Section socialiste de l'île de Ré
Le courage, c'est de chercher la vérité et de la dire. Jean Jaures – Psiledere@aol.com

17 septembre 2011

Seul au centre, Bayrou réfléchit à des alliances

Filed under: 18 - UDF-MoDem-Centre — iledere @ 6:30

Bayrou en Bretagne, le 12 septembre.«Si la guerre des deux perdure, c’est la certitude de l’échec (…) Cette bipolarisation porte en elle le crétinisme de la démagogie.» Ainsi François Bayrou qualifie-t-il, dans son livre 2012 Etat d’urgence, les déchirements entre le PS et l’UMP. Lui se situe toujours pile au milieu. En plein centre. De ce point de vue, rien n’a changé depuis 2006-2007. Mais pour que le centre pèse, il doit attirer des forces plus larges, en ralliant en dehors du MoDem, «au centre-gauche et au centre-droit», disent ses proches.

Marielle de Sarnez, numéro 2 du MoDem, le répète, plusieurs fois. «C’est un des enjeux de la présidentielle que de tourner la page: créer les bases d’une majorité plus large, pour qu’on puisse conduire des grands projets pour la France.»

Il est bien difficile néanmoins de comprendre ce que recouvre le terme «majorité plus large». Jean-Luc Bennahmias, député européen et vice-président du MoDem, se risque à une explication: «C’est assez simple. Sans parler de parti politique en particulier, il s’agit d’avoir pour le pays un regroupement des forces démocratiques du même style, toutes proportions gardées bien entendu, que ce qui s’est passé après 1945.»

Alliance? Coalition gouvernementale? Sièges de députés négociés aux législatives? Les cadres du MoDem ne parlent pas en ces termes et cultivent un certain mystère. Mais ils reconnaissent que la stratégie 2012 de François Bayrou sera différente de celle de 2007. Jean-Luc Bennahmias analyse: «Le changement, il le dit sur tous les tons. C’est une logique de soir du premier tour. Il y aura des négociations au soir du premier tour.»

De quoi rassurer certains élus locaux, bien démunis en 2007: «Les gens ne savaient pas où il allait», analyse Alain Cazabonne, maire MoDem de Talence (Gironde). «Il n’aurait pas dû dire qu’il allait rencontrer les deux candidats, parce qu’à partir du moment où il n’a vu que Ségolène Royal, les électeurs centristes ont eu l’impression qu’il était passé à gauche.» Et de conclure: «Je pense que cette fois, s’il n’est pas au second tour, il fera un choix clair, sinon, on s’en sortira pas.» (more…)

1 août 2011

Une Semaine en Centrisme. 2012: qu’est-ce que les centristes peuvent espérer, au mieux?

Filed under: 18 - UDF-MoDem-Centre — iledere @ 12:00

Personne ne pense, aujourd’hui, qu’à moins d’un séisme politique ou d’une situation tout à fait improbable, que le Centre puisse remporter l’élection présidentielle. Personne, même pas Jean-Louis Borloo et, peut-être, François Bayrou!

Dès lors, qu’est-ce que les centristes peuvent espérer au mieux en 2012? Et, subsidiairement, quelle est la bonne stratégie?
Au jour d’aujourd’hui, pour pouvoir espérer peser sur la présidentielle, le Centre doit avoir, au moins, un candidat.
Imaginons que ce ne soit pas le cas. Verrait-on Nicolas Sarkozy s’activer en coulisse pour négocier la renonciation de Jean-Louis Borloo et un ralliement de François Bayrou pour le deuxième tour contre des promesses de postes? Verrait-on les candidats à la candidature socialiste commencer à faire les yeux doux aux leaders centristes?
Il est donc essentiel que le Centre soit présent à la présidentielle.
Mais s’il ne peut la gagner, il peut néanmoins négocier son ralliement avant ou après le premier tour.

Le modèle est ici l’accord Mitterrand-Rocard en 1988. Pour se mettre les modérés dans la poche, François Mitterrand avait laissé entendre qu’il nommerait le chouchou de ceux-ci, Michel Rocard. Et celui-ci fit campagne pour le premier nommé.
Ce ticket gagnant est celui qui pourrait associer Nicolas Sarkozy et Jean-Louis Borloo. Le président du Parti radical n’a pas encore annoncé sa candidature. Il pourrait renoncer à se présenter contre un accord en bonne et due forme (et non contre des promesses puisque celles-ci n’ont déjà pas été tenues une fois…).

