Section socialiste de l'île de Ré
Le courage, c'est de chercher la vérité et de la dire. Jean Jaures – Psiledere@aol.com

24 octobre 2011

Investiture de Hollande : « Il va devoir nous écouter ! »

Filed under: 13 - PS — iledere @ 6:30

Samedi, sur la scène de la Halle Freyssinet, à Paris, avait lieu le « sacre » de François Hollande, élu la semaine précédente aux primaires socialistes pour conduire le PS en 2012. Dans le public, tout l’état-major du parti et quelque 5 000 militants. Qui attendent beaucoup du futur candidat à la présidentielle…

Martine Aubry, Ségolène Royal, Manuel Valls, Arnaud Montebourg, Harlem Désir… Et d’autres « stars » : Stéphane Hessel, Benjamin Biolay ou Jean-Michel Ribes. Tous assis dans les trois premiers rangs, affichant leur union à la Convention d’investiture de François Hollande, samedi 22 octobre, à la Halle Freyssinet (Paris XIIIe).

Dans la salle, il y a aussi 5 000 anonymes. Militants ou sympathisants socialistes, venus soutenir en personne leur « nouveau » leader. Bahia, 30 ans, a fait l’aller-retour Lille-Paris dans la journée. Elle a adhéré pour la première fois au PS au moment des primaires et a choisi Martine Aubry. Cette fois, elle votera, comme tout le monde, pour François Hollande. « Il a les épaules pour rassembler. Le rassemblement, c’est ce qui caractérise le PS », dit-elle sans grand enthousiasme.

Marie-Anne, 26 ans, badge « H is for Hope avec hollande.fr » sur la poitrine, se montre, elle, plus souriante : « On est là pour fêter les primaires qui sont une réussite pour l’instant, affirme celle qui a participé à l’organisation du scrutin dans l’Essonne. Je l’ai constaté sur le terrain, même des gens qui n’ont pas voté Hollande sont contents. Le tout désormais, c’est de continuer sur la lancée des primaires ». (more…)

13 octobre 2011

Face à face tendu entre Aubry, offensive, et Hollande, rassembleur

Filed under: 13 - PS — iledere @ 12:00

Lors du dernier débat télévisé de la primaire socialiste, mercredi soir, le député de Corrèze et la maire de Lille ont eu de vifs échanges. Avant cette confrontation, François Hollande a reçu l’appui de son ex-compagne, Ségolène Royal, redonnant ainsi de la dynamique à sa campagne.

C’était la lutte finale ! L’affrontement, soigneusement évité depuis le début de la primaire, a bien eu lieu mercredi soir, sur le plateau de France 2, lors du débat opposant les deux vainqueurs du premier tour, Martine Aubry et François Hollande. Passé les premières minutes d’aménité, où la maire de Lille a évoqué leurs «  relations amicales et franches  » et où François Hollande a parlé de «  respect  », il n’a pas fallu attendre beaucoup pour entendre les premiers dérapages.

« Il faut une gauche solide  »
Alors que François Hollande se posait en rassembleur, Martine Aubry est passée à l’offensive. «  Face à la droite dure, face à une crise qui dure, il faut une gauche forte » pour « mettre les banques au pas, mener la transition écologique et la sortie du nucléaire », a-t-elle assuré, sous-entendant le manque de détermination de François Hollande. «  Je n’ai pas envie d’une gauche dure. On sort de cinq ans d’une présidence brutale. Nous aurions, nous, une candidature sectaire ? Je ne le veux pas. Il faut une gauche solide  », a-t-il rétorqué.

Autre passe d’armes, sur le non-cumul des mandats. « Ce n’était pas facile à faire, a déclaré Martine Aubry. J’ai perdu des soutiens, mais je l’ai décidé. C’est ça une gauche forte ! », a-t-elle ajouté. François Hollande a répliqué que, s’il est élu, le non-cumul d’un mandat parlementaire avec celui d’un exécutif local s’appliquera à tous, par la loi, dès 2012. « Puis-je être plus clair ? » a-t-il lancé. « Oui, tu peux ! », a rétorqué Martine Aubry. (more…)

12 octobre 2011

Martine des villes et François des champs

Filed under: 13 - PS — iledere @ 12:00

A chacun son électorat. L’exercice inédit de la primaire a révélé de curieux contrastes géographiques entre le vote des différents candidats socialistes. Comme si chacun avait réussi à séduire une fraction du « peuple de gauche ».

