Section socialiste de l'île de Ré
Le courage, c'est de chercher la vérité et de la dire. Jean Jaures – Psiledere@aol.com

3 novembre 2011

La santé est devenue un luxe pour un tiers des Français

Filed under: 08 - Santé-Services publics — iledere @ 6:30

La santé est devenue un luxe pour un tiers des Français. Nicolas Sarkozy est en déplacement aujourd’hui à Carcassonne pour parler aux Français de santé et de l’hôpital. Les politiques de santé publique devront en effet être placées au coeur de la prochaine campagne présidentielle. Mais le bilan de la majorité présidentielle dans ce domaine est peu reluisant. Le Président n’a pas de quoi se glorifier, et devrait plutôt écouter les attentes des Français, et prêter enfin attention au tiers de nos concitoyens pour qui la santé est devenue un luxe.

Les dernières études publiées sont en effet très alarmantes : les Français sont de plus en plus nombreux à rencontrer des difficultés pour se soigner, pour obtenir un rendez-vous chez un spécialiste, à renoncer à des soins pour raisons financières… La part de la population déclarant avoir dû renoncer à se soigner ou reporter des soins faute de moyens au cours de l’année 2011 s’élève à 29%. C’est presque trois fois plus qu’en 2009.

La France est aujourd’hui placée à l’avant-dernier rang au niveau européen, devant la Pologne. Plus d’un Français sur deux estime que notre système de santé ne garantit plus l’égalité d’accès aux soins médicaux pour tous les citoyens. Or, la justice sociale exige que chaque citoyen ait accès à des soins abordables et de qualité. Il s’agit d’abord de garantir les conditions financières de l’accès aux soins pour tous.

De fait, une grande partie de la population fait face à un reste à charge important, qui retarde la consultation de médecins et entraîne des surcoûts importants à moyen terme. Il est donc essentiel de redéfinir des objectifs clairs de prise en charge intégrale des soins, fondée sur une évaluation micro-économique des exonérations ciblées existantes. Cela suppose aussi de redonner à la médecine de proximité et de premier recours toute sa place dans le système de prise en charge des maladies.

Il est également nécessaire de donner aux régimes complémentaires toute la place qui leur revient dans notre système de soin. Contrairement aux convictions de la majorité présidentielle, ils ne sauraient pallier le désengagement de l’assurance maladie sans que soit remis en cause l’ensemble du socle de solidarité nationale. La question se pose plutôt de les rendre aujourd’hui généralisés, comme ce fut le cas pour les retraites il y a près de 40 ans. (more…)

18 octobre 2011

Le naufrage de Dexia et après…

( Capture d'écran - Dailymotion )L’aventure désastreuse de la banque franco-belge (et un peu luxembourgeoise) Dexia est un résumé des effets de la déréglementation financière : de la privatisation du Crédit Local de France en 1996 au démantèlement de Dexia en 2011, en passant par la création de Dexia, sa plongée à corps perdu dans la spéculation, son refinancement sans contrepartie par les Etats français, belge et luxembourgeois en 2008, la continuation de ses activités spéculatives, jusqu’au naufrage final en octobre de cette année.

Aujourd’hui, c’est aux Etats et à la Caisse des dépôts et consignation, organisme public, de régler la facture. Les actionnaires qui avaient perçu pendant près de 15 ans des dividendes réputés réguliers et copieux font toujours l’objet de toutes les attentions des gouvernements belge et français.

Le sauvetage de 2008
Jusqu’à la fin des années 1980, le Crédit local de France, filiale de la Caisse des dépôts et consignations (CDC) est un organisme public.En 1996, le Crédit local est privatisé. Il fait son entrée en bourse et fusionne avec le Crédit communal de Belgique pour créer Dexia, une banque spécialisée dans le financement des collectivités territoriales.Dexia multiplie ses acquisitions. D’abord en absorbant des banques spécialisées dans le crédit aux collectivités territoriales en Italie et en Espagne.
Puis, en 2000, Dexia élargit considérablement son champ d’activité en rachetant, aux Etats-Unis, FSA, spécialisé dans l’assurance des titres financiers qui subira de plein fouet la crise bancaire de 2007-2008. Très bien notée par les agences de notation, Dexia rachète également la banque Labouchere qui lui fera perdre plusieurs centaines de millions d’euros. La banque en question avait incité ses clients à acheter à crédit des actions (notamment celles dites « des nouvelles technologies »). Le krach de 2001 les a ruinés. Ils ont demandé des comptes à Dexia.
Dexia n’omet surtout pas, après 2002, de se lancer dans la spéculation sur les subprimes et les produits dérivés.
En 2008, les gouvernements français et belges interviennent massivement (6 milliards d’euros) pour sauver les actionnaires de Dexia qui croulent sous les actifs toxiques. L’Etat et les régions belges financent le sauvetage pour près de 3 milliards d’euros. La CDC apporte 1,8 milliards d’euros et l’Etat français 1,2 milliards. (more…)