Le problème c’est que la renonciation de Jean-Louis Borloo lui serait fatale politiquement à ce stade et ne ferait sans doute pas gagner beaucoup de voix à Nicolas Sarkozy.
Il sera donc plus efficace pour le duo de négocier un ralliement et un appel au vote au deuxième tour à moins que la situation permette à Borloo de renoncer à un moment donné sans que cela ne soit interprété comme une reculade.
François Bayrou qui rêve du fauteuil de l’Elysée peut également nourrir les mêmes ambitions. Et, contrairement à ce que l’on croit, ce n’est pas avec le candidat de gauche qu’il pourra le mieux les négocier mais avec le même Sarkozy
D’où d’ailleurs son rapprochement avec le président de la république ces derniers mois. (more…)

14 mai 2011

Confédération des centres : RIP

Filed under: 18 - UDF-MoDem-Centre — iledere @ 6:30

Le cartel des droites a vécu. Sonnez hautbois jouez musettes ! Le parti du ludion Borloo vient d’annoncer qu’il resterait au sein de l’UMP jusqu’en 2012 !

Voilà ce qu’il en est de ces supplétifs du pouvoir, la conviction à la hauteur des estomacs ! Le grand méchant loup a grondé et hop l’escargot rentre dans sa coquille bien au chaud au sein de l’UMP. Morin s’est vu en Géronimo (pas celui de Ben Laden, celui des Amériques du temps des cow-boys) mais, las, les sondages le créditant de 1 %, il essaye de se résoudre à être le troisième couteau d’un second couteau qui ne sait même pas s’il sortira de son fourreau se faisant dépasser dans les sondages par Bayrou.

Se lancer dans la bataille quand on a été collé au pouvoir comme le papier au caramel en plein été, n’est pas un exercice facile ni crédible. Il est impossible de paraître pour indépendant, tout au moins on est comptable des exactions du pouvoir. Si on retire le papier il reste du caramel.

Ces velléités d’indépendance ne sont liées qu’au score de Sarkozy, qu’il remonte et on va voir que Morin et sa clique vont dire qu’évidemment, le point principal n’est pas l’indépendance mais l’alliance et la position favorable au second tour pour Sarkozy. Les 1 % de croissance obtenus par le pouvoir (en attendant la suite) va regonfler tous les optimistes à l’UMP, bien à plat aujourd’hui. On va assister à de beaux retournements de veste. Les trompettes vont tonitruer car on va entendre les ambassadeurs du bilan crier sur tous les toits qu’enfin la politique économique de Sarkozy paye et qu’il suffisait d’être patient. Nous allons avoir un mois de mai et un mois de juin fleuris et les voix du cartel des centres un peu flétries. (more…)

9 avril 2011

Présidentielle : Borloo veut-il battre ou sauver Sarkozy ?

Filed under: 18 - UDF-MoDem-Centre,20 - UMP — iledere @ 12:00

Sarko, Borloo, Sarko, Borloo... (Audrey Cerdan/Rue89).L’ex-ministre de l’Ecologie quitte l’UMP et appelle la droite « humaniste » à s’unir pour donner de l’air à ceux que le Président étouffe.

Il s’est passé quelque chose, jeudi soir, lors du dernier « A vous de juger » dirigé par Arlette Chabot sur France 2. On a vu Jean-Louis Borloo passer du statut de ministre chevronné, efficace et apprécié, à celui de dirigeant politique. Cette mutation tient en deux temps : premièrement, il quitte l’UMP ; deuxièmement, il va créer l’Alliance républicaine, écologiste et sociale.

Ladite Alliance a vocation à réunir les radicaux, « les anciennes équipes de François Bayrou qui sont aujourd’hui au Nouveau Centre », les gaullistes sociaux et les écologistes de l’actuelle majorité. Elle a vocation, aussi, à présenter un candidat à l’élection présidentielle de 2012. « Je suis prêt », a dit Borloo, en précisant que sa décision n’était pas prise.

