Section socialiste de l'île de Ré
Le courage, c'est de chercher la vérité et de la dire. Jean Jaures – Psiledere@aol.com

31 mars 2011

Gérard Longuet est rattrapé par son passé de conseiller chez GDF-Suez

A peine nommé au ministère de la défense, Gérard Longuet voit les ennuis judiciaires s’accumuler. Alors que l’avocat des familles des victimes de l’attentat de Karachi demande son audition par le juge d’instruction Van Ruymbeke, le nouveau ministre pourrait se voir reprocher une «prise illégale d’intérêts» à la suite des fonctions de conseiller qu’il a exercées dans le cadre d’un contrat avec GDF-Suez entre septembre 2008 et décembre 2009.

Une plainte contre X pour «corruption active et passive, prise illégale d’intérêts, recel, blanchiment, escroquerie, abus de confiance, abus de biens sociaux» va être déposée auprès du procureur de la République par Jean-Marie Kuhn, actionnaire minoritaire de GDF-Suez, comme l’a annoncé en premier L’Express. Elle vise Albert Frère, premier actionnaire du groupe, accusé de gestion de fait, le groupe GDF-Suez et Gérard Longuet (lire le texte de la plainte ici).

«Pendant ces quinze mois, Monsieur Longuet, au Sénat, va défendre les positions favorables à GDF-SUEZ notamment en vue de l’adoption de la loi NOME (Nouvelle organisation du marché de l’électricité). On comprend aisément les véritables motivations de monsieur Longuet qui se trouve dans une situation incontestable de prise illégale d’intérêts sous couvert d’une hypocrisie majeure en faisant miroiter la défense du bien commun alors qu’il est rémunéré par GDF-Suez. On comprend aussi pourquoi ni GDF-Suez ni monsieur Longuet n’ont jamais osé produire le contrat qui les lie, ce qui m’interdit malheureusement de le joindre à la présente malgré son importance majeure», est-il écrit dans la plainte.

Mediapart avait révélé l’existence de ce contrat de conseil passé entre Gérard Longuet, alors président du groupe UMP au Sénat, et GDF-Suez en juillet 2010. Le groupe et Gérard Longuet avaient confirmé l’existence de ce contrat ayant pour objet, selon leurs déclarations, « le développement du nucléaire dans le monde». Ni l’un ni l’autre n’y voyaient le moindre conflit d’intérêts ou détournement de la loi. Ils avaient refusé d’en révéler le montant.Selon nos informations, le montant se serait élevé autour de 450.000 euros, une partie étant payée directement à sa société de conseil Sokrates et une autre directement à l’intéressé. Interrogé, un porte-parole de GDF-Suez nous a déclaré ne pas être en mesure de confirmer ou d’infirmer ces chiffres. Il a assuré, en revanche, que le contrat avait été passé avec la seule société de conseil de Gérard Longuet. Cette dernière n’a pas déposé de comptes depuis 2009 auprès du tribunal de commerce. (more…)

5 mars 2011

Les Longuet, une famille formidable

Filed under: 10 - Chronique de la haine ordinaire,20 - UMP — iledere @ 6:30

Avec les Longuet, l’expression «famille politique» prend un autre sens. Alors que Gérard vient d’être nommé ministre de la défense, sa femme, Brigitte, est pressentie pour devenir vice-présidente de la Commission nationale des professions libérales, nommée par le ministre Frédéric Lefebvre. Tandis que leur fille Aurore travaille comme «conseillère-fantôme» au cabinet de Nathalie Kosciusko-Morizet, ministre de l’environnement.

Népotisme? Brigitte Longuet trouve la question «choquante. Les professions libérales, c’est ma vie. Ce poste de vice-présidente serait une forme d’aboutissement. Ma carrière et celle de mon mari n’ont jamais été liées. Poser cette question, c’est m’atteindre profondément dans ma valeur de femme au travail».

Brigitte Longuet est avocate depuis près de 40 ans. Elle explique que tout son parcours la qualifie pour occuper une telle fonction. Mais cette fonction, c’est elle-même qui l’a façonnée.

