Section socialiste de l'île de Ré
Le courage, c'est de chercher la vérité et de la dire. Jean Jaures – Psiledere@aol.com

14 juillet 2010

Mamère: le gouvernement conduit une « politique de classe »

Filed under: 12 - Brèves — iledere @ 12:00

Au cas ou cela vous aurait échappé, Mamère, grand enfonceur de portes ouvertes vous le confirme : Le député-maire de Bègles dénonce une politique de classe… S’il lisait notre blog, il en serait informé depuis longtemps…

Le député Verts Noël Mamère a fustigé samedi 10 juillet « les coupes claires dans les budgets sociaux et environnementaux » envisagées par le gouvernement qui, pour lui, conduit, une « politique de classe« .

« Ce gouvernement a tout faux sur toute la ligne: il empêche dans l’affaire Woerth/Bettencourt la justice de faire son travail, refuse la désignation d’un juge indépendant et dans le même temps, il continue la sale besogne« , a-t-il déclaré à l’AFP, en dénonçant « les coupes claires dans les budgets sociaux ».

Pour lui, « ce gouvernement est un gouvernement de classe depuis le départ, avec ses amis du Fouquet’s [allusion à la soirée de Nicolas Sarkozy dans ce restaurant parisien, le soir de son élection, ndlr]« .

« Des situations ingérables »
Noël Mamère a fait valoir que les élus allaient devoir faire face à « des situations ingérables » estimant que les plus défavorisés souffriraient des réductions des dépenses publiques. « Le gouvernement passe par perte et profits tout une partie de la population qui n’a plus la force de se battre face à des gens qui ont fait le choix très clair des plus riches« .

Il a en outre qualifié de « provocations » la préparation d’un plan de réduction des « niches vertes » alors que « les climatosceptiques sont renvoyés dans leurs 22 mètres« .

« C’est plus qu’accablant, c’est révoltant« , a conclu le député-maire de Bègles, pour qui « la confiance, ce lien de toute démocratie, est rompue« .

(Nouvelobs.com avec AFP)

9 juillet 2010

Aubry battrait Sarkozy au second tour de la présidentielle

Filed under: 12 - Brèves,13 - PS — iledere @ 17:30

Selon ce sondage, Martine Aubry serait gagnant avec 52% des  voix en 2012 (Sipa)Selon ce sondage, Martine Aubry serait gagnant avec 52% des voix en 2012 (Sipa)

La socialiste augmente d’un point son avance par rapport à un sondage réalisé en mai. Au premier tour, Marine Le Pen (FN) serait en 3e position avec 13% (+2).

Martine Aubry battrait Nicolas Sarkozy au second tour de l’élection présidentielle de 2012 avec 52% des voix contre 48%, selon un sondage CSA pour l’émission « LCP Politique matin » qui paraît vendredi 9 juillet. La socialiste augmente d’un point son avance par rapport à une étude effectuée en mai par le même institut CSA pour la chaîne LCP. Le président sortant reste de justesse en tête des intentions de vote au premier tour mais réduit sensiblement son avance (31%, – 5 points) et se trouve talonné de près par la première secrétaire du PS (30%, =).
Marine Le Pen (FN) serait en 3e position avec 13% (+2).

François Bayrou (Modem) arrive lui en quatrième position à 9% (+1), Olivier Besancenot (NPA) recueille 7% (+1) et dépasse Cécile Duflot (Europe Ecologie) 5% (=).

Marie-George Buffet (PCF) est créditée de 2,5% d’intentions de vote (-O,5) suivie par Hervé Morin (NC), testé pour la première fois par cette enquête (2%). Nathalie Arthaud (LO) ferme le bal avec 0,5% (-0,5 point). L’autre enseignement d’importance c’est le taux d’abstention, il y aurait 42% d’abstentions, bulletins blancs ou nuls.

Au second tour, Martine Aubry l’emporterait face à Nicolas Sarkozy avec 52% (+1) des suffrages. Il y aurait 37% d’abstention, votes blancs ou nuls.
Sondage réalisé par téléphone les 7 et 8 juillet 2010 auprès d’un échantillon de 809 inscrits sur les listes électorales issu d’un échantillon national représentatif de personnes âgées de 18 ans et plus, constitué d’après la méthode des quotas.

