Section socialiste de l'île de Ré
Le courage, c'est de chercher la vérité et de la dire. Jean Jaures – Psiledere@aol.com

11 novembre 2011

Avis de décès

Filed under: 09 - Evènement — iledere @ 12:52

Chers lecteurs, chères lectrices,

Ce blog arrive au bout de son chemin.

Créé en 2007 pour accompagner et soutenir la candidate socialiste à l’élection présidentielle, il s’est ensuite transformé en une mini revue de presse avec deux articles publiés par jour. Des articles choisis pour leur pertinence, avec le parti-pris assumé de promouvoir les idées socialistes.

Ainsi, plus de 3.700 articles ont été publiés, et 9.900 commentaires ont été retenus.

Vous avez été nombreux à lire quotidiennement ce blog puisque nous avons enregistré une moyenne de 700 lecteurs/ jour. Enfin l’influence de ce blog a été reconnue puisque qu’il est classé dans le TOP 50 des blogs politiques su classement Wikio depuis plusieurs années.

Tout cela, vous le savez, représente du travail. Beaucoup de travail. Cette activité est une forme de militantisme et le temps sacrifié à cette activité ne peut l’être que lorsque l’on croit profondément à ce que l’on fait.

Hélas, les manoeuvres politiques d’un autre temps que nous avons observées en Charente Maritime; parachutages, arrangements entre notables, trahisons, mépris des règles démocratiques de notre Parti, mensonges, insultes, pressions, volonté de déposséder les militants de leur droit de choisir leur représentants… tout cela a considérablement ébranlé mes convictions.

Au point que l’envie de continuer a disparu.

C’est pourquoi aujourd’hui ce blog s’arrête. Bien sûr si un militant de la section socialiste de l’île de Ré souhaitait reprendre le flambeau, les clés du blog sont à sa disposition. Hélas la réunion de section d’hier soir a montré que mes questionnements, mes inquiétudes et mon écœurement sont largement partagés.

Il ne me reste plus qu’à remercier tous ceux qui ont soutenu ce blog, en le lisant, en le commentant ou en le recommandant. Tous ceux-la gardent une place dans mon cœur et nous nous retrouverons dans d’autres combats.

 

Alain Renaldini

5 novembre 2011

Ségolène Royal candidate à La Rochelle : « un parachutage de confort »

Filed under: 09 - Evènement — iledere @ 14:11

Ségolène Royal avec Olivier Falorni (à droite), en 2007. Une autre campagne... (AFP)Mis sur la touche, le patron des socialistes du département, Olivier Falorni, sonne la charge contre la présidente de région.

La parité hommes-femmes est parfois bien commode. Surtout quand elle permet d’éliminer un concurrent gênant. C’est ce qui s’est produit dans la soirée du jeudi 3 novembre au Parti socialiste. La commission électorale a décidé de réserver « à une femme » la première circonscription de Charente-Maritime, justement celle où compte se présenter Ségolène Royal lors des législatives de juin 2012. Et tant pis pour Olivier Falorni, le patron de la fédération PS du département, candidat à l’investiture dans la même circonscription.

La réaction de l’élu local ne s’est pas fait attendre. Dès jeudi soir, il dénonce « une tentative de parachutage pathétique par une décision venue d’en haut sans se soumettre au vote des militants ». Des propos sans nuance qu’il confirme vendredi auprès du « Nouvel Observateur ». La colère n’est pas retombée. « J’assume le mot parachutage. Demandez leur sentiment aux Rochelais et aux militants socialistes et vous verrez que c’est ressenti comme cela. » Un « parachutage de confort », qui plus est, dans une circonscription détenue sans interruption par la gauche.

« La ficelle est grosse »
Un parachutage, vraiment ? « Absurde », répond-on dans l’entourage de Ségolène Royal, où l’on souligne que la présidente de région, qui passe beaucoup de temps dans la ville, est bien connue des Rochelais. Qu’importe si le conseil régional siège à Poitiers. Et qu’importe si celle qui vise désormais la présidence de l’Assemblée nationale est implantée dans les Deux-Sèvres depuis 1988.