En septembre 2009 en effet, Hervé Novelli, alors secrétaire d’Etat chargé du commerce et des services, lui confie une mission de réflexion sur l’avenir des professions libérales. Pourquoi elle? «Son cabinet n’est pas vraiment un des plus grands de la place. Ça aurait pu être 300 autres personnes», assure un membre de la commission qui s’appelait encore à l’époque la Commission nationale de concertation des professions libérales (CNCPL, une instance consultative où siègent des représentants du secteur). Mais Hervé Novelli n’a visiblement pas eu envie de chercher trop loin. Il connaît très bien Brigitte et surtout son mari Gérard: dans les années 1960, déjà, ces deux amis militaient coude à coude au sein du groupe d’extrême droite Occident. A présent, ils pilotent ensemble le club des Réformateurs (incarnation de l’aile libérale de l’UMP), respectivement comme numéros un et deux.

Brigitte Longuet explique que cette mission prestigieuse, «non rémunérée», lui a pris quatre mois, pendant lesquels elle a travaillé «entre 12 et 14 heures par jour». Au bout du compte, en janvier 2010, elle émet plusieurs propositions, comme celle de refaire des «professions libérales» un département ministériel à part entière (ce qui est acté dès le remaniement de novembre 2010). Surtout, elle veut donner plus de pouvoir à la CNCPL. Ses idées, que les professionnels ne jugent pas infamantes, trouvent assez peu d’échos; rebaptisée «Commission nationale des professions libérales», la nouvelle commission continuera demain de se borner à un rôle consultatif. Mais pour beaucoup, à l’issue de sa mission, l’avocate a su se faire entendre sur un point: la création d’un poste de vice-président (exerçant le véritable leadership, la présidence revenant de droit au ministre). (more…)

27 septembre 2010

Longuet dément avoir payé une maison grâce à une dotation en timbres rares

Filed under: 20 - UMP — iledere @ 12:00

Gérard Longuet (AFP)Martin Hirsch accuse le président du groupe UMP au Sénat d’avoir financé en partie l’achat d’une maison avec des dotation en timbres rares reçus en tant que ministre des Postes.

Le président du groupe UMP au Sénat Gérard Longuet dément dans l’édition du JDD de samedi 25 septembre avoir, dans le passé, financé en partie l’achat d’une maison avec des timbres rares reçus en tant que ministre des Postes entre 1986 et 1988, accusation soutenue par Martin Hirsch.
Dans son livre, « Pour en finir avec les conflits d’intérêts », l’ex-Haut commissaire aux solidarités actives Martin Hirsch révèle que pendant des années le président de la République, le Premier ministre, les ministres des Postes et des hauts fonctionnaires recevaient des timbres de collection.

Certains avaient pour habitude de les revendre, se constituant alors de confortables primes.

Sans le nommer, il évoque le cas d’un homme politique dont il avait eu à examiner le cas dans le cadre de ses fonctions au sein de la commission pour la transparence financière de la vie politique.

Démenti
Apparaissait dans son patrimoine « une maison dans le sud de la France », dont l’intéressé expliquait qu’il avait pu la financer « en grande partie » par « la vente de timbres », poursuit M. Hirsch. Interrogé plus avant, il expliquait alors que ces timbres « lui avaient été offerts pendant son mandat » et que les ventes réalisées « se chiffraient à plusieurs centaines de milliers de francs ».

Interrogé par le JDD, Gérard Longuet ne cache pas qu’il s’agit de lui mais oppose un démenti formel à Martin Hirsch, assurant qu' »évidemment cette maison n’a pas été pas été payée en timbres ».
Alors ministre des Postes, il reconnaît avoir bénéficié de la dotation en question et avance que la revente de ces timbres rapportait « l’équivalent de 1.000 euros pas mois ». « Je recevais un chèque mensuel et cette rémunération était une prime déclarée. Mais pour payer ma maison avec cela, il aurait fallu que je sois ministre plus de cinquante ans« .
Contacté par le JDD, Martin Hirsch « maintient l’essentiel de ses écrits« . « Je viens d’adresser une lettre à Gérard Longuet dans laquelle je lui rappelle ce qu’il avait déclaré à la commission« , ajoute-t-il.

(Nouvelobs.com, avec AFP)

23 septembre 2010

Révélation : quand Gérard Longuet était arrosé par la Poste

Filed under: 20 - UMP — iledere @ 12:30

Incroyable. Selon Martin Hirsch les ministres des PTT, et d’autres responsables politiques recevaient des timbres de collection d’une grande valeur, dans la plus grande opacité, jusque dans les années 1990. Premier visé : Gérard Longuet, actuellement président du groupe UMP du Sénat.