17 avril 2010

Mettons le nucléaire à la retraite

Filed under: 12 - Brèves — iledere @ 12:00

Si nous mettions le budget de la dissuasion nucléaire à la disposition des caisses de retraite ?

Le Sénat annonce un budget de 3,8 milliards d’euros consacré à la force de dissuasion nucléaire. C’est plus de la moitié des 7 milliards d’euros de déficit du régime général des retraites.
Après tout, qu’est-ce qu’on en a à faire de nos bombes ?
Qui est notre ennemi ?
D’après ce qu’on nous explique bien depuis 10 ans, notre ennemi c’est le terroriste islamiste. Vous vous voyez balancer un missile nucléaire sur un kamikaze barbu ?
Notre arsenal, auquel la France est toujours attachée, n’a plus de raison d’être.
Quand cette bombe a été créé, la France avait pris ses distance avec l’Otan. Elle était le symbole de son indépendance. Mais aujourd’hui…

Qui plus est, le président Obama vient de révéler que cet arsenal n’était pas sécurisé. Pas sécurisé ! En effet nous a-t-il expliqué, « le danger du terrorisme nucléaire est l’un des plus grands dangers contre la sécurité du monde entier ».

C’est bien la peine d’entretenir un tel arsenal, si notre plus grand risque c’est qu’on nous le vole. Au fond, la sagesse serait de faire un grand sacrifice et d’abandonner une bonne fois pour toute notre nucléaire militaire (ses sous-marins, ses missiles etc.), et de rediriger les budgets dans une direction sociale. Ce serait un geste fort, sur le plan intérieur, pour aider à renflouer les retraites de nos vétérans, comme sur le plan diplomatique, où nous pourrions donner une bonne leçon de vertu aux entêtés d’Iran.

Et puis comme nous avons réintégré l’Otan, laissons notre bon maître Américain s’occuper de notre défense à notre place. Nous, nous n’avons plus les moyens, et la secrétaire d’État Hillary Clinton a bien expliqué dimanche que l’objectif des États-Unis était de rester « plus forts que n’importe qui dans le monde ».

En France, on a plus les moyens de nos ambitions, mais on a des idées !

Publié sur « Rimbus, le blog« 

8 février 2010

Le PS se rapproche de l’UMP dans les sondages

Filed under: 12 - Brèves,13 - PS,20 - UMP — iledere @ 16:30

Une large majorité de Français souhaite la victoire de la gauche aux élections régionales de mars (Reuters)Selon un sondage Opinionway-Fiducial, 30% des voix iraient à l’UMP, 27% au PS et 10% aux Verts-Europe Ecologie.
Une large majorité de Français souhaite la victoire de la gauche aux élections régionales de mars (Reuters)

LUMP, avec 30%, arriverait en tête du premier tour des régionales s’il avait lieu dimanche prochain, devant le PS (27%) et les Verts-Europe Ecologie (10%), selon un sondage Opinionway-Fiducial pour Le Figaro/LCI, publié lundi 8 février.
20% des personnes interrogées n’expriment pas d’intentions de vote. Elles étaient 27% en décembre.
L’UMP et ses alliés – Nouveau Centre, MPF, Chasseurs – sont crédités de 30%, un score inchangé par rapport au sondage précédent le 10 décembre.
Le PS gagne quatre points à 27%. Les Verts/Europe écologie en perdent quatre, de sorte que l’écart entre les deux formations s’élève à 17 points contre 9 points lors de la précédente enquête.
Le FN est crédité de 9% des intentions de vote (-1) et le MoDem de 6% (-2).
Le Front de gauche (PCF-PG) gagne deux points à 6% d’intentions de vote, et dépasse le NPA d’Olivier Besancenot (4%, =).
1% des intentions de vote vont à LO, en baisse d’un point.

Le bloc de gauche à 44%
Le sous-total gauche (PS/verts-Europe Ecologie/Front de gauche/Divers gauche) atteint à 44% en hausse de 3 points par rapport à la précédente enquête.
Le sous-total droite (UMP-NC-MPF-CPNT/divers droite) progresse également de 3 points à 33%.
Depuis le 1er octobre, date de la première enquête, les listes UMP-NC ont perdu 6 points, tandis que celles du PS ont gagné 8 points. Celles des Verts et Europe écologie ont baissé de 6 points, celles du FN ont progressé de 3 points et celles du MoDem ont baissé d’un point comme celles du Front de gauche et celles du NPA.
35% (-2) des personnes interrogées affirment qu’elles voteront en fonction des enjeux nationaux, tandis que 64% (+2) le feront en fonction d’enjeux régionaux.

