Section socialiste de l'île de Ré
Le courage, c'est de chercher la vérité et de la dire. Jean Jaures – Psiledere@aol.com

1 septembre 2011

La juge accuse : Sarkozy a bien acheté son élection en enveloppes de liquide

Filed under: 07 - Justice,20 - UMP — iledere @ 6:30

La bombe a éclaté hier matin à la Une de Libération : « La juge (Isabelle) Prévost-Desprez, aujourd’hui dessaisie, explique qu’un témoin a vu Nicolas Sarkozy se faire remettre des espèces chez la milliardaire. Une révélation explosive publiée dans le livre de deux journalistes et démentie par la présidence de la République. »

Le scoop étant réservé aux abonnés du quotidien, voyons le résumé d’Europe 1 : « Dans cet ouvrage, intitulé Sarko m’a tuer et qui recueille des témoignages de personnalités qui ont subi les foudres du président de la République, la vice-présidente du tribunal de Nanterre déplore avoir été dessaisie à l’automne 2010 au profit du tribunal correctionnel de Bordeaux.

Il fallait me dessaisir par tous les moyens. Il était impératif de me débarquer », explique-t-elle. Mais surtout, Isabelle Prévost-Desprez affirme qu’un témoin a vu « des remises d’espèces à Nicolas Sarkozy » chez la milliardaire. La juge précise dans l’ouvrage faire ici référence à l’infirmière de Liliane Bettencourt, qui selon le journal Libération, ne se serait toutefois pas exprimée sur le procès-verbal. » L’Express précise : « Interrogée par les auteurs du livre, Isabelle Prévost-Desprez dit avoir été frappée par la peur des témoins lors de ses investigations sur un volet du dossier Bettencourt. Priée de dire de quoi ces témoins avaient peur, la magistrate répond : « Peur de parler sur procès-verbal à propos de Nicolas Sarkozy ».

Réaction de l’Elysée : « allégations scandaleuses, infondées et mensongères ». Ben voyons. S’agissant de cette affaire Woerth-Bettencourt, nous écrivions en novembre 2010 : « Rappelons qu’il s’agit d’une affaire d’État : le ministre Eric Woerth est lourdement soupçonné de «trafic d’influence par une personne investie d’un mandat électif» et de «financement illicite de parti politique ou de campagne électorale», au bénéfice du président de la République en exercice, Nicolas Sarkozy, dont l’élection s’en trouverait invalidée si les faits étaient avérés ». (more…)

15 août 2011

Le scandale de l’impunité totale de Nicolas Sarkozy

Filed under: 07 - Justice,20 - UMP — iledere @ 12:00

Affaires Karachi, Bettencourt, Tapie ? C’est entendu, s’il y avait une justice, elle expédierait Eric Woerth en prison et Christine Lagarde avec lui. Mais leur chef ?

L’hyperprésident, l’homme qui prend toutes les décisions ? Si Woerth est lourdement soupçonné d’avoir encaissé au moins 150 000 euros d’argent liquide en toute illégalité de la main de la vieille milliardaire, c’est bien pour financer sa campagne présidentielle : ne peut-il être inquiété pour cela ?
Et si Lagarde s’est rendue coupable de plusieurs violations manifestes de la légalité pour accorder coûte que coûte le cadeau royal à Bernard Tapie de centaines de millions d’euros aux frais du contribuable, n’est-ce pas sous son ordre ?
Par conséquent et ricochet, ne devrait-il pas s’en expliquer devant la justice ?

Le 14 mai dernier, nous titrions Lagarde en prison ! (et Sarkozy sitôt levée l’immunité présidentielle), mais nous avions tout faux. Non pas à propos de la culpabilité de la nouvelle patronne du FMI (quelle honte !), celle-ci s’est encore confirmée depuis, une enquête étant désormais ouverte pour des incriminations plus graves que le simple (sic) « abus d’autorité » : « complicité de faux » et « complicité de détournement de biens publics ». « Des chefs passibles de 10 ans de prison et 150 000 euros d’amende », ajoute Libération. Mais sur le sujet de la possible mise en cause du chef de l’Etat. Parce que Nicolas Sarkozy jouit en réalité d’une impunité totale. (more…)

21 juillet 2011

Ce que Liliane Bettencourt a dit à la juge

Filed under: 07 - Justice — iledere @ 12:00

Ce que Liliane Bettencourt a dit à la jugeEXCLUSIF. Le Point révèle que la milliardaire ignore tout des investissements faits en son nom.