C’est devenu habituel : lorsque Martin Hirsch publie un livre, il « balance » une personnalité publique, de façon codée. En juin dernier, dans « Secrets de fabrication », il avait conté la radinerie d’un très grand patron français, qui avait refusé de l’aider dans sa lutte contre la pauvreté. Il s’agissait en fait de Louis Schweitzer, à l’époque PDG de Renault-Nissan.
Cette fois-ci, dans son essai intitulé « Pour en finir avec les conflits d’intérêts », à paraitre le 29 octobre aux éditions Stock, l’ex-Haut-commissaire aux solidarités raconte comment la Poste, entreprise publique, gâtait ses ministres de tutelle, en leur attribuant « des timbres d’une valeur de plusieurs milliers d’euros chaque année (…) ainsi qu’à quelques autres responsables publics, très haut placés ». Hirsch de donne pas de nom, mais il suffit de regarder un calendrier politique. Qui était ministre des Postes et télécommunications en 1986-1988 (gouvernement Chirac) puis en 1993-1995 (gouvernement Balladur) ? Gérard Longuet, actuel président du groupe parlementaire UMP au Sénat, et très écouté à l’Elysée.

Donc à lire Martin Hirsch, Gérard Longuet a reçu  des « épreuves de luxe »,  « d’une valeur marchande bien supérieure (aux timbres premiers jours, très cotés, NDLR) : ils présentaient par leur nombre restreint une rareté qui les différenciait. Ce système était l’un des mieux gardés de la République. Probablement seuls les bénéficiaires connaissaient ce stratagème astucieux et lucratif ».

Puis Hirsch raconte comment en travaillant dans la Commission pour la transparence financière de la vie politique, il s’était aperçu qu’entre les déclarations de patrimoine (sur l’honneur) de certains il y avait un hiatus entre l’entrée et la sortie. « Apparaissait en cours de mandat dans le patrimoine d’une personnalité une maison dans le sud de la France. (more…)

25 septembre 2011

Affaire Karachi : le vide se fait autour de Balladur

Filed under: 20 - UMP — iledere @ 12:00

Edouard Balladur à l'Assemblée nationale pour une audition, le 5 mai 2010 (Jacky Naegelen/Reuters).« Edouard ne passera pas à travers les gouttes. » Depuis jeudi, cette formule, attribuée par Le Monde à « un proche du président » de la République, résume la décision prise par l’Elysée : pas question de couvrir Balladur si le juge Van Ruymbeke remonte jusqu’à lui dans l’enquête sur l’affaire Karachi. Nicolas Sarkozy a lâché son ex-mentor. Est-il temps pour Balladur de songer à singer l’anosognosie ?

Bien sûr, l’ex-Premier ministre a son passé, sa carrière, sa stature. Mais jusqu’à cette semaine, Balladur tirait l’essentiel de son influence du fait qu’on lui en prêtait beaucoup auprès de Nicolas Sarkozy.

Balade au bois de Boulogne
« Ses journées », décrit un ancien conseiller, « c’est écrire des livres et recevoir des visites de gens qui pensent que comme il est influent auprès de Nicolas Sarkozy, ce sera bien pour eux. »

Le Parisien veut croire que sous les « apparences débonnaires » qu’il a lorsqu’il promène son chien au bois de Boulogne, Balladur conservait « une influence majeure sur Nicolas Sarkozy », qui, dit-on, voyait en lui « un père de substitution ».

Le Président l’a consulté au moment de procéder à des remaniements. Surtout, il lui a confié la présidence de deux comités : celui sur la modernisation des institutions, puis celui sur la réforme des collectivités locales. Il lui a aussi proposé d’entrer au Conseil constitutionnel – offre déclinée.

