Section socialiste de l'île de Ré
Le courage, c'est de chercher la vérité et de la dire. Jean Jaures – Psiledere@aol.com

14 avril 2011

DSK: «la croissance seule ne suffit pas» contre le chômage

Filed under: 09 - Evènement,13 - PS — iledere @ 12:00

Le directeur général du Fonds monétaire international, Dominique Strauss-Kahn, a appelé mercredi à des politiques « pragmatiques » contre le chômage, dépassant l’opposition « entre flexibilité et rigidité sur les marchés du travail ».

« La croissance seule ne suffit pas. Nous avons besoin de politiques qui touchent directement au marché du travail. La crise nous a appris que des politiques bien conçues dans ce domaine peuvent sauvegarder des emplois« , a affirmé M. Strauss-Kahn, dans un discours à Washington dont le texte a été transmis à la presse.

« Nous devons être pragmatiques. Nous devons dépasser l’opposition binaire et stérile entre flexibilité et rigidité sur les marchés du travail et nous demander à la place si les politiques sont efficaces dans la création et la préservation d’emplois« , a-t-il poursuivi.

Le patron du FMI a rappelé que plus de 200 millions de personnes cherchaient un emploi aujourd’hui dans le monde, soit 30 millions de plus qu’en 2007.

« Peu contesteraient que des allocations chômages convenables sont un point de départ. Et quand on les combine avec des diplômes et une formation, elles peuvent aider les chômeurs à s’adapter à une économie changeante« , a-t-il souligné.

« Cela est particulièrement pertinent quand les pertes d’emplois sont très concentrées chez les jeunes et ceux qui n’ont pas qualifications, et quand le chômage est de plus en plus de longue durée« , a considéré M. Strauss-Kahn.

(Source AFP)

30 mars 2011

Emploi des jeunes : le Medef abat ses cartes

Filed under: 04 - Emploi formation — iledere @ 12:00

Pour la première fois depuis l’ouverture de la négociation paritaire sur l’emploi des jeunes, le Medef sort des généralités et avance des mesures chiffrées. Dans un document de travail qui sert de base à la séance de négociation d’aujourd’hui, il propose un arsenal de mesures en faveur de plus de 85 000 jeunes de moins de 30 ans et suggère, ce qui fera débat, d’affecter une partie des réserves de l’Association pour l’emploi des cadres (APEC) au financement de ces dispositifs.

Le projet de texte patronal, assez court, propose d’abord “un accompagnement individuel renforcé” pour les jeunes, qualifiés ou pas, ayant des difficultés d’accès à l’emploi. Son objectif est clair : favoriser leur accès à un emploi durable (au moins six mois). Mis en oeuvre par le service public de l’emploi ou par ceux qui y participent, le dispositif comporterait une phase de diagnostic de la situation du jeune. Viendraient ensuite le temps de la construction de son projet professionnel (via notamment une remise à niveau, des ateliers d’acquisition de techniques de recherche d’emploi etc), puis la mise en relation avec des entreprises ayant des besoins identifiés de main d’oeuvre et un suivi par un tuteur.

Le tout durerait douze mois et, pour éviter les décrochages, pourrait être prolongé par un suivi de six mois après l’embauche. Le Medef propose que cet accompagnement renforcé bénéficie à “au moins 20 000 jeunes en 2011, pour un coût de 34 millions d’euros” et qu’il soit “financé par l’affectation, au titre de la solidarité, d’une partie des réserves de l’Apec”.

Dans son article 2, la copie patronale préconise des mesures spécifiques en direction des diplômés de l’enseignement supérieur issus de filières généralistes ou de jeunes sortis sans diplôme de l’enseignement supérieur. C’est à l’Apec, estime le Medef, qu’il convient de confier le pilotage de ce dispositif comportant une phase d’orientation des étudiants, de définition de et de préparation d’un projet professionnel et, éventuellement une formation ou une préparation opérationnelle à l’emploi (POE).