Dans le numéro 2027 à paraître en kiosques le jeudi 21 juillet, Le Point révèle le contenu de l’audition de Liliane Bettencourt du 11 juillet denier. À la juge des tutelles de Courbevoie Stéphanie Kass-Danno, l’héritière de L’Oréal a ainsi déclaré qu’elle ignorait les récents investissements réalisés en son nom. Elle est même allée plus loin, en affirmant ne pas connaître Stéphane Courbit et n’avoir « pas de grosses sommes d’argent à investir« . Il est pourtant avéré que la milliardaire a acquis pour 143 millions d’euros 20 % des parts d’une société de l’ex-producteur de télévision.

D’après le procès-verbal de l’audition, le juge des tutelles a demandé à Liliane Bettencourt si elle se souvenait des derniers investissements qu’elle avait réalisés. « Non », a-t-elle répondu. « Vous souvenez-vous de l’investissement d’une grosse somme d’argent récemment ? » a demandé la magistrate. « Non. Je n’ai pas de grosses sommes d’argent à investir« , a affirmé Liliane Bettencourt. « Connaissez-vous M. Courbit ? » a alors demandé la juge. « Cela ne me dit rien. Les grandes responsabilités, c’est Pascal (Wilhelm, désigné en janvier dernier comme son « protecteur », NDLR) », a répondu la milliardaire. Une réponse troublante, car Stéphane Courbit avait affirmé début juin que Liliane Bettencourt était « parfaitement informée » de l’investissement réalisé par Me Wilhelm dans une de ses sociétés. (more…)

13 juillet 2011

François-Marie Banier veut aussi taxer les pauvres !

François-Marie Banier veut aussi taxer les pauvres !L’information est révélée par Le Parisien dans son édition du 6 juillet : François-Marie Banier porte plainte contre un SDF qui n’aurait pas apprécié d’être pris en photo sans son autorisation, ce qui lui a valu une gifle. Pauvre François-Marie, victime, une fois de plus, de l’ingratitude du bas peuple.

Décidément, ce que les pauvres peuvent être ingrats ! Et c’est toujours ce malheureux François-Marie Banier qui en fait les frais. Certes, l’ami de Liliane Bettencourt a bénéficié de ses largesses gatouillantes. Certes, on a appris la semaine dernière qu’il échappe à la justice et qu’il peut dépenser à loisir les quelques centaines de millions d’euros dont elle lui a fait don. Mais que cette anecdote ne fasse pas oublier l’essentiel : François-Marie Banier est un artiste. Quelqu’un qui révèle le monde à lui-même. Et ça, c’est beau.

A peine une semaine après le choc émotionnel de la fin des poursuites contre lui, mu par sa seule passion pour la photographie, François-Marie est reparti sillonner les rues de Paris. Toujours en quête d’un regard vrai ou d’une émotion authentique, l’artiste promène son talent, l’appareil photo en bandoulière. Furetant partout, sondant les âmes, scrutant les visages, le photographe tapi dans l’ombre attend le moment juste pour appuyer sur le déclencheur. Tiens, ce SDF qui fait la manche sur les Champs-Elysées et qui plaisante avec les passants, jouant de son gobelet avec espièglerie, comme il est « vrai » ! « Clic », une photo. (more…)

5 juillet 2011

Péril judiciaire sur les enregistrements Bettencourt

Filed under: 07 - Justice,09 - Evènement — iledere @ 6:30

Le feuilleton Bettencourt continue. La Cour de cassation doit examiner mardi 5 juillet un pourvoi en cassation de Liliane Bettencourt contre l’arrêt de la cour d’appel qui déclarait licite la mise en ligne par Mediapart d’extraits d’enregistrements réalisés à son domicile.

Voici un an, le 10 juin 2010, Françoise Meyers-Bettencourt avait remis aux policiers de la brigade financière les retranscriptions des enregistrements effectués par le majordome de sa mère, Liliane Bettencourt, dans son hôtel particulier de Neuilly-sur-Seine.