« La ficelle est grosse, voire énorme. Elle ne trompe personne », poursuit Olivier Falorni. Sa colère inclut le maire de la ville, Maxime Bono – dont il est pourtant l’adjoint aux finances – qui renonce à son siège de député et qui appuie l’arrivée de Ségolène Royal. « Nous ne sommes plus sous l’Ancien régime, quand on se transmettait un fief entre féodaux. Ou alors il faut cesser de parler de rénovation politique ! » (more…)

4 novembre 2011

Investiture PS à La Rochelle : Ségolène Royal sacrée par Paris

Filed under: 09 - Evènement — iledere @ 8:18

 Ségolène Royal et Olivier Falorni, ici réunis à l'université d'été du PS en 2007, se livrent aujourd'hui une bataille féroce pour l'investiture PS à La Rochelle.  Archives « SO  La commission électorale du Parti socialiste a décidé hier que la circonscription de La Rochelle serait « réservée à une femme». Localement, à huit mois des législatives, « c’est la guerre ».

En politique, les sentiments peuvent varier du tout au tout en l’espace de quelques heures. À la peine et la colère peut succéder la plus belle des joies… et vice-versa. La preuve en a été fournie chez les socialistes de Charente-Maritime entre lundi soir et hier midi.

Lundi soir, donc, les partisans de Ségolène Royal avaient la mine triste et renfrognée à l’issue du conseil fédéral du PS réuni à Saintes. Il y avait de quoi : bien que possédant la majorité absolue dans cette instance, ils venaient, au terme d’un vote à bulletin secret, de voir leur pire ennemi, Olivier Falorni, premier secrétaire, « hollandiste » de choc, faire adopter par cette assemblée une résolution voulant que la circonscription de La Rochelle ne soit pas réservée à une femme.

Cela signifiait que Mme Royal se voyait contrainte à une primaire contre le même Falorni. Primaire ne laissant guère de doute quant à son issue : à La Rochelle et dans l’île de Ré, la grande majorité des militants sont des pro-Falorni. Rassurés par ce vote obtenu à l’arraché (cinq voix d’écart sur 44 votants), Falorni et ses amis clamaient haut et fort que la commission électorale prévue hier à Paris n’oserait jamais aller à l’encontre de la volonté souveraine d’une fédération. Erreur…

Omertà à Solférino
Dès la fin de la matinée, les supporteurs de Ségolène Royal, qui pleuraient la veille au soir, exultaient : la circonscription de La Rochelle venait d’être « réservée femme ». Une information longtemps impossible à vérifier : rue de Solférino, Christophe Borgel, secrétaire national chargé de ces questions, pas plus que Bruno Leroux, son prédécesseur qui vient de reprendre du service à la demande de François Hollande, n’étaient joignables. (more…)

2 novembre 2011

Le refus des USA de voir la Palestine à l’UNESCO : honte à Obama !

Filed under: 09 - Evènement — iledere @ 12:00

En décidant d’arrêter de subventionner l’UNESCO, les Etats-Unis vont à l’encontre de la réconciliation des peuples entamée grâce à l’adhésion du pays comme Etat Membre de cette agence de l’ONU. Une attitude indigne du pays dirigé par Barack Obama, prix Nobel de la paix, selon le philosophe Daniel Salvatore Schiffer.

S’il est, sur cette terre, une institution qui fait aujourd’hui honneur à l’humanité tout entière, c’est bien l’UNESCO, que l’ONU créa, au lendemain de cette immense tragédie que fut la Seconde Guerre mondiale, en 1946. Et, qui plus est, à Paris, capitale d’une France dont la glorieuse devise nationale – liberté, égalité, fraternité -, elle-même issue de la Révolution de 1789, donna naissance au socle moral de la très démocratique charte de ces mêmes Nations-Unies.

Ce sigle, UNESCO, constitue, du reste, l’un des plus beaux symboles, en même temps que l’une des plus nobles initiatives, de l’histoire moderne : « United Nations Educational, Scientific and Cultural Organization« . En français, dans le texte : Organisation des Nations-Unies pour l’Education, la Science et la Culture.
Ainsi cette vénérable et prestigieuse institution se consacre-t-elle, en premier lieu, à l’alphabétisation des populations les plus défavorisées sur le plan socio-économique, à la diffusion de l’enseignement partout ou celui-ci fait défaut, à la lutte contre le racisme partout où ce dernier sévit, à la défense des droits de l’homme et de la femme partout où ils sont niés, à la recherche scientifique et à la préservation du patrimoine culturel mondial. Bref, rien que des causes d’une rare élévation morale, sinon spirituelle.
C’est dire qu’accueillir en son sein, en tant que membre à part entière et non plus seulement à titre d’ »observateur », une entité telle que Palestine, comme elle vient de le faire en cette historique date du 31 octobre 2011, représente, comme pour tout autre pays, un énorme sentiment de satisfaction tout autant que de fierté, sinon de joie. (more…)

23 octobre 2011

Hou Hou fais moi peur !