Cela suppose ”un partenariat étroit entre l’Apec, les entreprises et les branches professionnelles qui l’informent sur leurs besoins de main d’oeuvre, et les établissements d’enseignement supérieur”. 20.000 jeunes par an bénéficieraient de cet accompagnement en 2011 et 2012. Le coût total de la mesure est de 35 millions d’euros, que le Medef, là aussi, propose de mettre à la charge de l’Apec. (more…)

28 mars 2011

Chômage de février : léger recul, sauf pour les seniors et les chômeurs de longue durée

Filed under: 06 - Travail-Entreprises — iledere @ 12:00

Toutes catégories confondues, Pôle Emploi compte 6.100 inscrits de moins en France métropolitaine. Mais l’hécatombe se poursuit chez les grands sacrifiés de la crise : seniors et chômeurs de longue durée.

Tout d’abord, une excellente nouvelle. Dans cette dernière note de la Dares/Pôle Emploi, on remarque que les chiffres des DOM sont enfin intégrés à ceux de la métropole dans presque toutes les rubriques sous l’intitulé « France, ensemble » : voilà qui sonne républicain ! Si on peut se réjouir de cette avancée, il demeure prématuré d’en faire autant quant au contenu statistique de la publication : il semblerait que, cette fois-ci, le gouvernement l’ait compris. Etat des lieux.

Cat. A — En France métropolitaine, ils sont 2.701.100 à n’avoir exercé aucune activité (-2.100 sur le mois, mais +1,3% sur un an). Rajoutez-en 230.700 pour les DOM, et vous obtenez 2.931.800 chômeurs officiels, soit une hausse annuelle de 1,9%.

Cat. B et C — En métropole, ils sont 533.000 inscrits à avoir exercé une « activité réduite courte » (-2.200 sur le mois, mais +3,7% sur un an) et 806.600 à avoir exercé une « activité réduite longue » (-200 sur le mois, mais +14,9% sur un an). Pas de détail pour les DOM mais si on fait le calcul, on en compte 29.900 dans ces catégories. Ce qui porte leur total « France » à 1.369.500.

Total ABC — Ainsi, le nombre de chômeurs « tenus d’accomplir des actes positifs de recherche » en métropole s’élève à 4.040.700 (-4.500 sur le mois, mais +4,1% sur un an). Rajoutez-en 260.600 pour les DOM, et vous obtenez un total « France » de 4.301.300 (+4,4% sur un an).

Cat. D et E — A nouveau en métropole (pas de détail pour les DOM), ils sont 245.300 à avoir été en arrêt maladie ou en maternité — il paraît que le chômage et la crise n’ont pas freiné le nombre des naissances… —, en stage, formation ou convention de reclassement (-3.800 sur le mois et -1,9% sur un an). On en compte 352.600 en contrats aidés (+2.200 sur le mois et +16,8% sur un an) : la catégorie E est, d’ailleurs, la seule où l’augmentation des effectifs est constante, le contrat aidé étant une affaire qui marche… (more…)

23 mars 2011

Chômeurs en fin de droits : vogue la galère !

Filed under: 04 - Emploi formation — iledere @ 12:00

Pendant que les partis politiques mobilisés pour le deuxième tour des cantonales se posent la question de leur avenir, l’angoisse et le manque de perspectives continuent de toucher un million de chômeurs qui vont arriver en fin de droits cette année !

Même si on peut le regretter, le résultat des élections cantonales n’est pas en mesure d’infléchir les orientations économiques et sociales du président et de son gouvernement.

C’est d’autant plus regrettable qu’alors que le chômage reste à ce jour la principale préoccupation des Français, ils n’ont obtenu de la part du gouvernement que la déclaration de Claude Guéant : « (…) Les Français, à force d’immigration incontrôlée, ont parfois le sentiment de ne plus être chez eux (…) Nos compatriotes veulent choisir leur mode de vie, ils ne veulent pas qu’on leur impose » – Le Point

Mais le plus grave c’est que l’UMP ne semble faire aucun lien entre cette préoccupation, liée à la politique de l’emploi du gouvernement, qu’elle soutient, au point, comme l’explique Europe 1, qu’elle a « (…) décidé de commander plusieurs enquêtes d’opinion sur le profil des 56% d’abstentionnistes au premier tour des cantonales de dimanche dernier (…) Sachant que le but de ces enquêtes est de (…) savoir si le FN pourra puiser dans cette réserve de voix pour la présidentielle, ainsi que pour les prochaines législatives (…) »