Le 16 juin, Mediapart publiait un premier extrait de ces enregistrements, avec un avertissement d’Edwy Plenel. Il  spécifiait que seuls les passages présentant un intérêt public, « sur le fonctionnement de la République, le respect de sa loi commune et l’éthique de ses fonctions gouvernementales », c’est à dire les extraits ayant trait aux questions fiscales, au fonctionnement de la justice, au financement de la vie politique, ainsi que les informations sur l’actionnariat d’une entreprise mondialement connue, seraient publiés. A l’exception, donc, de tout ce qui touche à la vie privée et à la sphère de l’intime.

De fait, les articles de Mediapart sur cette affaire d’Etat ont révélé aussi bien le conflit d’intérêt d’Eric Woerth et le rôle de son épouse dans les affaires de Liliane Bettencourt que les dessous du financement de l’UMP et de ses candidats, ainsi que les effets cachés du bouclier fiscal et l’existence d’un patrimoine dissimulé de la milliardaire, ou encore la sujétion du parquet à l’Elysée. La diffusion de ces informations a notamment amené Liliane Bettencourt à déclarer publiquement qu’elle voulait régulariser sa situation fiscale. (more…)

7 juin 2011

Affaire Bettencourt: le parquet s’oppose à l’annulation de la procédure

Filed under: 07 - Justice,20 - UMP — iledere @ 12:00

Le parquet général de la cour d’appel de Bordeaux s’est opposé, lundi 6 juin, aux demandes d’annulation des enquêtes qui constituent l’affaire Bettencourt, formulées par Liliane Bettencourt, l’héritière du groupe L’Oréal, et par sa fille, Françoise Meyers-Bettencourt. La chambre de l’instruction de la juridiction bordelaise rendra sa décision le 28 juin prochain.

Si la justice venait à faire droit aux requêtes des Bettencourt mère et fille, ce sont, au total, huit instructions judiciaires, nées de la révélation par Mediapart d’enregistrements clandestins réalisés au domicile de l’héritière L’Oréal par son majordome, qui pourraient être closes d’un trait de plume.

L’affaire Bettencourt avait poussé hors du gouvernement l’ancien ministre du travail, Eric Woerth, visé par une enquête ouverte pour  «trafic d’influence» au sujet de l’embauche de sa femme dans la société gestionnaire de la fortune de Liliane Bettencourt. Plusieurs juges bordelais travaillent également sur un éventuel financement occulte de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy, en 2007, suite aux révélations de l’ancienne comptable des Bettencourt.

Les avocats de Liliane Bettencourt ont réclamé l’annulation des procédures au motif que les enregistrements clandestins du majordome, les principales pièces à conviction du dossier, ne peuvent être exploités par la justice du fait de leur illégalité présumée.

Me Olivier Metzner, l’avocat de la fille Bettencourt, a pour sa part demandé l’annulation de toutes les enquêtes pour une raison différente: la procédure judiciaire, initiée par le procureur de Nanterre, Philippe Courroye, aurait démarré sur des bases illégales.

En effet, le procureur Courroye avait initialement ouvert une enquête préliminaire pour violation de la vie privée afin d’enquêter sur les enregistrements avant même qu’une plainte soit déposée quelques jours plus tard.

Par La rédaction de Mediapart

14 septembre 2010

Quand le pouvoir s’arroge tous les droits : le feuilleton Bettencourt continue…

Filed under: 05 - Presse, média, Internet,07 - Justice,20 - UMP — iledere @ 6:30

Affaire Woerth : « Le Monde » va déposer une plainte contre X pour violation du secret des sources
Afin d’identifier la source d’informations parues dans Le Monde sur l’affaire Woerth-Bettencourt et de tenter de mettre un terme aux révélations sur cette enquête, l’Elysée a eu recours, courant juillet, à des procédés qui enfreignent directement la loi sur la protection du secret des sources des journalistes. En conséquence, Le Monde a décidé de déposer une plainte contre X pour violation du secret des sources.