Mais est-on sûr d’avoir vraiment vu ce que Borloo a prétendu nous faire voir ? Deux jours avant, il accompagnait Nicolas Sarkozy dans la Somme pour le lancement des travaux du canal Seine-Nord Europe. Pendant l’émission, l’ancien ministre s’est gardé de toute critique directe du président de la République. Il a seulement déroulé sans faute l’argumentaire qui différencie traditionnellement le centre-droit de la droite-droite.

Relever la tête à condition d’en avoir une

Eh oui, cela fait à peu près quarante ans, maintenant, que les centristes se font satelliser par les gaullistes et leurs successeurs, ceux-ci étant aidés généralement par leurs alliés libéraux. Il est arrivé aux centristes de tirer sur l’élastique, mais cela s’est toujours terminé par le ralliement des démocrates-chrétiens, radicaux valoisiens, sociaux-démocrates et autres « réformateurs » aux héritiers du gaullisme.

Le schéma est fastidieusement répétitif, des élections législatives de 1973, où les chefs centristes étaient allés à Matignon en douce pour négocier leurs circonscriptions, à la présidentielle de 2007, où ils ont rejoint Nicolas Sarkozy pour être sûrs de retrouver ces mêmes sièges. (more…)

28 mars 2011

Cantonales : les départements qui changent de majorité et François hollande qui met le cap sur les primaires…

Peu de changements marquent ces élections cantonales. La gauche contrôlait 58 départements en France métropolitaine contre 42 à la droite avant le scrutin. Deux départements sont encore incertains, mais la gauche remporte deux conseils généraux, contre un à la droite. La Réunion et Mayotte passeraient également à gauche.

BASCULE À GAUCHE
La gauche espérait jusqu’à six conquêtes. Elle devra se contenter de deux de manière certaine dimanche soir, et peut en revendiquer quatre.

Dans les Pyrénées-Atlantiques, où régnait une égalité en siège, le PS aurait obtenu trois cantons et donc la majorité au conseil général, l’UMP ne parvenant à en conquérir qu’un seul.

Dans le Jura, où droite et gauche étaient également à égalité avec 17 conseillers généraux chacun, la gauche aurait remporté dix cantons contre sept à la droite et obtient donc la majorité. Le PS avait fait de cette conquête une priorité, Martine Aubry et Arnaud Montebourg s’étaient déplacés dans le Jura entre les deux tours.

Cas à part, Mayotte, contrôlée par l’UMP depuis 2008, pourrait passer à la gauche, qui y a désormais huit élus sur 19, contre six pour le parti présidentiel. Ce n’est pas une « bascule » car Mayotte ne sera le 101e département français qu’à l’issue de la première séance de son nouveau conseil général.

Autre victoire qui revient à la gauche, La Réunion, où Nassimah Dindar, élue divers droite qui dirige l’île avec une coalition PS-PC-Modem, devrait rester à sa tête, la majorité sortante ayant obtenu 32 élus contre 16 pour l’UMP. Il s’agit donc d’une victoire attribuable à la gauche, même si Mme Dindar n’a quitté l’UMP qu’en décembre. (more…)

25 mars 2011

Borloo s’agite, l’UMP devient fébrile

Filed under: 18 - UDF-MoDem-Centre — iledere @ 12:00

(Jean-Louis Borloo - Wikimedia commons - Jean-Louis Aubert)Le Parti radical s’apprêterait à quitter l’UMP dans une quinzaine de jours, c’est en tout cas le l’info ou l’intox qui agite depuis ce jeudi matin l’univers centriste. Et si cette information, fondée ou infondée, en cachait une autre : l’UMP au bord de l’éclatement ?

L’avantage avec les centristes ? Ce sont des gens plutôt divertissants. Entre leurs déchirements, leurs hésitations, leur rapprochement, leurs dissensions, ils n’ont pas le temps de s’ennuyer. Si le débat d’idées se fait rare voire inexistant dans cette grande famille multi-parentale éclatée, les pourparlers sur la « couleur des murs » se révèlent, eux, en revanche, récurrents. « Coordination des centres », « confédération des centres », l’alliance Morin/ Arthuis, le solitaire Bayrou -qui reste dans son coin en élève modèle refusant de prendre part à ce gentil pugilat-, voilà autant de péripéties qui feraient perdre le nord à n’importe quel observateur avisé. Dernier rebondissement en date, les rumeurs sur l’éventuel départ du parti de Jean-Louis Borloo de l’UMP .