Et pourtant, rappelle France Info : « (…) Il y aura cette année un million de chômeurs qui vont arriver au bout de leur droit à une indemnité de chômage. Pour les moins de 50 ans, elle est versée pendant deux ans (…) » Après, il faut viser, entre autre, l’ASS : « (…) 460 euros par mois. Pour six mois. Et avec des conditions. Celle d’avoir d’abord tenté de décrocher un emploi aidé, c’est-à-dire un contrat avec une association, une collectivité locale, une entreprise dans un dispositif d’insertion dans le monde du travail. Ou une formation rémunérée. Le tout piloté par Pôle Emploi (…) » (more…)

4 février 2011

Chômage des séniors : une catastrophe

Filed under: 06 - Travail-Entreprises — iledere @ 12:00

Ce qu’il y a de bien avec Pole Emploi c’est que les mauvais résultats qu’ils annoncent permettent d’enfoncer un peu plus la politique du gouvernement. Aujourd’hui, c’est son Directeur Général qui s’exprime devant l’AFP.

Le « nombre de demandeurs d’emploi de plus de 50 ans a augmenté de plus de 10% en 2010 sous le coup de la crise qui a incité les entreprises à se séparer des salariés les plus âgés. »
C’est ballot, c’est justement en 2010 que le gouvernement a décidé d’augmenter l’âge de la retraite. Le nombre de demandeurs d’emploi de plus de 50 ans va encore augmenter, mais mathématiquement, cette fois. Ca leur fera un prétexte qu’ils n’arriveront même pas pour en déduire à quel point la réforme est inique, déplorable, ridicule, néfaste, …

+ 10% ? Non ! +16,3% !
« Le nombre des seniors de plus de 50 ans en quête d’emploi – dans la catégorie n’ayant exercé aucune activité – a progressé en 2010 de 73.000 pour atteindre 523.000 (+16,3%). »

Faire travailler les anciens ? Une ineptie.
« La révolution technologique tend à minorer leur atout qui est l’expérience, en particulier pour les moins qualifiés. »
Tiens ! Ca me rappelle mon copain Casquette dont je vous parlais l’autre jour. Mort avant 60 ans après 6 ou 8 ans de chômage parce que son patron avait remplacé les machines par des nouvelles… (more…)

28 janvier 2011

2010 : une année noire pour l’emploi

Filed under: 06 - Travail-Entreprises,21 - Mensonges de Sarko — iledere @ 12:30

poleemploi3Alors que le Président de la République avait annoncé fièrement que le chômage allait baissé en 2010, la publication des chiffres du nombre de demandeurs d’emploi en décembre 2010 permet de dresser le bilan d’une année qui s’avère tristement catastrophique pour l’emploi en France.

En 2010, le nombre de demandeurs d’emploi inscrit à Pôle emploi a augmenté en un an de +5,3%, soit + 202.500 personnes (catégorie A, B,C). Pour le seul mois de décembre, il est en augmentation de + 32.600. Il y a à peine deux ans, en décembre 2008, la France comptait 795.900 chômeurs en moins. Comment ce gouvernement ose t-il encore soutenir que sa politique a eu un quelconque effet sur la crise ? Comment peut il poursuivre sa politique de suppression d’emploi public dans ce contexte ? Comme peut il encore croire que sa réforme des retraites n’aura pas un effet néfaste sur l’emploi des seniors, alors qu’en un an le chômage des plus de 50 ans a augmenté de 16,6% ?

Austérité budgétaire et salariale, mesures clairement en défaveur de l’emploi (comme la détaxation des heures supplémentaires), l’emploi n’a pas été la priorité de la droite depuis qu’elle est au pouvoir. En revanche, tous ses efforts pour précariser les salariés et détricoter le droit du travail connaissent eux des résultats édifiants, avec l’augmentation des emplois précaires et de l’emploi à temps partiel.

Deux ans après le début de la crise, ce gouvernement n’a toujours aucun résultat. Il serait temps qu’il est enfin une politique en faveur de l’emploi. L’emploi devrait être sa priorité numéro un, et l’occuper matin, midi et soir !