5 octobre 2011

Xavier Bertrand : Comment gagner 220 millions sur le dos des salariés malades !

Filed under: 08 - Santé-Services publics — iledere @ 6:30

Décidément, au gouvernement comme à l’UMP, si on rechigne à supprimer certaines niches fiscales, on ne se pose pas de question lorsqu’il s’agit de faire payer aux salariés, les conséquences d’un arrêt de travail !

Pour ceux qui l’auraient oublié, nous devons à Jean-François Copé, soutenu par Nicolas Sarkozy, et aux parlementaires de l’UMP, la mise en place en 2009 de : La fiscalisation des indemnités journalières versées en cas d’arrêt de travail pour accident du travail ou maladie professionnelle.

Cette fiscalisation avait pour but, selon JF Copé de rétablir l’équité avec les arrêts maladie et congés maternité, qui eux étaient taxés. Cerise sur le gâteau, précisait en 2010 le site Legavox : « (…) Contrairement à ce qui avait été annoncé en septembre 2009 par Jean-François Copé, la mesure adoptée en début d’année ( Loi de Finance 2010 ) ne concerne pas que les arrêts courts de moins de 29 jours mais inclut également les arrêts de longue durée (…) »

Mais pourquoi s’arrêter en si bon chemin alors que les comptes de la sécurité sociale subissent encore un lourd déficit ? C’est probablement ce qu’à du se dire Xavier Bertrand, qui a discrètement glissé dans le PLFS de 2012, une mesure qui consiste à modifier le calcul des indemnités, en cas d’arrêt maladie.

La FNATH, association dont la vocation est de défendre les droits des victimes d’accidents au travail, a été une des premières à révéler le pot aux roses dans un communiqué publié le 22 septembre. Extrait (more…)

3 octobre 2011

Retraite à 67 ans : Laurence Parisot fan de l’idée de François Fillon !

Filed under: 08 - Santé-Services publics,20 - UMP — iledere @ 6:30

Les chiffres du chômage du mois d’août, sont une fois encore désastreux pour les seniors. Ceux-ci voient la durée de leur inactivité augmenter. Néanmoins, Laurence Parisot est enthousiaste à l’idée de leur faire attendre 67 ans pour partir à la retraite.

Xavier Bertrand a fait profil bas sur les chiffres du chômage du mois d’août. Se limitant à saluer une : « évolution positive » sur le front de l’emploi, « malgré un net ralentissement de la croissance depuis plusieurs mois » Ce tout petit satisfecit ne résiste néanmoins pas à l’analyse des données fournies par le Ministère de l’emploi et Pôle Emploi.

En effet, si on note un recul de 0,1% des demandeurs d’emploi en catégorie A : « En additionnant les demandeurs de catégorie B et C, qui exercent un activité réduite, la hausse du chômage en août est de 0,5%, soit 20.200 personnes de plus en un mois, pour atteindre 4.148.200 (…) » Mais plus grave, la durée du chômage augmente : le nombre de d’inscrits à Pôle Emploi depuis plus d’un an progresse de 0,6% par rapport à juillet pour remonter à 1.581.300 en août. « Un chiffre sans précédent depuis novembre 1999 selon les statistiques du ministère du Travail » précise Boursier.com

De quelle ampleur est cette augmentation ?