Filed under: 09 - Evènement — iledere @ 6:30

En vrai NKM et Parisot roulent pour Marine
Ces dernières semaines, deux opuscules écrits par des égéries féminines du spectacle proposent de révéler la face noire de Marine Le Pen. Un piège bleu Marine et Le Front antinational, respectivement publiés – sinon écrits, diront les mauvaises langues- par Laurence Parisot et Nathalie Kosciusko-Morizet visent à dissuader les électeurs d’aller naviguer dans les eaux sombres du lepénisme. La ministre de l’Ecologie et la présidente du MEDEF en croisade contre la famille Le Pen, excusez du peu.

Dans son essai co-écrit avec sa consœur d’IPSOS Rose Lapresle, la patronne des patrons étaie un scoop tonitruant sur près de 150 pages : la présidente du Front National serait la fille d’un certain… Jean-Marie Le Pen ! Non, vous ne lisez pas un roman-photo gag de Jalons, il s’agit bien de l’idée directrice de ce que Laurent Ruquier a désigné comme « le livre idéal à mettre entre les mains de tous les animateurs qui inviteraient Marine Le Pen ». Comme l’a déclaré Parisot sur son plateau, « le diable c’est Jean-Marie Le Pen » (sic), d’où le caractère infréquentable de sa fille, coupable de ne pas avoir condamné les outrances verbales paternelles. Et comme on ne pactise pas avec le Malin (« c’est servir le populisme que de contribuer au spectacle » nous explique doctement l’héritière d’Ipsos dans un bel élan debordien), on ne saurait décemment débattre avec lui.

Que Marine Le Pen soit islamophobe, antisémite, voire carrément fantaisiste sur son programme économique copié-collé des fiches de Jacques Sapir, madame Parisot a le droit de le penser encore qu’on voudrait savoir précisément sur quels faits sont étayées ces graves accusations. Qu’à cela ne tienne, puisque cette famille sue le racisme et l’amateurisme par tous ses pores, notre brillante entrepreneur n’en ferait qu’une bouchée dans un débat radiotélévisé. Mais on ne discute pas avec Belzébuth, même avec des mains gantées. De toute façon, Laurence Parisot ne s’adresse pas à Marine Le Pen mais à « ses électeurs » aveuglés par leur « fausse conscience » néo-poujadiste. Eh oui, il suffisait d’y penser puisque le MEDEF vous le dit. Un beau cadeau de Noël avant l’heure pour Marine, ravie de pouvoir estampiller ses tracts et affiches d’un slogan en or : « Diabolisée par le MEDEF ! ». (more…)

21 octobre 2011

Octobre noir pour Kadhafi

Filed under: 09 - Evènement — iledere @ 6:30

Plus que jamais, la Libye tributaire des tribus
Le pouvoir de Kadhafi reposait sur une alliance tribale entre l’Ouest de la Libye, la Tripolitaine, et l’Est, la Cyrénaïque. C’est cette alliance, savamment orchestrée par le jeune officier, qui lui a permis de s’emparer du pouvoir en septembre 1969, et c’est la rupture de cette alliance que le vieux dictateur ridicule a payé au prix fort – sa vie. Mais en réalité, son pouvoir avait commencé à se lézarder en octobre 1993, lorsque les clans de l’est avaient organisé et raté un coup d’Etat. D’un octobre l’autre, en 2011, c’est une rébellion partie de l’est qui aura mis fin à l’aventure commencée il y 42 ans.

En réalité, tous les éléments du dernier acte étaient déjà en place à l’automne 1993, quand la tribu Warfala, la plus puissante de la Cyrénaïque et la clé de voute du régime, a basculé. Cette tribu avait soutenu la monarchie d’Idriss Ier, qui a régné sur le pays à partir de 1951. En 1969, le groupe d’officiers nassériens qui prend le pouvoir s’appuie donc sur les Meghara, qui dominent la province occidentale du pays, la Tripolitaine. Mais le capitaine Kadhafi, chef de ces jeunes Turcs, comprend rapidement qu’il faut rallier les Warfala et réconcilier les deux provinces pour en finir durablement avec la monarchie. À cette fin, celui qui vient de chasser le Roi n’hésite pas à utiliser la méthode diplomatique royale par excellence: le mariage. Aussi, en 1970, épouse-t-il en deuxièmes noces Safia Kadhafi, née Farkash, qui appartient effectivement à un prestigieux clan de l’Est.