Merci à « la lettre de Jaures« 

14 janvier 2011

Précarité des femmes : Quand Pôle Emploi s’inspire de la téléréalité !

Filed under: 04 - Emploi formation — iledere @ 6:30

><b>Précarité des femmes : Quand Pôle Emploi s'inspire de la téléréalité !S’il suffisait aux femmes touchées par la précarité ou le chômage d’une  » journée relooking » de haut de gamme pour en sortir, ça se saurait ! C’est pourtant ce que Pôle Emploi entend faire avec une fondation dont l’épouse du premier ministre est la marraine.

Alors qu’on se gargarise au gouvernement sur l’égalité des chances et la parité, le Secours Catholique fait un constat : les femmes sont les  » premières victimes de la pauvreté  » ! Ils l’indiquaient dans un rapport publié par le Journal La Croix :  » (…) Les femmes représentent 54,4 % des personnes accueillies en 2008 alors qu’elles n’étaient que 51 % en 1989. Surtout, leur vulnérabilité augmente : près de six femmes sur dix vivent seules, 7,6 % travaillent à temps partiel contre 2,5 % des hommes rencontrés et, à l’âge de 35 ans, 83 % d’entre elles ont des enfants à charge contre seulement 53 % des hommes (…)  »

A ces difficultés s’ajoutent les mesures de baisse de plusieurs aides sociales annoncées par François Baroin et … un nombre officiel de chômeurs de 4,019 millions

Comment dans ces conditions retrouver, durablement, sa place dans le monde du travail ?

Faute d’apporter des réponses en créant des emplois, il existe un discours droito-libéral qui consiste à expliquer à ces femmes que ce n’est pas le travail qui manque mais … leur apparence qui est un frein à leur emploi !

C’est semble t-il la voie qu’a choisit Pôle Emploi qui s’est associé à la fondation EREEl, en recyclant le concept de l’émission de M6 : « Nouveau look pour une nouvelle vie  » Emission dans laquelle, des femmes ont décidé de changer leur image et leur look. Et présentée par l’inénarrable Cristina Cordula ( ma chériiiie) qui dirige une agence de conseil en image

En effet, c’est par un communiqué du 10 janvier, baptisé : « 1ère journée Action Relooking » que Pôle Emploi présente l’opération (more…)

29 septembre 2010

Retraites : coût pour l’Unedic de 440 à 530 millions d’euros à l’horizon 2018

Filed under: 03 - Economie — iledere @ 12:00

La réforme des retraites aura un impact net sur les comptes de l’assurance chômage à partir de 2015, qui culminera entre 440 et 530 millions d’euros en 2018, selon des estimations de l’Unedic révélées mardi par La Tribune, dont l’AFP a eu copie.

Les effets du recul de l’âge légal de départ en retraite sur les comptes de l’Unedic, à savoir un surcoût d’indemnisation des chômeurs mais aussi des cotisations supplémentaires, ne seront en effet pas immédiats en raison de l’application progressive du décalage de l’âge.

Pour bâtir ses estimations, deux scénarios ont été testés par l’Unedic pour la période 2010-2018 : l’un à taux d’emploi à 60 ans inchangé et niveau de salaire constant, l’autre avec une augmentation du taux d’emploi d’un point.

Dans le premier cas, le coût de la réforme pour l’assurance chômage pourrait avoisiner un demi-miliard d’euros à l’horizon 2018.

Selon ce scénario, l’impact net pour l’Unedic s’élèverait à 230 millions d’euros en 2015, 480 millions en 2016, avant de se stabiliser à 530 millions d’euros à partir de 2017.

Pour les allocations chômage, le surcoût financier serait « nul pour l’Unedic jusqu’en 2014, estimé à 1,44 milliard d’euros sur la période 2015-2017 (230 millions d’euros en 2015, 480 millions d’euros en 2016, 730 millions d’euros en 2017) et estimé à 730 millions d’euros par an à partir de 2018« , selon la note.