Les divergences entre le président du Partir radical et l’UMP ont éclaté au grand jour le lendemain du premier tour des élections cantonales. Borloo profite d’une brève allocution pour piétiner joyeusement la consigne « Ni FN-Ni PS » donnée la veille par l’Elysée et l’UMP. Affirmant que « Faire barrage au FN est évidemment indispensable », l’ex-ministre de l’Ecologie avoue avoir compris « que ce n’était pas une position parfaitement partagée au sein de la majorité ». Selon Laurent Hénart, numéro 2 du Parti radical contacté par Marianne2, rien de surprenant dans cette déclaration : « On a juste rappelé la position radicale, c’est la même depuis 30 ans. » (more…)

20 novembre 2010

Révélations sur les activistes de l’extrême centre

Filed under: 09 - Evènement,18 - UDF-MoDem-Centre,humour — iledere @ 11:30

Vous avez tremblé quand les anarcho-autonomes de l’ultra-gauche ont saboté des caténaires. Vous avez frémi quand une bombe a failli être placée par Al Qaïda au pied de la tour Eiffel. Vous allez sangloter quand sera exposée au grand jour l’emprise sur notre vie politique d’un nouveau groupuscule clandestin : l’EXTREME CENTRE !!!

On les croit dans la majorité, ils sont dans l’opposition ; on les dit dans l’opposition, ils entrent au gouvernement. Ils sont partout à la fois, à gauche, à droite, au centre, nulle part. Tantôt ils se taisent et semblent se confondre avec la droite rigide qui nous gouverne, tantôt ils retrouvent leur « liberté de parole » et menacent de porter un projet alternatif autonome pour les prochaines présidentielles. Ils ne bronchent pas quand on expulse les Roms par milliers, mais brusquement, ils sont capables d’utiliser des mots très durs tels que « social » ou « justice ». L’extrême centre est là, parmi nous, et il n’est plus permis de l’ignorer.

Certes, étant peu nombreux, ils sont déjà divisés. Ces nouvelles entités mobiles – Nouveau Centre, Gauche Moderne, Modem, auxquelles s’ajoute l’antédiluvien et bipolaire PR, peinent à unifier leur action. Mais des éléments incontrôlés, incontrôlables, surgissent sans arrêt dans l’actualité en clamant haut et fort le contraire de ce qu’ils claironnaient la veille. Comment anticiper sur la violence inouïe de salves verbales telles que « c’est un gouvernement RPR » ou « François Fillon m’a déçu » ?

De manière préventive, il convient de ne jamais perdre de vue que l’activiste de l’extrême centre raffole des dorures de la République. Il en rabat dès qu’on lui offre un maroquin ! Donnez-lui un ministère et il ronronnera à vos pieds du matin au soir. Mais si vous le privez de sa voiture de fonction, aussitôt son amour se transmutera en haine et son ressentiment vous vaudra d’incessantes attaques et railleries.

On croyait Bayrou seul vestige du protocentrisme oppositionnel canal historique. Las ! Morin et Borloo en sont les nouvelles icônes. Villepin est à l’affût. D’autres encore guettent Tapie dans l’ombre. Ils ont derrière eux des fantassins par dizaines, infiltrés dans les médias, le Sénat et les Rotary Clubs. L’extrême centre aiguise patiemment ses griffes, prêt à bondir sur ses proies. Un fauve en costume trois pièces reste un fauve, ne l’oublions pas.

Olivier Pages pour « Betapolitique »

9 juillet 2010

Europe écologie : alternative ou imposture ?

Filed under: 18 - UDF-MoDem-Centre — iledere @ 6:30

solylunafamilia - Flickr CCEngagé auprès de François Bayrou, le blogueur L’Hérétique n’apprécie guère la mode d’Europe Ecologie. Il critique ici la crédibilité d’Europe écologie, qui regroupe des courants aux orientations contradictoires.