François Hollande domine d’abord Martine Aubry dans la France rurale. Il l’écrase ainsi dans la Creuse (56% contre 19%), en Haute-Vienne (63% contre 14%) ou encore en Lozère (49% contre 19%). Comme de bien entendu, le président du conseil général de Corrèze règne en maître dans son propre département où il rafle pas moins de 86% des suffrages ! On note aussi de bons résultats de ce candidat dans le centre de la France marqué à gauche comme l’Allier (44%) ou le Cher (43%).

Hollande devance enfin largement sa principale concurrente dans cette France de l’Ouest qui a basculé à gauche au cours des dernières décennies. Il l’emporte ainsi nettement dans le Finistère (43% contre 32%), dans les Côtes d’Armor (44% contre 30%) ou encore en Loire-Atlantique (41% contre 32%). Il est à noter que ces départements ont proportionnellement le plus voté dimanche dernier avec des taux tournant autour de 8% des inscrits. La participation a également été étonnamment élevée dans des départements ruraux comme Haute-Vienne où elle atteint également 8%.

Par contraste, la France de Martine Aubry est très urbaine. Si elle est en tête à Paris (37% contre 32% à son principal concurrent), ce n’est sans doute pas seulement en raison de la prise de position du maire de la capitale, Bertrand Delanoë, en sa faveur. Il existe aussi des raisons plus sociologiques. Ce sont les arrondissements populaires (mais aussi « bobos ») du nord-est qui ont voté pour elle. Par exemple, dans le bureau de vote de la rue de Barbanègre, dans le 19ème, Aubry écrase Hollande par 41% contre 24%.

La maire de Lille talonne son adversaire de second tour en région parisienne : 34% contre 35% en Seine-Saint-Denis ou encore 31% contre 35% dans l’Essonne. Aubry cartonne dans nombre de communes de l’ancienne ceinture rouge. Elle obtient ainsi 49 et 50% dans les deux bureaux de La Courneuve (Seine-Saint-Denis), contre 28 et 29% à Hollande. Elle emporte la majorité absolue des suffrages dans le Nord (55%) mais arrive également en tête dans le Pas-de-Calais voisin (43% contre 37%). La candidate obtient également de bons scores dans certains départements populaires comme la Somme (35% contre 38%). A noter que, dans tous ces départements, la participation n’a pas été élevée avec seulement 4 à 5% des inscrits. (more…)

11 octobre 2011

Martine Aubry : « Face à une droite dure, il faut une gauche forte »

Filed under: 13 - PS — iledere @ 12:30

Martine Aubry s'adresse à ses partisans, dimanche soir à l'issue du premier tour de la primaire PS. Martine Aubry, qualifiée pour le second tour de la primaire socialiste, s’est félicitée dimanche soir de la « belle image » donnée par ce vote. Dans son discours, elle a lancé des signaux aux électeurs de gauche, tout en marquant ses différences avec François Hollande.

C’est « un dimanche qui marquera l’histoire de notre démocratie et de la gauche », a déclaré lors d’une allocution à Solférino la maire de Lille, arrivée deuxième avec 30,6 % des voix. Les six ont donné « un avant-goût d’une belle équipe de France que nous pourrons constituer en 2012 », a-t-elle souligné.

« Malgré le matraquage des sondages (…) je n’ai jamais douté de ce résultat parce que je sais que les Français sont un peuple libre, indépendant et fier, qui n’aime pas que l’on choisisse pour lui », a lancé Mme Aubry. Les Français savent « aussi que, pour présider le destin de la France, dans une période aussi difficile qui plus est, il faut avoir à la fois une vision, tracer un chemin et porter un projet clair », a-t-elle dit.