« (…) En un an, le nombre de demandeurs inscrits depuis deux à trois ans a augmenté de 25 % et ceux inscrits depuis plus de trois ans de 19,8 % (…) » indique Eric Heyer de l’OFCE qui précise que la catastrophe annoncée ici à plusieurs reprises du chômage des seniors s’accélère : « (…) Entre juillet et août, le nombre de chômeurs de plus de 50 ans a augmenté de 0,9 %. Sur un an, ils ont même grimpé de 13,5 %. « On constate les effets de la réforme des retraites (…) 40.000 personnes qui auraient dû sortir de la population active au début de l’été y sont restées. »France Soir

Si on ajoute à cela le rapport OIT-OCDE, qui indique clairement que : « la crise économique mondiale pourrait se traduire par une pénurie massive d’emplois » Et que selon le rapport : (…) il sera impossible à court terme de combler le déficit d’emplois accumulés pendant la crise, qui s’élève à plus de 20 millions (…) » Rapport complet en anglais (more…)

1 octobre 2011

29% des Français renoncent à se soigner faute d’argent

Filed under: 08 - Santé-Services publics,09 - Evènement — iledere @ 12:00

En 2011, le renoncement aux soins pour raison financière est une réalité pour 29% des Français, comme le révèle le Baromètre Cercle Santé-Europ Assistance. Il y a encore 2 ans, ils n’étaient que 11% à repousser ou renoncer à des soins

Au début du mois de septembre, le ministre de la Santé, Xavier Bertrand, était fier d’annoncer qu’en 2010, les Français avaient moins mis la main au portefeuille pour leur santé. Le reste à charge des ménages, d’après le ministre, a légèrement diminué, passant de 9,6% en 2009 à 9,4% en 2010. « Contrairement à ce qu’affirment certains, la prise en charge par la solidarité nationale est toujours aussi élevée, et la somme qui reste à la charge des ménages est la plus faible d’Europe, après les Pays-Bas », s’est-il félicité. Il n’y a pourtant pas de quoi. Car, en y regardant de plus près, l’accès aux soins devient de plus en plus difficile pour un nombre croissant de Français.

D’après le dernier Baromètre Cercle Santé – Europ Assistance, 29% d’entre eux ont renoncé à un soin au cours des derniers mois. En 2010, ils étaient 23% à avouer renoncer à se faire soigner faute d’argent. Et en 2009, ils n’étaient pas plus de 11%… Et ce ne sont plus seulement les soins dentaires et optiques, faiblement remboursés, sur lesquels ils font l’impasse : en 2011, 22% des renoncements aux soins se font sur le dentaire et l’optique et 12% sur les soins courants. « On voit de plus en plus la tutelle se désengager du remboursement des soins légers pour se focaliser sur les affections de longue durée et les soins lourds », constate Guy Vallancien, chirurgien et président du Cercle Santé, co-auteur de ce sondage. (more…)

7 août 2011

L’Etat sauve l’Ordre des infirmiers de la déroute financière

Filed under: 08 - Santé-Services publics — iledere @ 6:30

Manifestation d'infirmières en anesthésie pour de meilleurs conditions de travail à l'hôpital en mai 2010 (P. Wojazer/Reuters)Un accord obtenu avec la Bred sauve l’organisme créé à l’initiative de Xavier Bertrand, et rejeté par une partie de la profession.

C’est l’histoire d’une prévisible descente aux enfers et d’un incompréhensible sauvetage in extremis. L’Ordre des infirmiers, boycotté par une large majorité de la profession, allait se déclarer en cessation de paiement au 29 juillet. Quand sa banque lui a soudain accordé un répit… politique ?

Créé en 2006 par Xavier Bertrand, alors ministre de la Santé, cette instance corporatiste devait faire régner l’ordre dans une profession éclatée entre une minorité de libéraux et une majorité de salariés, de très nombreux syndicats, de nombreux exercices sans diplôme, une concurrence étrangère…

Imposé par la loi après un vote contesté, l’Ordre a d’emblée suscité une fronde dans la profession, qui compte près de 500 000 personnes.

Doté du pouvoir de faire la justice et capable de retirer le droit d’exercer, l’Ordre a été vu par beaucoup comme une institution rétrograde et inutile. Le caractère obligatoire de l’inscription au tableau de l’Ordre a froissé, le prix de la cotisation (75 euros) aussi.