Sondage réalisé en ligne (système Cawi) les 3 et 4 février auprès d’un échantillon de 1.014 personnes représentatif de la population française de 18 ans et plus inscrite sur les listes électorales (méthode des quotas) avec une marge d’incertitude de 2 à 3 points au plus pour 1.000 répondants. Notice détaillée consultable auprès de la commission nationale des sondages.

Nouvelobs.com

16 décembre 2009

Sophie de Menthon : « j’y connais rien mais j’en parle… »

Filed under: 06 - Travail-Entreprises,12 - Brèves — iledere @ 6:20

Extrait de La décroissance, numéro de décembre 2009-janvier 2010, page 6.Invitée de l’émission Paris-Berlin sur Arte, la présidente du syndicat patronale Ethic a exposé une anecdote sur sa conception de la décroissance : un mendiant qui refuse sa pièce pour porter ses bagages. Une attitude «très sympathique» selon elle.

La décroissance ? C’est follement sympathique ! Prenez Sophie de Menthon : pour elle, la décroissance, c’est un mendiant qui traîne à la gare de Lyon… Sur le plateau de l’émission d’Arte Paris-Berlin, où la présidente du syndicat patronale Ethic racontait son anecdote, le 19 novembre dernier, un léger malaise planait. «J’avais un euro et je lui donne et je lui dis : soyez gentils, montez-moi ma valise !, explique la patronne, avec un sourire amusé. Et j’ai trouvé ça magnifique : il m’a rendu mon euro et il m’a dit « je suis mendiant, je suis pas larbin ! » Et j’ai trouvé ça extraordinaire, car ça ne pouvait arriver qu’en France !» Un vrai conte de Noël pour enfant sage du Medef !

Délicieux folklore des pauvres et des alters
Incroyable imbroglio, formidable mélange… mais surtout inquiétant révélateur de la vision du monde de madame de Menthon, qui considérait, en tendant une pièce au mendiant pour qu’il porte sa valise, rendre un «service». Et que dire de sa conception de la décroissance, qui reviendrait pour elle à la mendicité, sinon qu’elle relève d’un manque de curiosité, et probablement plus d’un mépris, tristement prévisible pour tout ce qui n’est pas du «bon système».

L’article du journal La décroissance, qui relevait cette perle, précisait que Sophie de Menthon se déclare «très fière d’avoir délocalisé ses centres d’appel». Dans son imaginaire de «patrons sympas» et «d’entreprise heureuse», les clochards qui crèvent sous nos ponts et les alters qui critiquent la Bourse relèvent du même folklore que les vitrines animées des Grands magasins du boulevard Haussmann, qui s’illuminent avec les fêtes. A la seule différence que, de toute évidence, Sophie de Menthon n’a jamais poussé la porte d’une réunion sur la décroissance…

Sylvain Lapoix pour Marianne2

12 décembre 2009

Chèque contraception

Filed under: 08 - Santé-Services publics,12 - Brèves,13 - PS — iledere @ 12:00

Communiqué de presse de Catherine Quéré suite aux propos de Roselyne Bachelot sur le Pass Contraception en réponse à sa question posée en séance à l’assemblée nationale le mardi 8 décembre