« JE N’AI PAS CHERCHÉ À PLAIRE OU À FLATTER »

« Un peuple qui sait que face à une droite dure et une crise qui dure il faut une gauche forte pour sortir la France de la crise, pour mettre la finance et les banques enfin au service de l’économie réelle, pour engager la transition énergétique sur laquelle je me suis clairement exprimée », a-t-elle lancé.

« Pour présider la France en une période si difficile il faut avoir une vision, tracer un chemin et avoir des idées claires, pour engager la transition énergétique, pour redresser notre industrie, notre agriculture ». (more…)

13 septembre 2011

Benoît Hamon contraint Martine Aubry à faire le grand écart

Filed under: 13 - PS — iledere @ 12:00

Les Strauss-Khaniens rangés derrière Martine Aubry ont dû tousser ce matin en écoutant la prestation radiophonique de Benoît Hamon sur France Inter. Leur allié de circonstance a tenu un discours aux accents Mélenchonien. « Je me moque d’être crédible » a notamment martelé le porte-parole du PS à l’adresse des marchés financiers. Ce radicalisme assumé fragilise et brouille la ligne politique de la maire de Lille dont la candidature repose sur le fragile équilibre entre l’aile gauche et l’aile droite du PS.

Sors de ce corps Jean-Luc. Patrick Cohen ne s’en est pas encore remis, interloqué d’entendre le porte-parole du PS reprendre la ligne politique du candidat du Front de Gauche aux présidentielles plutôt que celle de Martine Aubry.

La jeunesse de Benoît Hamon dissimule l’archaïsme de la gauche radicale qui, malgré les apparences, en est encore à rejeter le système capitaliste sans être pour autant en capacité de proposer une alternative politique crédible. Un discours contestataire dans lequel s’est engouffré le Front National, bien décidé à conquérir les classes populaires et moyennes bousculées par une mondialisation dans laquelle elles ne se retrouvent plus.

A juste titre, Benoît Hamon redoute un accident politique et démocratique en Europe et veut contrer Marine Le Pen. « Nous ne gagnerons pas les présidentielles sur les modalités de l’austérité » estime-t-il avant de préciser « si on devait écouter aujourd’hui la Commission européenne et l’OCDE et quelques institutions libérales qui nous recommandent l’austérité, nous irions tout droit à la catastrophe« .

Le partisan de Martine Aubry s’emporte contre une dette « illégitime » que l’on veut faire payer aux Français. Et quand le journaliste de la station publique lui fait remarquer qu’elle est peut être illégitime mais qu’elle existe quand même, Benoît Hamon rétorque qu’il existe plusieurs manières de réduire les déficits avant de fendre complétement l’armure : « Moi, je me moque d’être crédible envers Moody’s ou Standard and Poor’s. Je me moque d’être crédible envers M. Barroso, je me moque d’être crédible envers les grands économistes du FMI. Ce qui m’importe c’est le suffrage universel. Et le problème de la société française  c’est quoi ? C’est qu’aujourd’hui le champ de la souveraineté populaire n’a cessé de se rétrécir ».

Benoît Hamon, ne veut pas qu’on s’aligne, qu’on se range devant les marchés soit, un discours très éloigné de celui de sa candidate contrainte de soigner son image de présidentiable « responsable« . « Peu importe » rétorque le député européen qui avance comme défense la complémentarité des positions.

Par Henry Moreigne pour « La Mouette »

9 septembre 2011

Critiques sur Aubry et Hollande : Royal rappelée à l’ordre

Filed under: 09 - Evènement — iledere @ 12:00

Mardi, Mme Royal s’en prenait aux sondages « de nature à perturber la sincérité du débat et l’égalité entre les candidats ». Jeudi, elle éreinte ses deux rivaux dans « Le Figaro ».REUTERS/POOL

La Haute Autorité de la primaire (HAP) a rappelé jeudi 8 septembre les candidats socialistes au respect « de la charte éthique » pour ce scrutin, après les propos très critiques de Ségolène Royal contre Martine Aubry et François Hollande publiés le même jour dans Le Figaro.