Un quart de siècle plus tard, cette alliance est à bout de souffle, aussi certains clans de la tribu Warfala décident-ils de se débarrasser du « Frère-Guide ». Avec l’aval des chefs tribaux, « leurs » officiers et quelques-unes de « leurs » unités militaires tentent un putsch mais cette fois, Kadhafi est le plus rapide. Suite à cette tentative avortée d’octobre 1993, Kadhafi mène une vaste purge dans l’appareil militaire. Mais s’il peut limoger ses ennemis, il ne peut pas effacer leur rancœur. La Cyrénaïque est matée, pas ralliée. Benghazi devient un foyer permanent de mécontentement. Le cercle vicieux de la répression, de la colère et de la vengeance sape les fondements du régime. (more…)

14 octobre 2011

Sarkozy ne parvient pas à redresser sa cote de confiance

Filed under: 09 - Evènement,20 - UMP — iledere @ 12:00

Victime de son effacement pendant la primaire PS, le chef de l’Etat perd encore 1 point, à 32 %, dans le baromètre CSA pour « Les Echos ».

C’est, avec le succès de la primaire socialiste, l’une des raisons qui ont poussé Nicolas Sarkozy à revêtir cette semaine ses habits de candidat : si elle lui a permis de corriger son image et de faire un peu oublier son style ostentatoire des débuts, la stratégie de « représidentialisation » ne lui a pas permis de se refaire une santé dans les sondages.

Le dernier baromètre CSA pour « Les Echos » en témoigne. La cote de popularité du chef de l’Etat recule encore de 1 point en octobre. Sur deux mois, il perd 4 points. A peine 32 % des Français disent aujourd’hui lui faire « confiance pour affronter efficacement les principaux problèmes » du pays, soit la même proportion qu’au printemps ou à l’automne dernier.

Défiance dans toutes les catégories d’âge et professionnelles
Dans le même temps, les opinions défavorables à son égard progressent de 1 point, à 65 % (+ 7 points en deux mois). Nicolas Sarkozy, qui veut croire qu’il peut faire la différence sur la crédibilité en 2012, aborde la campagne avec un taux d’impopularité record pour un président sortant. La défiance l’emporte dans toutes les catégories d’âge et professionnelles. Même chez les retraités et les artisans, commerçants, chefs d’entreprise, qui constituent le coeur de son électorat. Quatre de ses électeurs du second tour de la présidentielle de 2007 sur dix ne lui font pas confiance. A six mois de la prochaine échéance, seuls les sympathisants UMP ont une bonne opinion de lui, à 87 %.

Pour Jérôme Sainte-Marie, le directeur du département opinion de CSA, le chef de l’Etat fait à la fois les frais de son absence de pédagogie sur la crise et de son « auto-effacement » pendant la primaire PS. « Les divisions entre les différents candidats n’ont pas été très fortes. Ce qu’ont d’abord entendu les Français, ce sont les critiques contre lui », analyse-t-il. Et de prévenir : « Il ne redeviendra pas populaire comme président de la République. Il ne peut espérer se rétablir que par le combat, que dans le duel ». Un schéma « inverse », selon lui, à celui de François Mitterrand avant la présidentielle de 1988.

Attaques sur le thème de la culture
Nicolas Sarkozy en est désormais bien conscient. En déplacement sur le thème de la culture, jeudi en Haute-Marne, le locataire de l’Elysée a poursuivi ses attaques contre l’opposition, accusée de « s’occuper » d’elle-même et pas des Français. Il a fustigé la hausse du budget de la culture promise par Martine Aubry, qui « n’a pas de sens ». Et s’en est pris aux 300.000 emplois d’avenir inclus dans le projet socialiste : « L’avenir des jeunes, ce n’est pas des faux emplois mais de nouvelles activités ».

Par PIERRE-ALAIN FURBURY pour « les Echos« 

8 octobre 2011

Résultat primaires PS : Comment ça marche ?

Filed under: 09 - Evènement,13 - PS — iledere @ 13:55

Les bureaux de vote seront ouverts dimanche matinLe dénouement des primaires PS est proche. Après le premier tour, dimanche, les six candidats sauront qui se présentera au deuxième tour. Mode d’emploi de ce scrutin.

Les primaires PS, comment ça marche ? Après des semaines de préparation et des débats télévisés entre les six candidats ces dernières semaines, les Français sont invités à participer dimanche au premier tour de ce scrutin. L’enjeu ? Déterminer qui représentera le parti socialiste à la prochaine élection présidentielle.