Faisant fi de cette impopularité, l’Ordre s’est lancé en 2009 avec un budget faramineux de 38 millions d’euros annuels, a mis en place un mastodonte administratif, avec des antennes régionales et départementales, des cadres à Paris payés 7 000 euros bruts…

La présidente, Dominique Leboeuf a même passé commande d’un travail sur l’identité visuelle de l’Ordre à son propre frère – un contrat à 20 000 euros.

Malgré le risque de sanction, une majorité d’infirmiers a choisi la désobéissance : seuls quelque 100 000 d’entre eux sont inscrits au tableau, et moins de 60 000 sont à jour de cotisation. (more…)

8 juillet 2011

Ce que reproche la Cour des comptes à la politique de sécurité

Filed under: 07 - Justice,08 - Santé-Services publics — iledere @ 6:30

Ce que reproche la Cour des comptes à la politique de sécuritéLa Cour des Comptes a publié ce jeudi un rapport attaquant vivement la politique de sécurité du gouvernement. Décryptage.

Le dernier rapport de la Cour des comptes publié ce jeudi a provoqué l’ire du ministre de l’Intérieur, Claude Guéant. En 248 pages, les « Sages » ont dézingué la politique de sécurité du gouvernement, mettant non seulement à mal ses pratiques mais également ses résultats. L’enquête, menée auprès d’un échantillon de 52 villes d’Ile-de-France, Rhône-Alpes et Paca, montre des problèmes de gestion et d’organisation des forces de sécurité.

La baisse de la délinquance en question
Entre 2002 et 2010, « les forces de police et de gendarmerie ont bénéficié d’un renforcement de leurs crédits et de leurs effectifs pour accomplir leurs missions », révèle le rapport. Mais malgré la communication ultra-positive du gouvernement sur la baisse de la délinquance, les résultats sont contrastés. Selon les Sages, les chiffres sur lesquels s’appuient le ministère ne sont pas « pertinent[s] en raison de [leur] hétérogénéité« .

Ils notent, en effet, que si les atteintes aux biens ont fortement reculé grâce notamment à la baisse des vols de voiture, les violences aux personnes ont augmenté de 20% entre 2002 et 2009. Une approche immédiatement contestée par Claude Guéant. Avant même la sortie du rapport, le ministre de l’Intérieur dénonçait « un nombre important d’inexactitudes, d’erreurs d’analyse, d’oublis et d’appréciations manquant parfois d’objectivité ».

Une organisation du travail coûteuse
La Cour relève également une « coûteuse et complexe organisation du temps de travail dans la police« . Elle pointe non seulement un « gonflement » de près de 80% des heures supplémentaires en six ans mais également une mauvaise gestion du personnel. Entre les congés, les repos, les arrêts maladies et les autres absences, 30% du potentiel théorique de la sécurité publique est systématiquement indisponible.

La vidéosurveillance, une pratique inégalement développée

Les Sages fustigent le « développement rapide mais coûteux » de la vidéosurveillance. Mesure phare de son premier quinquennat, Nicolas Sarkozy annonçait en 2009 vouloir faire passer le parc actuel de 20 000 à 60 000 caméras. Mais le rapport doute des chiffres annoncés par le ministère de l’Intérieur. La Cour ne dénombre que 10 000 caméras en activité sur la voie publique. Et celles-ci seraient très mal réparties. Ainsi, seuls 7% des communes de Seine-et-Marne en seraient équipées contre 90% dans les Alpes-Maritimes. Les coûts d’exploitation varieraient également énormément d’une commune à l’autre. A Cannes, analyser les bandes coûte 3000 euros par an et par caméra alors qu’à Saint-Fons, dans le Rhône, les coûts atteignent presque les 20 000 euros.

Mauvaise répartition des forces sur le territoire
La Cour met également en avant la mauvaise distribution des effectifs de sécurité sur le territoire. « La répartition spatiale de l’ensemble des forces devrait être corrélée avec la taille de la population et l’importance de la délinquance« , recommande le rapport. Une proposition logique mais qui ne serait pas, selon les Sages, systématique appliquée. Ainsi, plusieurs communes d’Ile-de-France, pourtant réputées pour être « sensibles », ont moins d’un policier pour 500 habitants. A l’inverse, Mende, Privas ou Guéret, réputées pour avoir une faible délinquance, ont un policier pour 200 habitants.

