Section socialiste de l'île de Ré
Le courage, c'est de chercher la vérité et de la dire. Jean Jaures – Psiledere@aol.com

30 mars 2011

Emploi des jeunes : le Medef abat ses cartes

Filed under: 04 - Emploi formation — iledere @ 12:00

Pour la première fois depuis l’ouverture de la négociation paritaire sur l’emploi des jeunes, le Medef sort des généralités et avance des mesures chiffrées. Dans un document de travail qui sert de base à la séance de négociation d’aujourd’hui, il propose un arsenal de mesures en faveur de plus de 85 000 jeunes de moins de 30 ans et suggère, ce qui fera débat, d’affecter une partie des réserves de l’Association pour l’emploi des cadres (APEC) au financement de ces dispositifs.

Le projet de texte patronal, assez court, propose d’abord “un accompagnement individuel renforcé” pour les jeunes, qualifiés ou pas, ayant des difficultés d’accès à l’emploi. Son objectif est clair : favoriser leur accès à un emploi durable (au moins six mois). Mis en oeuvre par le service public de l’emploi ou par ceux qui y participent, le dispositif comporterait une phase de diagnostic de la situation du jeune. Viendraient ensuite le temps de la construction de son projet professionnel (via notamment une remise à niveau, des ateliers d’acquisition de techniques de recherche d’emploi etc), puis la mise en relation avec des entreprises ayant des besoins identifiés de main d’oeuvre et un suivi par un tuteur.

Le tout durerait douze mois et, pour éviter les décrochages, pourrait être prolongé par un suivi de six mois après l’embauche. Le Medef propose que cet accompagnement renforcé bénéficie à “au moins 20 000 jeunes en 2011, pour un coût de 34 millions d’euros” et qu’il soit “financé par l’affectation, au titre de la solidarité, d’une partie des réserves de l’Apec”.

Dans son article 2, la copie patronale préconise des mesures spécifiques en direction des diplômés de l’enseignement supérieur issus de filières généralistes ou de jeunes sortis sans diplôme de l’enseignement supérieur. C’est à l’Apec, estime le Medef, qu’il convient de confier le pilotage de ce dispositif comportant une phase d’orientation des étudiants, de définition de et de préparation d’un projet professionnel et, éventuellement une formation ou une préparation opérationnelle à l’emploi (POE).

Cela suppose ”un partenariat étroit entre l’Apec, les entreprises et les branches professionnelles qui l’informent sur leurs besoins de main d’oeuvre, et les établissements d’enseignement supérieur”. 20.000 jeunes par an bénéficieraient de cet accompagnement en 2011 et 2012. Le coût total de la mesure est de 35 millions d’euros, que le Medef, là aussi, propose de mettre à la charge de l’Apec. (more…)

23 mars 2011

Chômeurs en fin de droits : vogue la galère !

Filed under: 04 - Emploi formation — iledere @ 12:00

Pendant que les partis politiques mobilisés pour le deuxième tour des cantonales se posent la question de leur avenir, l’angoisse et le manque de perspectives continuent de toucher un million de chômeurs qui vont arriver en fin de droits cette année !

Même si on peut le regretter, le résultat des élections cantonales n’est pas en mesure d’infléchir les orientations économiques et sociales du président et de son gouvernement.

C’est d’autant plus regrettable qu’alors que le chômage reste à ce jour la principale préoccupation des Français, ils n’ont obtenu de la part du gouvernement que la déclaration de Claude Guéant : « (…) Les Français, à force d’immigration incontrôlée, ont parfois le sentiment de ne plus être chez eux (…) Nos compatriotes veulent choisir leur mode de vie, ils ne veulent pas qu’on leur impose » – Le Point

Mais le plus grave c’est que l’UMP ne semble faire aucun lien entre cette préoccupation, liée à la politique de l’emploi du gouvernement, qu’elle soutient, au point, comme l’explique Europe 1, qu’elle a « (…) décidé de commander plusieurs enquêtes d’opinion sur le profil des 56% d’abstentionnistes au premier tour des cantonales de dimanche dernier (…) Sachant que le but de ces enquêtes est de (…) savoir si le FN pourra puiser dans cette réserve de voix pour la présidentielle, ainsi que pour les prochaines législatives (…) »