En 2008, 10 000 jeunes filles de moins de 17 ans ont eu une grossesse non désirée qui les a conduite le plus souvent vers une IVG. Malgré les dispositifs déjà existants, ce chiffre pose avec acuité le problème de la prévention des grossesses précoces et de ses échecs partiels.
Le chèque contraception, initiative de la région Poitou-Charentes, cherche à pallier ces carences. Cette mesure a été discutée et élaborée pendant trois ans par Ségolène Royal, son équipe et l’ensemble des acteurs concernés, qu’ils s’agissent des médecins, des pharmaciens, du planning familial, des infirmières scolaires, et des services du rectorat, tous en accord avec l’utilité d’une telle proposition. Il me semble en effet que c’est une réponse concrète face aux grossesses non souhaitées chez des jeunes filles mineures qui, notamment en milieu rural, n’ont pas accès au réseau du planning familial.
Je déplore que le gouvernement, contrairement d’ailleurs à la position prise par les conseillers régionaux d’opposition de Poitou-Charentes, refuse la distribution par les infirmières scolaires du chèque contraception. La réponse de la Ministre de la santé a d’ailleurs été particulièrement évasive. Elle n’a aucunement répondu à la question posée ni même justifié des raisons du refus du gouvernement. Cette position ne s’explique à mes yeux que par des considérations politiciennes sans aucune considération pour les jeunes filles et leurs familles qui peuvent se retrouver en situation de grande souffrance.
Je m’investis au quotidien dans mon travail de député sur les questions d’égalité homme/femme qui passe entre autre par l’égal accès à la contraception sur l’ensemble de notre territoire. C’est un combat difficile. Je trouve donc particulièrement dommageable que la droite et le gouvernement s’opposent aux solutions une fois encore concrètes et efficaces proposées par Ségolène Royal et par l’équipe des conseillers régionaux de Poitou-Charentes.

Catherine Quéré

8 décembre 2009

Défections à l’UMP : Romero et de Charette s’en vont

Filed under: 12 - Brèves,18 - UDF-MoDem-Centre,20 - UMP — iledere @ 12:00

Jean-Luc Romero (Reuters)
Jean-Luc Romero sera candidat aux régionales en Ile-de-France, mais sur une liste socialiste. Quant à l’ancien ministre Hervé de Charette, il quitte un parti qu’il trouve « trop à droite ».

L’UMP enregistre deux défections, lundi 7 décembre. Jean-Luc Romero, un ancien secrétaire national du parti, annonce qu’il sera candidat aux élections régionales en Ile-de-France, mais sur la liste du socialiste Jean-Paul Huchon.
Tandis que l’ancien ministre des Affaires étrangères de Jacques Chirac, Hervé de Charette, indique qu’il quitte l’UMP.
Jean-Luc Romero explique dans un communiqué que son ralliement à Jean-Paul Huchon est « une décision naturelle et logique« , car « depuis un an et demi, j’ai toujours soutenu [sa] politique« . « En juillet 2008, j’ai logiquement été au bout de ma logique en quittant une famille dans laquelle je ne me reconnaissais plus et qui maniait le mépris à mon égard« , rappelle le conseiller régionale d’Ile-de-France, premier homme politique français à avoir rendu publique sa séropositivité.
« Le soutien et l’appartenance à la liste PS se font sans qu’il ne m’ait été demandé de rejoindre une formation politique. Je ne suis pas encarté et ce sujet n’a pas été abordé« , précise Jean-Luc Romero. La prise de distance de Jean-Luc Romero avec l’UMP n’est pas récente. Déjà, en 2007, il avait soutenu la candidature de François Bayrou à la présidentielle.

« Trop à droite »
La décision d’Hervé de Charrette est plus surprenante. Selon le site de  L’Express, le député du Maine-et-Loire, ancien membre de l’UDF et proche de Valéry Giscard d’Estaing, reproche à l’UMP d’être « trop à droite« . L’année dernière, il avait violemment critiqué l’UMP, qualifiant la direction de « brejnévienne« .
Hervé de Charrette expliquera mardi matin, sur RTL, les raisons de son départ de l’UMP. Il n’a pour l’instant pas précisé s’il comptait tenir un rôle dans la campagne pour les élections régionales en Pays-de-la-Loire, où une liste centriste est en préparation, notamment autour de Jean Arthuis.

Nouvel Obs.fr

5 décembre 2009

Thierry Henry et Adam Smith, jeux de mains

Filed under: 03 - Economie,11 - société,12 - Brèves — iledere @ 12:30

La notion de « main invisible », même si elle continue de faire l’objet d’interprétations diverses, économiques, morales, philosophiques, et de controverses souvent byzantines apparaît chez Adam Smith, philosophe et économiste écossais du XVIIIe siècle, père de la théorie libérale, dans la « La théorie des sentiments moraux » ou encore dans « La recherche sur la nature et les causes de la richesse d’une nation ».

Pour lui, le comportement égoïste de chacun conduit, par la satisfaction même de son intérêt individuel, à un équilibre économique global. « La recherche d’intérêts individuels aboutit à l’intérêt général », sans qu’aucune intervention régulatrice, en d’autres termes aucun arbitre ne soit nécessaire.