Par Caroline Politi pour l’express.fr

27 juin 2011

Rattachement gendarmerie avec la police au ministère de l’intérieur, bilan d’étape

Filed under: 07 - Justice,08 - Santé-Services publics — iledere @ 12:00

Qu’en est-il deux ans après la promulgation de la Loi ?

Le Premier ministre a confié à deux parlementaires une mission d’évaluation du rattachement de la gendarmerie au ministère de l’Intérieur. Le député UMP de l’Isère Monsieur Alain Moyne-Bressand et Madame la sénatrice RDSE de l’Aveyron Anne-Marie Escoffier.

Les deux parlementaires ont été chargés de cette mission par un courrier du 25 mai 2011 et doivent rendre leurs conclusions pour le 30 juillet. Tenant compte de ce délai particulièrement court on a des difficultés à imaginer que les deux élus puissent aller au fond des problèmes induits par cette mutation du ministère de la Défense au ministère de l’Intérieur.

L’Association Gendarmes et Citoyens, qui milite pour un droit d’association et d’expression des gendarmes, s’est toujours impliquée pour faire ressortir les incohérences de ce transfert. Elle a adressé un courrier aux deux parlementaires en exposant le ressenti de ses membres, gendarmes et citoyens, après bientôt deux années d’expérimentation de la Loi.

Je vous propose le contenu de cette lettre qui résume très succinctement le constat qui a été fait.

« Par un courrier du 25 mai 2011, le Premier Ministre vous a missionné (e) pour évaluer les modalités concrètes du rattachement organique et budgétaire de la Gendarmerie nationale au ministère de l’Intérieur.

Notre association ne peut que se féliciter de l’intérêt que porte le premier Ministre aux conséquences de la loi du 3 août 2009.

La direction de la Gendarmerie Nationale ne manquera pas de vous brosser un tableau aussi fidèle que possible des conséquences de la loi. Nous voulons cependant nous permettre de vous indiquer quel est le sentiment d’un grand nombre de gendarmes, sentiment qu’il vous est possible de vérifier en consultant le forum « gendarmes & citoyens » qui est un excellent baromètre du ressenti des personnels de l’arme. Actuellement ce baromètre serait plutôt sur la position orage. (more…)

25 juin 2011

L’hôpital en crise

Filed under: 08 - Santé-Services publics — iledere @ 6:30

La crise persistante du système français de santé connaît un nouvel épisode avec la fracassante démission du professeur François Nicoli de l’hôpital de la Timone, à Marseille. Dans sa lettre, le neurologue regrette que « l’insuffisance flagrante et persistante des moyens médicaux et humains » alloués à son service ne lui permette plus « de répondre aux exigences de la qualité des soins ». Comme en témoignent aussi les grèves récurrentes des infirmières, l’hôpital va mal.

Il y a deux ans, Mme Roselyne Bachelot, ministre de la santé, promettait qu’il n’y aurait plus aucune fermeture d’hôpital, mais n’excluait pas une « baisse de la masse salariale ». Au nom de la lutte contre l’accroissement permanent du coût des soins de santé (11 % du produit intérieur brut, en France, dont la moitié concerne l’hôpital), les récentes réformes sont toutes marquées du sceau néolibéral : la mise en concurrence, sur critères comptables, des établissements. Or, soulignait dans son article publié en novembre 2009 le professeur André Grimaldi, le marché ne peut pas « répondre au cahier des charges de la santé — utilité sociale, qualité élevée et moindre coût —, comme l’ont montré toutes les expériences historiques, pour la simple raison que l’usager n’est pas un consommateur éclairé qui a choisi d’être malade, mais une personne plus ou moins affaiblie, plus ou moins angoissée, dont les besoins sont potentiellement illimités ».

Confrontée à la généralisation des « déserts médicaux » dans certaines régions, la médecine générale elle-même souffre de cette situation. Combien de temps la France pourra-t-elle encore se targuer de son rang de premier pays du monde en matière de soins de santé (classement de l’Organisation mondiale de la santé en 2000) ?

La valise diplomatique

Page suivante »

Plate-forme de blogs du Parti socialiste | Propulsé par Wordress Mu | Articles (RSS) et Commentaires (RSS)
Sauf mention contraire, le contenu de cette page est sous contrat Creative Commons Creative Commons