Et pourtant, rappelle France Info : « (…) Il y aura cette année un million de chômeurs qui vont arriver au bout de leur droit à une indemnité de chômage. Pour les moins de 50 ans, elle est versée pendant deux ans (…) » Après, il faut viser, entre autre, l’ASS : « (…) 460 euros par mois. Pour six mois. Et avec des conditions. Celle d’avoir d’abord tenté de décrocher un emploi aidé, c’est-à-dire un contrat avec une association, une collectivité locale, une entreprise dans un dispositif d’insertion dans le monde du travail. Ou une formation rémunérée. Le tout piloté par Pôle Emploi (…) » (more…)

14 janvier 2011

Précarité des femmes : Quand Pôle Emploi s’inspire de la téléréalité !

Filed under: 04 - Emploi formation — iledere @ 6:30

><b>Précarité des femmes : Quand Pôle Emploi s'inspire de la téléréalité !S’il suffisait aux femmes touchées par la précarité ou le chômage d’une  » journée relooking » de haut de gamme pour en sortir, ça se saurait ! C’est pourtant ce que Pôle Emploi entend faire avec une fondation dont l’épouse du premier ministre est la marraine.

Alors qu’on se gargarise au gouvernement sur l’égalité des chances et la parité, le Secours Catholique fait un constat : les femmes sont les  » premières victimes de la pauvreté  » ! Ils l’indiquaient dans un rapport publié par le Journal La Croix :  » (…) Les femmes représentent 54,4 % des personnes accueillies en 2008 alors qu’elles n’étaient que 51 % en 1989. Surtout, leur vulnérabilité augmente : près de six femmes sur dix vivent seules, 7,6 % travaillent à temps partiel contre 2,5 % des hommes rencontrés et, à l’âge de 35 ans, 83 % d’entre elles ont des enfants à charge contre seulement 53 % des hommes (…)  »

A ces difficultés s’ajoutent les mesures de baisse de plusieurs aides sociales annoncées par François Baroin et … un nombre officiel de chômeurs de 4,019 millions

Comment dans ces conditions retrouver, durablement, sa place dans le monde du travail ?

Faute d’apporter des réponses en créant des emplois, il existe un discours droito-libéral qui consiste à expliquer à ces femmes que ce n’est pas le travail qui manque mais … leur apparence qui est un frein à leur emploi !

C’est semble t-il la voie qu’a choisit Pôle Emploi qui s’est associé à la fondation EREEl, en recyclant le concept de l’émission de M6 : « Nouveau look pour une nouvelle vie  » Emission dans laquelle, des femmes ont décidé de changer leur image et leur look. Et présentée par l’inénarrable Cristina Cordula ( ma chériiiie) qui dirige une agence de conseil en image

En effet, c’est par un communiqué du 10 janvier, baptisé : « 1ère journée Action Relooking » que Pôle Emploi présente l’opération (more…)

19 décembre 2010

Agenda social du MEDEF : Les jeunes en « stand by » et les seniors sur la touche !

Filed under: 04 - Emploi formation — iledere @ 6:30

Enchantée par l’offre de la CFDT de « passer à autre chose » après le conflit des retraites, Laurence Parisot vient de communiquer aux syndicats son « agenda social ». Celui-ci, freine des 4 fers sur les jeunes et fait l’impasse sur l’emploi des seniors !

Le MEDEF n’a pas mis longtemps à réagir aux propos de Xavier Bertrand le ministre du travail qui avait indiqué :  » (…) qu’il allait lancer une « concertation spécifique » avec les partenaires sociaux sur l’emploi des jeunes, notamment pour trouver de « nouveaux outils » sur l’alternance (…)  »
Laurence Parisot, s’appuyant sur un courrier envoyé aux syndicats :  » (…) pour leur proposer la « trame » d’un agenda social pour les deux années à venir (… )  » n’a pas retrouvé le ton « aimable », employé sur les plateaux de télévision, nous expliquent Les Echos
 » (…) Le contenu sera borné : « Il n’est pas question d’inventer un méandre de plus dans les usines à gaz des particularités contractuelles », a indiqué hier Laurence Parisot. Le mandat est plutôt d’ « améliorer, optimiser voire créer » des dispositifs « opérationnels », par exemple sur le logement des jeunes, un sujet déjà évoqué ces derniers mois (…)  »
Du côté de l’apprentissage, que Nadine Morano, qualifie : «  (…) d’ objectif national partagé (…)  »
La réponse est nette :  » (…) L’accroissement des effectifs en apprentissage et en contrat de professionnalisation dépend d’abord du carnet de commandes, d’une simplification des procédures et d’une baisse de la durée de la formation en apprentissage (…)  »