Dans « une recommandation », la HAP « rappelle aux candidats les prescriptions de la charte éthique qui gouverne la primaire«  soulignant que « celle-ci prohibe tout dénigrement de la personne des candidats (…) Ceci doit aussi s’entendre comme s’appliquant à tout propos péjoratif sur les parcours politiques des uns et des autres ».

Le Figaro a publié jeudi matin des déclarations de Mme Royal très critiques contre deux de ses adversaires à la primaire, Martine Aubry et François Hollande.

ROYAL ACCUSE « LE FIGARO »
« Le point faible de François Hollande, c’est l’inaction », déclare ainsi la présidente de Poitou-Charentes à propos de son ex-compagnon. « Est-ce que les Français peuvent citer une seule chose qu’il aurait réalisée en trente ans de vie politique ? Une seule ? », demande-t-elle.

Quant à la maire de Lille, « sa seule expérience électorale, c’est une législative perdue en 2002. Passer de rien à une campagne présidentielle, ce n’est pas facile », lance celle qui fut candidate du PS à l’Elysée en 2007.

Plus tard dans la journée, Mme Royal affirmé sur BFMTV qu’elle n’avait « donné aucune interview au Figaro », accusant le quotidien d’avoir publié « des phrases sorties de leur contexte » pour « essayer de dresser les socialistes les uns contre les autres ». (more…)

27 août 2011

François Hollande favori de la primaire socialiste, selon un sondage exclusif

Filed under: 13 - PS — iledere @ 6:32

Le député et président du conseil général de Corrèze, François Hollande, arrive à La Rochelle, le jeudi 25 août.Le député et président du conseil général de Corrèze, François Hollande, arrive à La Rochelle, le jeudi 25 août.REUTERS/POOL

Avantage François Hollande. A six semaines du premier tour de la primaire qui désignera le candidat commun du Parti socialiste (PS) et du Parti radical de gauche (PRG) à la présidentielle de 2012, et alors que s’ouvre, vendredi 26 août, l’université d’été du PS à La Rochelle, le député et président du conseil général de Corrèze semble le mieux placé pour l’emporter.

Mais le jeu reste très ouvert, et la moitié des électeurs certains d’aller voter reconnaissent qu’ils peuvent encore changer d’avis. Tels sont les principaux enseignements du sondage Ipsos-Logica Business Consulting, réalisé par téléphone du 16 au 22 août auprès de 3 677 personnes constituant un échantillon représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, pour Le Monde, France Inter, France Info, France 2 et France 3.

Combien de votants ? A ce jour, Ipsos évalue à 9 % le potentiel de participation à la primaire. Cela signifierait que 3,8 millions d’électeurs iraient voter le 9 octobre.

Les personnes sondées ayant traditionnellement tendance à surestimer leur participation à un scrutin, le chiffre est à prendre avec précaution. « Il est difficile de savoir quel sera le taux de participation réel, reconnaît Brice Teinturier, directeur général délégué d’Ipsos France. Mais le seuil du million d’électeurs, au-delà duquel les socialistes ne cessent d’affirmer que la primaire serait un succès, a de fortes chances d’être dépassé. » Qui votera ? Sans surprise, la plupart des électeurs déclarant qu’ils voteront à la primaire (71 %) sont des sympathisants du PS. Mais 12 % se disent proches de l’extrême gauche, du Parti communiste ou du Parti de gauche, et 6 % sont des sympathisants écologistes. (more…)

5 août 2011

Aubry attaque un blogueur de 71 ans : gentil papi ou vieux facho ?

Francis NériQui est vraiment le blogueur retraité que Martine Aubry poursuit en justice ?

Martine Aubry est sans cœur, méchante, cruelle et pratique la justice de classe : telle est la conclusion que la « droitosphère » et la « fachosphère » (on distingue, mais ces derniers temps, on a parfois du mal à trouver des différences) ont tiré après l’annonce que la candidate à la Primaire du PS avait décidé de poursuivre en justice un blogueur retraité de 71 ans.