Thierry Henry n’a rien fait d’autre que de devenir l’acteur principal des intérêts collectifs libéraux en qualifiant l’équipe de France d’une main invisible, au moins aux yeux du régulateur arbitre ! Il a d’un même mouvement sauvé plusieurs emplois, notamment celui de Raymond Domenech, il a garanti l’été publicitaire de TF1, soutenu le cours de Bourses du groupe Bouygues, préservé l’économie et les droits télévisés du football français, conforté la gouvernance de la Fédération française de football, contribué à améliorer le moral de ses concitoyens, montré que l’identité nationale n’a pas de couleur et finalement participé à la cohésion sociale de tout un peuple derrière les bleus. Rien de moins. Adam Smith n’espérait pas tant de SA « main invisible » pour promouvoir le libéralisme. Peut-être qu’en écossais, il y verrait aussi une vengeance contre des voisins et ennemis irlandais, et peut-être dirait-il lui aussi merci à Thierry. Sa main n’est pas suffisamment restée invisible, grâce à lui le libéralisme a gagné.

Par « la bétise économique »

2 décembre 2009

Le Québec, premier d’une classe de cancres

Filed under: 11 - société,12 - Brèves — iledere @ 12:00

Face aux réticences d’Ottawa sur le dossier du climat, le Québec a décidé d’agir sans attendre. Ses objectifs le placent en position de leader en Amérique du Nord, où les engagements pris restent plutôt modestes.

« Tout comme l’Europe, le Québec réduira ses émissions de gaz à effet de serre (GES) de 20 % sous le niveau de 1990 à l’horizon de 2020. […] Cette cible pourra être revue à la hausse, selon les résultats des négociations internationales et selon les engagements des principaux partenaires économiques du Québec« , a déclaré le Premier ministre de la province, Jean Charest, lors de l’annonce de ce plan, lundi 23 novembre 2009.

En s’alignant sur l’Europe, qui se dit prête à élever la barre de ses réductions jusqu’à 30 % en cas d’accord important à Copenhague, le Premier ministre Charest a donné l’impression d’être sensible aux vœux du milieu écologiste québécois, qui a réclamé une réduction minimale de 25 % sous le niveau d’émissions de 1990, soit la fourchette inférieure recommandée par le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC).

Le Premier ministre a dit qu’il s’agissait de « l’objectif le plus ambitieux en Amérique du Nord et un des plus ambitieux au monde », y compris par rapport à l’Europe. Si le Québec atteint cet objectif, a-t-il dit, nos émissions ne dépasseront pas huit tonnes par an et par personne en 2020, comparativement à neuf tonnes en Europe.

Mais la position de « leader » du Québec en matière de changement climatique a surtout été soulignée par Equiterre, par la Fondation David Suzuki, par l’Institut Pembina et Vivre en ville. Pour ces groupes écologistes, « le Québec demeure un leader en Amérique du Nord, ce qui est d’autant plus important devant l’inaction de plus en plus affirmée du gouvernement fédéral canadien, dont la cible n’est que de – 3 % (par rapport à 1990), la plus basse des pays industrialisés. » Les objectifs québécois dépassent effectivement non seulement ceux d’Ottawa, mais aussi ceux de la province voisine, l’Ontario (- 15 %), de la province de la côte ouest, la Colombie-Britannique (- 11 %) et des Etats américains de la Nouvelle-Angleterre (- 10 %), voisins du Québec.

Pour Virginie Lambert-Ferry, de Greenpeace Québec, « le Québec fait un effort notable. Mais il n’est que le leader d’une bande de nuls. Les vrais leaders, dit-elle, sont des pays comme le Japon (- 25 %), la Suède (- 40 %), la Norvège (- 30 %), l’Allemagne (- 25 %) ou le Royaume-Uni (- 34 %), qui se sont fixé des cibles beaucoup plus ambitieuses et sur lesquels le Québec devrait prendre exemple ».

Louis-Gilles Francoeur pour « Courrier International »

« Page précédentePage suivante »

Plate-forme de blogs du Parti socialiste | Propulsé par Wordress Mu | Articles (RSS) et Commentaires (RSS)
Sauf mention contraire, le contenu de cette page est sous contrat Creative Commons Creative Commons