Je lis parfois qu’Europe écologie constituerait la nouvelle troisième voie de la politique française. Rien n’est plus faux. Soyons clairs : Europe écologie est un parti de gauche avant toutes choses. Europe-écologie envisage des alliances exclusivement à gauche. Plus généralement, avec les Verts, le principal problème, c’est que l’on ne sait jamais exactement pour qui l’on vote.
Personnellement, je ne me retrouve pas du tout dans le positionnement politique des Verts, mais je reconnais qu’il existe des tendances très différentes. Il y a des décroissants, des malthusiens revendiqués (Yves Cochet qui veut supprimer les allocations familiales au troisième enfant sous prétexte qu’un enfant occidental pollue !) des libertaires (Gabriel Conh-Bendit) des verts de gauche mais raisonnables (Dominique Voynet) et cetera…

Le programme des Verts est toutefois truffé de déclarations à l’emporte-pièce et de promesses parfaitement irréalisables ce qui le rend tout sauf crédible.
Mes lecteurs l’auront remarqué, je n’aime pas ce qui est dans l’air du temps. La mode actuelle, c’est le ralliement à Europe écologie. Je n’aime pas cette mouvance fallacieuse.

Any Poursinoff affronte ce week-end Jean-Frédéric Poisson dans le second tour d’une législative partielle. Je n’aime aucun de ces deux candidats. Jean-Frédéric Poisson représente le parti chrétien-démocrate de Christine Boutin, une mouvance qui se donne faussement une allure sociale et qui n’est rien d’autre que du catholicisme le plus conservateur fleurant parfois bon l’intégrisme. (more…)

10 avril 2010

Trois suggestions à Bernard Kouchner

Filed under: 01 - Etudes et analyses,18 - UDF-MoDem-Centre — iledere @ 6:30

Hervé de Charette a été ministre des affaires étrangères en 1995-1996, alors que Jacques Chirac était président de la République et Alain Juppé premier ministre. Il a joué un rôle actif et positif au moment de l’agression israélienne contre le Sud-Liban au printemps 1996 (le premier ministre était alors Shimon Peres). Envoyé par le président, de Charette séjourne dans la région pendant près de deux semaines, obtenant, malgré les réticences américaines et israéliennes, la mise sur pied d’un groupe de surveillance du cessez-le-feu auquel sont associés la Syrie, Israël, le Liban, les Etats-Unis et la France.

Député, Hervé de Charette a quitté l’UMP en décembre 2009 et a rejoint le Nouveau Centre. Le 24 mars 2010, lors des questions au gouvernement, il est intervenu sur la question palestinienne :

« Monsieur le ministre des affaires étrangères, dites-nous jusqu’à quand l’Europe, et avec elle la France, va continuer de supporter sans réagir la politique réactionnaire du Gouvernement israélien à l’égard du peuple palestinien. (Applaudissements sur les bancs du groupe GDR.) Le Gouvernement israélien décide de construire 1 600 nouveaux logements dans la partie arabe de Jérusalem, qu’Israël occupe depuis quarante ans sans aucun droit. Que fait l’Europe ? Rien. »

« La malheureuse population de Gaza est enfermée dans une vaste prison à ciel ouvert où des milliers de familles sont livrées à la misère, au milieu des ruines laissées par la guerre déclenchée par l’armée israélienne. Que fait l’Europe ? Rien. »

« La colonisation se poursuit inlassablement en Cisjordanie. Que dit l’Europe ? Rien. Des milliers de Palestiniens sont détenus dans les prisons et les camps israéliens sans jugement et sans droit. Que dit l’Europe ? Rien. Toujours rien. »

« Monsieur le ministre, les provocations récentes du Premier ministre israélien, son intention délibérée de rendre impossible quelque négociation que ce soit avec les dirigeants palestiniens, ont atteint un niveau qu’on avait sans doute jamais connu dans le passé. Tous dans cette assemblée, nous souhaitons pour Israël un avenir de paix, de sécurité et de prospérité, mais nous sommes nombreux à refuser de sacrifier le peuple palestinien à l’intolérance et à l’aveuglement du gouvernement israélien d’aujourd’hui. »

« Plus encore qu’au ministre des affaires étrangères, je m’adresse au French Doctor qui s’est toujours intéressé aux droits de l’homme dans le monde. (Exclamations.) Je vous en supplie : entendez l’appel de la Palestine, qui depuis des années, subit l’injustice de l’Histoire. (Applaudissements.) »

La réponse du ministre des affaires étrangères Bernard Kouchner est désarmante :
(more…)

Page suivante »

Plate-forme de blogs du Parti socialiste | Propulsé par Wordress Mu | Articles (RSS) et Commentaires (RSS)
Sauf mention contraire, le contenu de cette page est sous contrat Creative Commons Creative Commons