Martine Aubry et son mari, Jean-Louis Brochen, font reproche à ce blogueur d’avoir repris à son compte les pires rumeurs courant à leur sujet. Ils le poursuivent donc en justice (pour diffamation ET atteinte à la vie privée). Rendez-vous est fixé le 12 septembre prochain au Palais de justice de Paris. (ICI les faits)

Bien évidemment, ce matin, suivant la formule consacrée, « Internet s’est enflammé », « droitosphère » et « fachosphère » faisant cause commune pour défendre M. Néri, le blogueur poursuivi par Martine Aubry.

Les éléments de langage des défenseurs du malheureux retraité victime de la méchante Aubry sont quasi-identiques (réflexe identitaire ?). En substance : la candidate à la Primaire socialiste s’en prend à un pauvre retraité peu fortuné et ça, c’est vraiment méchant, c’est la lutte du pot de terre contre le pot de fer, c’est encore la preuve qu’il existe une justice de classe et patati et patata… Tous ces arguments ont été avancés par M. Néri lui même sur son blog : « je n’ai pas les possibilités financières, ni les compétences pour faire face aux moyens d’une personne dirigeante du puissant Parti socialiste et qui brigue les plus hautes fonctions de la république. J’habite un HLM, avec tous les problèmes qui y sont posés en terme de relations, j’ai une modeste pension de retraite qui suffit tout juste à nos dépenses et les sommes réclamées en dédommagement me semblent, personnellement, exorbitantes. Alors s’il faut se rendre à Paris en septembre pour être de toutes façons condamné, car je ne serai pas prêt, je préfère rester chez moi pour éviter des frais de déplacement et d’avocat. » Vite, un mouchoir…

Sauf que… (more…)

28 mai 2011

François Hollande, une normalité qui fait polémique

Filed under: 13 - PS — iledere @ 6:30

S’affichant d’ores et déjà comme l’adversaire principal de Nicolas Sarkozy, François Hollande a revendiqué dimanche dernier sur le plateau de TF1 une présidence « normale » qui tranche avec le mandat du président sortant. « Je considère que ce que nous vivons depuis 2007 n’est pas normal« , a estimé l’ancien Premier secrétaire du PS.

L’actuel locataire de l’Elysée n’a pas eu besoin de riposter. Martine Aubry s’est chargée de porter dans la foulée la contradiction par média interposé. « Je suis une femme normale au sens que je vis comme tout le monde, mais je pense que quand on veut être candidat à la présidence de la République, il faut un peu plus ». « Il faut incarner la France pour gagner, incarner son histoire, ses valeurs, il faut montrer une vision, un cap », mais aussi faire preuve de « proximité avec les Français » a répliqué la patronne des socialistes sur France 2.

A la normalité du Président du Conseil général de Corrèze, la Maire de Lille oppose la notion de proximité. Ce faisant elle commet une importante erreur stratégique. Quel que soit le candidat qui sortira vainqueur de la primaire, il lui faudra faire feu de toutes pièces sur le Chef de l’Etat sortant et son bilan. Or, l’hyperprésidence et le mode de gouvernance de Nicolas Sarkozy prêtent le flanc à la critique tant les excès et dérapages ont été nombreux pour ne pas dire, pathologiques.

En taclant avec hargne François Hollande, Martine Aubry prive les socialistes d’arguments susceptibles de faire mouche. Car Nicolas Sarkozy n’entend pas modifier son mode de fonctionnement, persuadé que les Français ne se soucient que des résultats, pas des gesticulations. « Il y a une énorme vague qui veut de l’épicé, du vrai tempérament et des vraies idées. Ceux qui sont déçus par moi ne le sont pas parce que j’en fais trop, mais parce que je n’en fais pas assez » déclarait il y a quelque temps le président en exercice. (more…)

Page suivante »

Plate-forme de blogs du Parti socialiste | Propulsé par Wordress Mu | Articles (RSS) et Commentaires (RSS)
Sauf mention contraire, le contenu de cette page est sous contrat Creative Commons Creative Commons