Le règlement de base
Si aucun des six candidats n’obtient plus de 50% des voix, un second tour est prévu le dimanche suivant, 16 octobre. Cinq socialistes – Martine Aubry, François Hollande, Arnaud Montebourg, Ségolène Royal, Manuel Valls – et le président du Parti radical de gauche, Jean-Michel Baylet, sont candidats à l’investiture. Contrairement aux primaires de 1995 et de 2006, l’édition 2011 n’est pas réservée aux seuls militants socialistes mais ouverte à tous les Français.

Qui vote ?
Pour y participer, il suffit d’être inscrit sur les listes électorales avant le 31 décembre 2010. Pour les mineurs, il faut avoir 18 ans au moment de l’élection présidentielle ou bien être membre du Parti socialiste (PS) ou du Mouvement des jeunes socialistes (MJS). Les étrangers peuvent voter s’ils sont membres du PS ou du MJS. Le vote aura lieu dans quelque 9.500 bureaux de vote, ouverts jusqu’à 19h00, dont la liste est consultable sur le site internet www.lesprimairescitoyennes.fr.

Au moment de mettre son bulletin dans l’urne, chaque électeur devra verser au moins un euro de participation au financement du scrutin et signer une charte d’adhésion aux valeurs de la gauche. Chaque bureau sera doté d’un président et de représentants de plusieurs candidats pour superviser le bon déroulement du vote.

Les résultats
Les présidents de bureaux de vote enverront par téléphone les résultats, qu’ils transmettront également par procès-verbal aux bureaux départementaux de collecte. Le procès-verbal sera rédigé à l’aide d’un stylo électronique muni d’une caméra afin que les informations soient directement envoyées au niveau national. Ce procédé permet un enregistrement des opérations, utile en cas de contestation.

Une Haute autorité des primaires citoyennes présidée par Jean-Pierre Mignard est chargée de superviser le scrutin. Elle procédera au contrôle des opérations, tranchera les éventuels contentieux et proclamera les résultats définitifs, qui seront annoncés dimanche soir par le premier secrétaire du PS par intérim, Harlem Désir. Il faudra attendre les alentours de minuit pour connaître le candidat vainqueur ou ceux qui seront au deuxième tour.

Demain, c’est vous qui décidez !!!!

2 octobre 2011

Jean-Pierre Bel, président du Sénat, rêve d’« un autre monde »

Filed under: 09 - Evènement,13 - PS — iledere @ 12:00

Jean-Pierre Bel au Sénat le 8 septembre 2011 (Audrey Cerdan/Rue89).Le « hollandiste » Jean-Pierre Bel a été élu dès le premier tour ce samedi à la présidence du Sénat. Ce « bébé » (59 ans), ex-président du groupe socialiste et élu de l’Ariège, a réussi à grappiller deux voix de plus que prévu. Standing ovation au Palais du Luxembourg.

Avec 179 voix, il s’installe au « plateau », en remplacement de Gérard Larcher (134 voix). La centriste Valérie Létard a obtenu 29 voix, moins que ce qu’elle pouvait espérer.

C’est la première fois dans l’histoire de la Ve République que la Haute assemblée, représentante des collectivités territoriales, bascule à gauche, la fin de »l’anomalie » dénoncée par Lionel Jospin.

« Un autre monde » est possible

Le retrait, à la dernière minute, de la candidature de l’écologiste Jean-Vincent Placé lui avait laissé un boulevard. Placé a obtenu la création d’une nouvelle commission permanente chargée du développement durable.

Lors de son discours d’intronisation, le nouveau président Bel a rendu hommage à l’Ariège, à sa femme et ses enfants, aux anciens sénateurs, dont François Mitterrand… et n’a pas oublié les mots qu’attendaient les dix nouveaux élus écologistes :

« Le Sénat doit prendre sa part dans la mutation écologique devenue une absolue nécessité.

Un autre mode de développement est possible. Un autre monde… »

Jean-Pierre Bel, l’ancien trotskiste, a insisté sur la « responsabilité historique » que lui ont confié les grands électeurs. « Je sais que la tâche est immense », a-t-il lancé, visiblement ému :

« Je n’ai plus qu’une idée en tête : être digne de votre confiance. »

Par Sophie Verney-Caillat pour Rue 89
Photo : Jean-Pierre Bel au Sénat le 8 septembre 2011 (Audrey Cerdan/Rue89).

Page suivante »

Plate-forme de blogs du Parti socialiste | Propulsé par Wordress Mu | Articles (RSS) et Commentaires (RSS)
Sauf mention contraire, le contenu de cette page est sous contrat Creative Commons Creative Commons