Les 15 et 16 juillet, l’enquête préliminaire sur l’affaire Bettencourt a pris un tour déterminant avec les gardes à vue de Patrice de Maistre, le gestionnaire de fortune de Liliane Bettencourt, du photographe François-Marie Banier et de l’ex-avocat de la milliardaire, Fabrice Goguel. Ces auditions ont permis de préciser les conditions d’embauche de Florence Woerth par M. de Maistre. Le Monde a fait état de ces informations à la « une » de ses éditions datées 18-19 juillet, sous le titre « Le principal collaborateur de Liliane Bettencourt met Eric Woerth en difficulté », au-dessus d’un article signé de notre collaborateur Gérard Davet.

La publication de ces informations, à quelques jours de l’audition de M. Woerth par les policiers, prévue fin juillet a, selon des sources proches du dossier, particulièrement irrité l’Elysée. Selon plusieurs sources interrogées par Le Monde à la Direction générale de la police nationale (DGPN) ainsi qu’à la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI), ordre a alors été donné à la DGPN de mettre fin aux fuites qui avaient abouti à la publication de ces informations dans Le Monde.

L’ACTION DU CONTRE-ESPIONNAGE
Les services de la DCRI, c’est-à-dire du contre-espionnage français, ont été mis à contribution hors procédure judiciaire, une quinzaine de jours avant qu’une enquête préliminaire ne soit ordonnée par le parquet de Paris, le 4 août. Ils ont d’abord cherché à cerner le profil de la source potentielle. Parmi les personnes qui pouvaient avoir accès aux procès-verbaux des auditions, ils se sont arrêtés sur un haut fonctionnaire, David Sénat, conseiller pénal de la garde des sceaux, Michèle Alliot-Marie.

Le téléphone administratif de ce dernier a fait l’objet de discrètes expertises techniques. Les identités des personnes ayant contacté ce membre de l’appareil d’Etat ont été remises à la DCRI par un opérateur téléphonique, sous forme d’un listing. C’est à cette occasion que le nom de Gérard Davet, journaliste au Monde, est apparu. La DCRI – qui a assuré au Monde avoir agi dans le cadre de sa « mission de protection des intérêts de l’Etat «  – a transmis, courant juillet, ses conclusions à l’Elysée, pensant avoir identifié la source du Monde. (more…)

5 septembre 2010

Affaire Woerth-Sarkozy : beaucoup de questions, peu de réponses !

Filed under: 07 - Justice,20 - UMP — iledere @ 6:20

Le porte-parole de l’UMP Frédéric Lefebvre, le patron des sénateurs UMP Gérard Longuet et le chef de la majorité à l’Assemblée nationale Jean-François Copé ont tous les trois tenté d’éteindre l’incendie provoqué par les déclarations du ministre du Travail. Eric Woerth a reconnu, hier, avoir participé à la demande de légion d’honneur du gestionnaire de fortune de Liliane Bettencourt Patrice de Maistre.

Reposons la question puisqu’elle n’a pas été entendue : combien de temps Nicolas Sarkozy va-t-il couvrir le soldat Woerth et surtout, pourquoi il maintient au gouvernement un ministre de plus en plus carbonisé ? Comment peut-on croire qu’il est maintenu à son poste pour négocier la réforme des retraites ? Hier Nicolas Sarkozy a renouvelé son soutien à Woerth, mais lorsque les journalistes lui ont demandé « est-ce que le ministre du Travail est toujours à même de défendre la réforme des retraites ? », le chef de l’Etat s’est contenté d’acquiescer, sans faire plus de commentaire. Or, au moment même au Eric Woerth vantait la modération des partenaires sociaux, les syndicats sortaient de cette réserve : François Chérèque a jugé qu’il y avait « un vrai problème » se demandant comment le ministre pouvait « gérer en même temps ses problèmes personnels avec l’affaire Bettencourt et la réforme des retraites », tandis que Bernard Thibault a estimé que le ministre était « objectivement plus occupé, et préoccupé, par autre chose que par le sujet qui nous, nous intéresse ».