En bref, il est urgent de ne rien faire ou alors en revoyant à la baisse la qualification des jeunes !
En ce qui concerne l’emploi des seniors : le dossier est renvoyé … à plus tard, au fait que : (…) Nous sommes prudents et souhaitons avancer pas à pas », a-t-elle indiqué, privilégiant la mise en oeuvre des plans d’action dans les branches et entreprises (…) « 

C’est à dire immobilisme total pour une population que le MEDEF veut faire travailler plus longtemps !
Et pourtant, que déclarait le même MEDEF au sujet de l’emploi des seniors en mars 2006 ?
 » (…) Trop de personnes en France sont écartées du marché du travail en raison de leur âge. Il faut faire changer les mentalités (…) «  Senior Actu

Puis en avril 2008
 » D’une part, et comme l’ont fait l’ensemble des pays européens, il faut relever l’âge légal de la retraite (…) toutes les études et statistiques le montrent en effet chez nos voisins : les salariés restent plus longtemps dans les entreprises (…) Ensuite, il faut supprimer la dispense de recherche d’emploi pour les plus de 57 ans et demi. Cette dispense n’incite pas à rechercher du travail (…)  » – Senior Actu (more…)

9 décembre 2010

Emplois à domicile : Passage en force…

Filed under: 04 - Emploi formation,20 - UMP — iledere @ 12:00

12639_200752794803_50663584803_4022902_2129053_n.1291734549.jpgEmplois à domicile : le gouvernement impose la suppression de l’abattement sur les cotisations sociales

Le gouvernement a imposé, à travers une seconde délibération mardi 7 décembre au Sénat, la suppression de l’abattement de 15 % sur les cotisations sociales des particuliers-employeurs cotisant sur l’assiette réelle. Il a ainsi annulé le vote des sénateurs, survenu samedi 4 décembre. La commission des finances a donné un avis favorable à cette seconde délibération qui portait sur 24 amendements au total.

Le gouvernement avait inscrit la suppression de cette exonération dans le projet de budget pour 2011. Mais les députés avaient, dans un premier temps, décidé de maintenir un abattement de 10 %, avant que les sénateurs rétablissent le taux de 15 % (lire ici).

“La suppression de cet avantage social” constitue “l’une des économies les plus importantes du projet de loi de finances. C’est 460 millions d’euros de gains pour le budget de l’État l’année prochaine et 700 millions en 2012″, a rappelé M. Baroin. “En revanche, nous ne touchons pas à l’avantage fiscal associé à ce dispositif (4 milliards de crédit d’impôt)”, a-t-il ajouté.

M. Baroin avait indiqué, dès dimanche 5 décembre au Sénat, que le gouvernement ferait annuler le vote sur les emplois familiaux.

Le premier ministre, François Fillon avait prévenu, mardi 7 décembre lors de la réunion hebdomadaire du groupe UMP à l’Assemblée nationale, qu’il voulait revenir à la copie votée par les députés, voire au texte initial, sur un certain nombre de sujets figurant dans le projet de budget, comme les emplois familiaux, l’aide médicale d’Etat (AME), ou la fin de la publicité sur France Télévisions.

Le gouvernement avait déjà fait annuler, par une seconde délibération, 39 amendements qui avaient été adoptés par les députés, dont celui relatif aux emplois à domicile (lire ici).

