celui qui est désigné à 60 %. Sur le papier c’est vrai. Mais, dans l’hypothèse ou François Hollande s’imposerait, la maire de Lille sera-t-elle capable comme Hilary Clinton de ravaler sa déception et de se ranger derrière le vainqueur ? Plus que d’admettre sa défaite d’ailleurs, il sera demandé aux 5 battus de prendre une part active et sincère à la victoire du candidat socialiste. Or certains militants très engagés derrière leur candidat annoncent d’ores et déjà qu’ils pourraient, avec l’excuse de la déception, prendre du recul dans la campagne des présidentielles.

Par Henry Moreigne pour « La Mouette »

Une réponse à “Primaires : le piège du second tour”

  1. serge dit :

    Les primaires ont été organisées pour désigner un candidat (e) qui sera opposé à Nicolas Sarkozy, il nous appartiendra de nous mettre en bonne ordre de marche derrière celle ou celui qui sortira vainqueur des primaires.
    Toute dissension ou toute forme d’égo démesurée serait mortifère et ferait le jeu du pouvoir actuellement en place.
    Seule une union claire et non ambiguë peut nous faire gagner.

Laisser un commentaire

Plate-forme de blogs du Parti socialiste | Propulsé par Wordress Mu | Articles (RSS) et Commentaires (RSS)
Sauf mention contraire, le contenu de cette page est sous contrat Creative Commons Creative Commons