« On ne pourra pas tenir comme ça pendant deux mois encore », abonde une source gouvernementale

Mais, derrière ce soutien officiel, en coulisse le ton est un peu différent. « Ca devient vraiment très compliqué », lâche un proche du chef de l’Etat. « On ne pourra pas tenir comme ça pendant deux mois encore », abonde une source gouvernementale, citée par l’AFP. Si l’ineffable Frédéric Lefebvre, porte-parole du message officiel, a estimé hier que les attaques contre le ministre du Travail Eric Woerth avaient « fait flop » car l’affaire Bettencourt « n’est en rien une affaire politique » mais « une affaire familiale », à en croire certains signes, l’appui présidentiel a déjà perdu un peu de sa vigueur du début de l’été. Ainsi que l’a concédé implicitement Luc Chatel, Nicolas Sarkozy s’est abstenu de soutenir Eric Woerth devant les autres membres du gouvernement mercredi. Pour Frédéric Lefebvre, « Eric Woerth ne s’est jamais caché d’avoir remis » la Légion d’honneur à Patrice de Maistre. Cela n’a jamais été mis en cause.

Le problème ce n’est pas seulement la légion d’honneur, c’est la confusion des genres, les conflits d’intérêt patents
Le problème ce n’est pas seulement la légion d’honneur, car ce n’est qu’un signe, pas plus. Le problème c’est la confusion des genres, les problèmes déontologiques que pose son comportement, les conflits d’intérêt aggravés dans son cas, le double langage sur les exilés fiscaux alors qu’il tient des réunions à Genève avec certains d’entre eux pour financer l’UMP. Or, contrairement à d’autres pays la France ne dispose pas de la moindre réglementation en ce qui concerne cette question, révélant la consanguinité entre monde des affaires et monde politique. Le 12 Juillet, pressé par les évènements, le président de la République a annoncé la création d’une « commission de déontologie » qui devrait « réfléchir à la façon dont on doit ou non compléter ou modifier la loi pour éviter dans l’avenir toute forme de conflit d’intérêts ». (more…)

30 août 2010

Affaire Woerth-Bettencourt : le procureur général « envisage de saisir la Cour de justice »

Filed under: 20 - UMP — iledere @ 12:00

Le procureur général près la Cour de cassation Jean-Louis Nadal « envisage de saisir la cour de justice de la République » à propos des infractions présumées de prise illégale d’intérêt et de favoritisme du ministre du travail Eric Woerth dans l’affaire Bettencourt, selon le Journal du dimanche de dimanche.

Selon l’hebdomadaire, un courrier du 11 août de l’ex-ministre de l’environnement et avocate Corinne Lepage (Cap21) est « à l’origine de ce nouveau front judiciaire ». « J’estime, au regard de la Constitution, que le procureur Nadal a le droit d’actionner la Cour de justice. Je lui ai demandé de le faire, quitte d’ailleurs à ce qu’à l’arrivée, elle lave M. Woerth de tout soupçon« , a expliqué la députée européenne à l’hebdomadaire.

Le JDD affirme que M. Nadal a réclamé « la communication de tous les éléments du dossier pénal susceptibles de concerner une éventuelle prise illégale d’intérêt ou un délit de favoritisme » au procureur général de Versailles, supérieur hiérarchique du procureur Philippe Courroye à Nanterre, où est traité le tentaculaire dossier Bettencourt.

Le procureur général aurait également réclamé « une copie du rapport de l’inspection générale des finances » à l’actuel ministre du budget François Baroin. Selon ce rapport, M. Woerth ne serait pas intervenu dans le dossier Bettencourt lorsqu’il était ministre du budget. L’entourage de M. Nadal indique, toujours dans le JDD, attendre d’avoir évalué « la pertinence des documents » avant de voir « s’il y a lieu de saisir la commissions des requêtes« .

Interrogée sur la base qui permettrait au procureur général de saisir la Cour de justice, Mme Lepage a dit avoir « visé les deux infractions supposées reprochées à M. Woerth » lorsqu’il était ministre du budget : « son intervention éventuelle en matière fiscale pour un contribuable employeur de son épouse et aussi la vente des terrains de l’Oise« .

LEMONDE.FR avec AFP

Page suivante »

Plate-forme de blogs du Parti socialiste | Propulsé par Wordress Mu | Articles (RSS) et Commentaires (RSS)
Sauf mention contraire, le contenu de cette page est sous contrat Creative Commons Creative Commons