Commission mixte paritaire
M. Baroin a par ailleurs indiqué qu’il renvoyait à la commission mixte paritaire (réunissant députés et sénateurs) le soin de s’accorder sur un certain nombre d’autres sujets afin de “tenir l’objectif de réduction des déficits”. Il a notamment fait allusion au sujet des HLM et de l’Anru. (more…)

25 novembre 2010

Auto-entrepreneurs, voici venu le temps de payer la CET

Filed under: 04 - Emploi formation — iledere @ 12:00

Depuis le 1er janvier 2010, la « contribution économique territoriale » remplace la taxe professionnelle. Si vous avez créé votre auto-entreprise avant cette date et que vous n’avez pas opté pour le versement libératoire de l’impôt sur le revenu, vous êtes redevable de la CFE, incluse dans la CET, dans les mêmes conditions que les autres entreprises.

En dehors de quelques petits salopards de pseudo-patrons parasites sans scrupule qui ont exigé de leurs salariés qu’ils deviennent auto-entrepreneurs, leur retirant ainsi les congés payés, les indemnités de licenciement, les primes de précarité, absolument tout droit du travail, toute protection contre le licenciement et le chômage et récupérant au passage le montant des cotisations sociales, ce qui leur permet désormais de changer leur putain de 4×4 deux fois par an au lieu d’une,

En dehors du fait qu’en tant qu’auto-entrepreneur ayant opté pour le prélèvement libératoire, on vous taxe sur votre chiffre d’affaires et non sur vos bénéfices, peu importe ce qu’il vous en a coûté pour réaliser ce chiffre d’affaires,

Voici que maintenant, la remplaçante de la taxe professionnelle (ah, vous pensiez que cette taxe avait été supprimée ? Idiots de sarkozystes que vous êtes ! La grande annonce c’était la suppression de cette taxe, mais en douce ils en ont créé une autre beaucoup plus injuste et tordue !), la Contribution Économique Territoriale ou CET, pas encore célèbre mais qui ne devrait pas tarder à le devenir, s’invite à prélever le peu qu’il restait aux auto-entrepreneurs.

Incluse dans la CET, on trouve la Cotisation Foncière des Entreprises ou CFE. La CFE n’a aucun lien avec les chiffres d’affaires et bénéfices tirés : elle est uniquement liée à la valeur locative des locaux professionnels. Ainsi, même si vous exercez depuis votre domicile, vous devrez en vous acquitter. La cotisation minimale est fixée librement par la commune ou la communauté de communes de vos «locaux professionnels». Cette nouvelle taxe se fiche de vos bénéfices ! Que vous en fassiez ou pas, amis auto-entrepreneurs, vous allez raquer ! Le minimum se situant dans la petite fourchette de 200 à 2.000 €.

(…) Le nombre des créations d’entreprises est en chute libre (-8,5% en octobre). Si l’on retire les auto-entrepreneurs du comptage, il a chuté de près de 27% ! D’ailleurs, depuis début 2010, plus d’une demande de création d’entreprise sur deux se fait sous le régime de l’auto-entrepreneur. (more…)

6 novembre 2010

Fortes tensions autour de Pôle emploi et du budget « travail »

Filed under: 04 - Emploi formation — iledere @ 12:00

La direction de Pôle emploi a confirmé hier la suppression de 1.800 postes l’an prochain. Les syndicats, qui se mobilisent mardi, dénoncent une « agression ».

C’est, avec les retraites, un autre foyer de tension entre le gouvernement et les syndicats. Alors que la baisse du chômage reste chaotique, la direction de Pôle emploi a confirmé, hier, la suppression de 1.800 postes d’ici à la fin 2011, sur les 49.000 salariés que compte l’organisme public. Quelque 1.500 CDD ne seront pas renouvelés et 300 postes permanents seront supprimés. La contribution à la lutte contre le déficit avait beau avoir été évoquée depuis plusieurs mois, l’annonce officielle des suppressions de postes, hier, va contribuer à la détérioration de conditions de travail déjà très difficiles, estiment les syndicats. «  Cette annonce inacceptable est vécue comme une véritable agression », dénoncent les 9 syndicats de l’agence, qui se mobiliseront mardi pour réclamer de meilleures conditions d’accueil et de travail. «  Nous avons réussi notre réorganisation et l’on peut rendre un certain nombre de moyens exceptionnels qui nous avaient été octroyés en 2009 et 2010 », d’autant que les inscriptions au chômage « ne progressent plus », rétorque le directeur général de Pôle emploi, Christian Charpy. Interpellé à l’Assemblée hier, le secrétaire d’Etat à l’Emploi, Laurent Wauquiez, a indiqué que 1.300 postes de Pôle emploi, jusque-là affectés au recouvrement des cotisations chômage (tâche qui sera désormais dévolue aux Urssaf), pourront être redéployés sur d’autres missions.