Et pour les cotisations, la recette liée à des cotisations supplémentaires « n’existera pour l’Unedic qu’à partir de 2017 » et est estimée à environ 200 millions d’euros par an à partir de 2017, ajoutent les experts.

Le deuxième scénario serait un peu moins coûteux pour l’assurance chômage. L’impact net du recul de l’âge légal de départ en retraite s’élèverait à 200 millions d’euros en 2015, puis 420 millions d’euros en 2016, avant de se stabiliser à 440 millions d’euros à partir de 2017.

Autrement dit, si le taux d’emploi à 60 ans augmentait d’un point entre 2010 et 2018, le coût de la réforme pour l’Unedic serait réduit à 440 millions d’euros à l’horizon 2018, au lieu de 530 millions dans le premier scénario.

Pour les allocations chômage, ce deuxième scénario prévoit un surcoût financier nul jusqu’en 2014, estimé à 1,27 milliard d’euros sur la période 2015-2017 (200 millions d’euros en 2015, 420 millions d’euros en 2016, 650 millions d’euros en 2017) et à 650 millions d’euros par an à partir de 2018.

Et pour les cotisations, la recette liée à des cotisations supplémentaires, estimée à 210 millions d’euros par an, n’existerait aussi qu’à partir de 2017.

Les estimations des experts de l’Unedic prennent en compte les règles actuelles de l’assurance chômage.

Dépêche AFP

29 août 2010

Mettons le Chômage et l’Emploi au cœur des débats de 2012

Filed under: 09 - Evènement — iledere @ 6:22

Parce que près de 5 millions de nos Concitoyennes et Concitoyens, inscrits à Pôle Emploi dans les catégories A, B, C, D et E, sont au Chômage ou dans une situation de grande Précarité (soit près de 20% de la population active).

Parce que plusieurs autres millions travaillent dans des conditions souvent pénibles et indignes qui ne leur permettent pas de vivre (temps partiels subis).

Parce que la Précarité des parcours professionnels s’intensifie (plus encore depuis 2007).

Parce que l’État institutionnalise cette précarisation (par, entre autres, la mise en œuvre du rSa) tout en exonérant massivement les entreprises de cotisations sociales, et en leur accordant d’énormes allégements fiscaux (baisse de la TVA dans la restauration).

Parce que les inégalités ne cessent de se creuser, et plus encore depuis «la crise». Que les riches sont toujours plus riches et les pauvres toujours plus pauvres.

Parce que le Chômage est instrumentalisé aux fins de peser sur les salaires et les conditions de travail de celles et ceux qui en ont.

Parce que, SURTOUT, AVANT TOUT, le Chômage massif et la Précarité croissante sont le principal facteur d’Insécurité Sociale qui conditionne la plupart des grands sujets de société (économie parallèle, travail dissimulé, délinquance, financement des Retraites, de l’Assurance-maladie, de l’Éducation, perception et acceptation de l’immigration…).

Parce que les grandes formations politiques occulteront, une fois de plus, la question prioritaire du Chômage et de l’Emploi derrière des écrans de fumée dont on connaît d’avance les foyers : Insécurité, Immigration, Identité nationale, Europe, Mondialisation, et même Écologie (une cause à laquelle nous sommes sensibles mais qui ne doit pas reléguer nos problèmes au second plan)…

Parce que, au final, les millions de Concitoyennes et Concitoyens touchés par le Chômage, la Précarité et la dégradation des conditions de travail et de rémunération seront, une fois de plus, les grands oubliés et les laissés-pour-compte des débats politiques et sociaux de 2012.

Notre association se doit de prendre l’initiative.

Pourquoi maintenant ?

Parce que nous n’aurons sans doute déjà pas assez de 16 mois (de septembre 2010 à décembre 2011) pour tenter de mobiliser l’énorme Force politique et sociale que représentent ces millions de Concitoyennes et Concitoyens aux parcours professionnels précarisés, voire anéantis par de longues périodes de Chômage. (more…)

« Page précédentePage suivante »

Plate-forme de blogs du Parti socialiste | Propulsé par Wordress Mu | Articles (RSS) et Commentaires (RSS)
Sauf mention contraire, le contenu de cette page est sous contrat Creative Commons Creative Commons