Dernier hochet : Sarkozy l’a nommé, en juillet, « envoyé spécial du G8 pour la mise en œuvre du partenariat de Deauville consacré au soutien aux pays arabes dans leur transition vers des sociétés libres et démocratiques ». Cette mission devait durer jusqu’au 31 décembre. On sauvera les apparences. (more…)

6 septembre 2011

Mobilisation sociale et primaires socialistes

Filed under: 20 - UMP,21 - Mensonges de Sarko — iledere @ 12:00

L’UMP prépare un programme anti-social pour 2012.
Le responsable de ce programme, Bruno Le Maire, a le toupet de dire qu’il coûtera « zéro euro au pays ». La politique de Sarkozy coûte pourtant très cher au pays. Deux tiers du déficit public de la France, c’est la cour des comptes qui le dit, sont dus à cette politique (exonérations et cadeaux fiscaux pour les plus riches) ! Bruno Le Maire va plus loin. Il provoque et menace en s’interrogeant sur la capacité de la France à « garder un dispositif d’indemnisation chômage parmi les plus généreux au monde ». Cela vise à opposer les salariés privés d’emploi à ceux qui en ont un, voire même les chômeurs entre eux ! Plus fondamentalement, pour la droite et le Medef il faut sans doute en finir avec une indemnisation du chômage basée sur les cotisations sociales, pour ne conserver qu’une aumône versée aux chômeurs !

Dure cette rentrée pour des millions de salariés !

Le plan d’austérité Sarkozy-Fillon n’est qu’un avant goût de ce que serait la politique gouvernementale après 2012 si par malheur Sarkozy était réélu. La droite fait les yeux doux aux spéculateurs et à leurs agences de notation, ce qui a pour conséquence une hausse du chômage et des salaires bloqués. L’intersyndicale CGT, CFDT, UNSA, FSU, Solidaires appelle à une journée d’action interprofessionnelle le 11 octobre. Pas étonnant que, outre les exigences prioritaires « emploi et pouvoir d’achat », le texte commun intersyndical exige « l’abandon de la taxation des complémentaires santé, la suppression des exonérations et de la défiscalisation des heures supplémentaires ; la conditionnalité de toute aide publique à son efficacité sociale et économique, aux politiques sociales dans les entreprises, et la mise en œuvre de la taxe sur les transactions financières ». (more…)

3 août 2011

Le jour où Sarkozy a perdu en Libye

Filed under: 20 - UMP,21 - Mensonges de Sarko — iledere @ 6:30

Pour le quotidien conservateur italien, l’aventure libyenne du président français est un échec patent. Même si le Parlement a choisi de reconduire les opérations menées contre le régime Kadhafi, la façon dont elle a été menée n’a pas permis d’atteindre l’objectif fixé.

Kadhafi peut rester, dans une autre pièce de son palais, avec un autre titre. » L’auteur de cette déclaration n’est pas le Premier ministre russe, Vladimir Poutine, ni son homologue turc, Recep Tayyip Erdogan, mais – aussi surprenant que cela puisse paraître – Gérard Longuet, le ministre de la Défense de Nicolas Sarkozy. Même l’Agence France-Presse, qui la rapporte, parle de « revirement« . Ce changement de cap ébauché par Longuet pourrait signifier une victoire substantielle pour le colonel Kadhafi et n’est autre qu’une remise en cause sévère de la stratégie de la France (mais aussi du Royaume-Uni, des Etats-Unis et donc de l’Otan), qui, jusqu’à présent, a dicté la guerre en Libye.

L’opération militaire visait à éliminer (y compris physiquement) le raïs, à retirer toute légitimité au gouvernement de Tripoli et à reconnaître le Conseil national de transition (CNT) de Benghazi comme seul gouvernement légitime du pays. Ces objectifs se sont révélés irréalisables, eu égard à la prévisible résistance de Kadhafi – mais ni Sarkozy, ni le Premier ministre anglais David Cameron, ni Barack Obama ne l’avaient prévue – et à l’incompétence manifeste de ce Conseil national de transition. Maintenant, Paris – ou, du moins, Gérard Longuet –, ayant pris acte de l’impasse dans laquelle se trouvent les opérations et alors que le Parlement devait voter [le mardi 12 juillet] la poursuite de la mission française, veut donc que cette guerre finisse au plus vite. Conclure la mission dans cette situation aurait un coût politique très élevé, puisque le ministre français a ouvertement suggéré l’hypothèse que Kadhafi reste en Libye et garde un rôle central dans la vie du pays. (more…)

17 juillet 2011

Armée française : risque de surchauffe

Filed under: 09 - Evènement — iledere @ 6:30

Gérard Longuet, le ministre de la défense, a présenté le 31 mai 2011 l'architecture du projet Balard, à Paris.Le ministère des finances a décidé que le défilé militaire du 14-Juillet coûtait trop cher. Comme d’autres démocraties, la France renonce à sa démonstration annuelle. Elle se contentera d’un logiciel de simulation pour donner au pays un aperçu des capacités de son armée.