Plus largement, c’est la réduction des crédits consacrés à l’emploi qui inquiète. «  Les ministères du Travail et de l’Emploi consacreront un effort important à la maîtrise des dépenses », a reconnu le ministre du Travail, Eric Woerth, hier à l’Assemblée, précisant que 55 % des départs en retraite n’étaient pas remplacés et que les crédits de fonctionnement baissaient, comme ailleurs, de 5 %. Au final, les crédits de la mission s’affichent en progression de quelque 60 millions d’euros l’an prochain, à un peu plus de 12 milliards d’euros, a rappelé Eric Woerth.

« Effet d’optique »
Les députés de gauche sont venus nombreux, hier, pour dénoncer un «  effet d’optique », permettant de masquer des coupes «  massives » dans les crédits de l’emploi. Une fois neutralisées les variations de périmètre, ces ressources «  s’inscrivent en baisse de 13 % », estime le député du Lot Jean Launay (PS). De fait, le gouvernement ne tient pas compte du 1,4 milliard qui avait été consacré à l’emploi, l’an dernier, dans le cadre du plan de relance. En outre, le calcul du gouvernement pour 2011 se fait par rapport à la loi de Finances initiale 2010, or le budget de l’emploi devrait déraper de près de 2 milliards d’euros en exécution. La marche sera d’autant plus haute l’annnée prochaine. La gauche dénonce la baisse des contrats aidés budgétés (60.000 de moins dans le privé), après une utilisation massive en 2010 : «  Cette politique de « stop and go » a des conséquences désastreuses sur les publics ciblés », regrette Jean-Patrick Gille, député d’Indre-et-Loire. Comme le PS, les centristes se sont aussi «  étonnés » des ponctions exercées sur certains organismes paritaires, et notamment les 300 millions pris sur le fond pour la sécurisation des parcours.

LUCIE ROBEQUAIN pour Les Echos

28 août 2010

Etudiants : Sarkozy fait volte-face sur le cumul aide au logement et demi-part fiscale

Filed under: 03 - Economie,04 - Emploi formation — iledere @ 6:29

Annoncée officiellement début juillet, la suppression du cumul entre les aides au logement étudiant et la demi-part fiscale proposée à leurs parents est finalement écartée. Une victoire pour les syndicats et les étudiants, qui en dit long sur la difficulté que va avoir le gouvernement à respecter ses engagements en matière de réduction de la dépense publique.

Le gouvernement n’est pas au bout de ses peines pour réduire le déficit public. Le mois d’août n’est pas encore achevé qu’il se voit déjà contraint de renoncer à certaines mesures d’économies budgétaires annoncées en juillet.

A l’issue d’une rencontre hier avec la ministre de l’Enseignement supérieur, Valérie Pécresse, Nicolas Sarkozy a officiellement renoncé à interdire, pour les étudiants et leurs parents, le cumul entre les aides personnalisées au logement et la demi-part fiscale pour enfant à charge. Le président de la République a hésité jusqu’au dernier moment entre la modulation du non-cumul en fonction des revenus des parents (« Les Echos » du 25 août) et sa suppression pure et simple. La seconde avait le mérite d’être plus lisible, même si elle prive l’Etat de plusieurs centaines de millions d’euros, selon Bercy (423 millions selon le premier syndicat étudiant, l’Unef)

650.000 bénéficiaires
Cette somme devait contribuer à la réduction des dépenses d’intervention (aides aux entreprises, aides sociales, etc.), à hauteur de 5 % l’an prochain et de 10 % sur trois ans. Mais la fronde des syndicats étudiants et autres associations familiales ont eu raison des arguments budgétaires. De fait, l’aide au logement, accordée à tous les niveaux de revenus, est souvent la seule allocation perçue par les étudiants des classes moyennes. Au total 650.000 étudiants en profitent aujourd’hui, pour un montant moyen d’environ 200 euros par mois. Et 80 % d’entre eux sont aussi rattachés au foyer fiscal de leurs parents, ce qui permet à ces derniers de déduire une demi-part fiscale supplémentaire. (more…)