Ce scénario de fiction le restera-t-il longtemps ? Le 14 juillet 2011 a lieu dans un climat tendu entre les armées et le pouvoir politique. Le débat actuel sur la « surchauffe » que provoqueraient les opérations en cours en témoigne.

En France, comme au Royaume-Uni au même moment, les chefs militaires ont averti : ils ont des difficultés pour durer. Après l’Afghanistan, la lutte antiterroriste au Sahel, la Côte d’Ivoire, ils ont pu répondre aux demandes urgentes de la « diplomatie militaire » en Libye grâce à une bonne planification. La période est à la « suractivité » comme l’a dit le chef d’état-major de la marine, l’amiral Pierre-François Forissier, plus qu’à la « surchauffe ». Mais celle-ci est pour demain. Car les armées n’ont plus assez de marge pour, à la fois, combattre et régénérer le potentiel militaire.

Pendant que la marine et l’armée de l’air remplissent leur mission en Libye, la formation des jeunes pilotes est arrêtée. Si l’opération dure jusqu’à la fin 2011, l’unique porte-avions français, outil-vitrine à disposition du président, sera au port en 2012 pour renouveler les équipements et qualifier les hommes aux normes exigées par l’OTAN. Plus généralement, à l’arrière du front, les matériels manquent pour l’entraînement. La disponibilité est mauvaise, moins de 50% pour les avions. Le moral n’est pas bon. (more…)

20 avril 2011

GDF-Suez :la bonne affaire des réseaux gaziers

Albert FrèreLa grande compréhension dont le gouvernement fait preuve à l’égard de GDF-Suez, et de ses actionnaires, ne se dément pas. Après lui avoir confié les clefs du groupe gazier, lui avoir laissé toute latitude sur l’instauration des tarifs, avoir adopté nombre de textes lui facilitant la vie, la puissance publique s’apprête à nouveau à lui donner un coup de main financier.

Pressé par ses actionnaires – et surtout Albert Frère, (notre photo) le premier d’entre eux –, de réduire un endettement qui est passé de 12 à 31 milliards d’euros depuis la constitution de GDF-Suez en juillet 2008, Gérard Mestrallet, PDG du groupe, s’est en effet engagé à céder 6 milliards d’euros d’actifs dans l’année. Parmi ces cessions, il prévoit de vendre une partie de sa filiale de transports de gaz, GRTgaz. Une opération qui s’annonce sous les meilleurs auspices pour le groupe et ses actionnaires.

Jeudi, GDF-Suez a confirmé avoir engagé des pourparlers avec la Caisse des dépôts, sa filiale CDC Infrastructures et la CNP, bras armés de la puissance publique, en vue d’ouvrir le capital de GRTgaz. Les trois partenaires publics réunis au sein du consortium doivent prendre environ 25% du capital de la filiale du réseau de transports, aux côtés de GDF-Suez, qui conservera le reste du capital.

En apparence, cette opération est simple. Il s’agit, selon la présentation officielle, d’une de ces nombreuses rectifications de frontières qui occupent le monde de l’énergie depuis la libéralisation du secteur. Dans le cadre de l’ouverture à la concurrence, l’accès aux réseaux de transport doit être garanti à tous. GRTgaz, qui dispose de près de 32.000 kilomètres d’infrastructures gazières, et toutes les stations de compression, se doit, dans ce nouveau cadre, de donner tous les gages d’indépendance. Le fait d’être entièrement contrôlé par GDF-Suez peut nourrir le soupçon de la commission européenne, très pointilleuse sur les apparences de la libéralisation.

Quoi de plus normal donc que faire entrer des institutionnels publics. La CDC est dans son rôle traditionnel d’investisseur à long terme, gérant du patrimoine public. Quant à la CNP, groupe public d’assurance, c’est sa vocation de prendre des participations dans des actifs au rendement régulier. Le fait que le président du groupe d’assurances, Edmond Alphandéry, siège aussi de longue date au conseil de Suez, a pu faciliter un peu l’avancée du dossier. (more…)

Page suivante »

Plate-forme de blogs du Parti socialiste | Propulsé par Wordress Mu | Articles (RSS) et Commentaires (RSS)
Sauf mention contraire, le contenu de cette page est sous contrat Creative Commons Creative Commons