14 août 2010

Emploi : quand le gouvernement nous prend pour des ânes

Filed under: 04 - Emploi formation — iledere @ 8:38

En 2009, la France a détruit un nombre incroyable d’emplois salariés en 2009. La nouvelle a été largement commentée et analysée. Mais le rapport des services d’Eric Woerth, publié le 5 août dernier, livrait d’autres informations, des constats plus troublants pour le discours dominant: traitement social du chômage en trompe l’oeil, pré-retraités poussés chez Pôle Emploi, sous-emploi faramineux, la liste est longue, et noire.

1. Jeudi dernier, la direction des études économiques du ministère du travail publiait un bilan de l’emploi en 2009: 255 000 emplois ont été détruits en 2009, après 145 000 l’année précédente. On s’abritera derrière la crise pour l’explication majeure de cette dégradation sans précédent. Mais la DARES fournit surtout une photographie très complète du nombre de Français en recherche d’emploi : à fin 2009, on comptait 4,379 millions d’inscrits à Pôle Emploi, dont 1,3 millions de longue durée, et 529 000 dispensés de recherche d’emploi (stage, formation, maladie).

Sur ces 4,4 millions, seuls 2,236 millions étaient indemnisés par Pôle Emploi, un nombre inférieur de 400 000 aux demandeurs d’emploi sans aucune activité (2,645 millions).

2. La mesure du chômage technique est rarement connue, donc rarement communiquée. La DARES répare cette lacune. Fin 2009, le sous-emploi concerne 1, 439 millions de personnes, dont 1,026 millions de femmes. Cette mesure regroupe les temps partiels contraints et le chômage technique partiel en entreprise. Et le sous-emploi ne s’est pas résorbé : il était de 5,1% de la population active fin 2008; il a culminé à 5,7% au second trimestre 2009. Il était toujours à 5,6% fin 2009.

3. La DARES livre aussi une estimation du «halo» du chômage, c’est-à-dire ces chômeurs cachés : en 2009, «près de 850000 personnes souhaitaient travailler mais n’avaient pas été comptabilisées comme chômeuses, soit 2,1 % de la population en âge de travailler.»

Sommons ces différentes catégories : 4,4 millions de demandeurs inscrits à Pôle Emploi + 850 000 chômeurs cachés + 1,1 millions de sous-employés (*), soit un total de 6,3 millions de personnes en manque d’emplois à la fin de l’année dernière. Nous sommes bien loin des commentaires gouvernementaux sur la seule catégorie A officielle de Pôle Emploi…

4. On l’a dit et répété sur ce blog, la récession économique a débuté en France avant le krach boursier de l’automne 2008. La faillite des subprimes américains a eu des répercutions faramineuses sur l’économie mondiale. Mais en France, les banques – on nous l’a souvent répété – ont bien résisté, moins exposées qu’elles étaient à ces risques spéculatifs. Et en France, l’emploi s’est dégradé plutôt qu’ailleurs, quelques mois, pour être précis, après l’entrée en vigueur, le 1er octobre 2007, de la fameuse défiscalisation des heures supplémentaires. La mesure phare de Nicolas Sarkozy a précipité la dégradation du marché du travail. La DARES rappelle en effet que «la contraction de l’emploi total» a été «entamée au deuxième trimestre 2008». En particulier, elle précise que l’emploi intérimaire s’est effondré dès le 1er trimestre 2008. L’intérim a été le premier affecté par l’effet d’aubaine de la mesure sarkozyenne. La DARES parle de «pertes historiques», et ce, jusqu’au premier trimestre 2009. (more…)

« Page précédentePage suivante »

Plate-forme de blogs du Parti socialiste | Propulsé par Wordress Mu | Articles (RSS) et Commentaires (RSS)
Sauf mention contraire, le contenu de cette page est sous contrat Creative Commons Creative Commons