Section socialiste de l'île de Ré
Le courage, c'est de chercher la vérité et de la dire. Jean Jaures – Psiledere@aol.com

7 septembre 2011

Changer les ampoules, une idée pas très lumineuse

Filed under: 09 - Evènement — iledere @ 6:30

Le 1er septembre, les ampoules de plus de 40 watts disparaissent du marché. Mais qui a élaboré ce changement dans nos vies quotidiennes ? se demande le Dagens Nyheter. Car dans les pays du Cercle polaire, cette mesure est plutôt mal accueillie.

A partir de demain [1er septembre], les ampoules de 60 et 75 watts seront interdites en Suède et dans l’ensemble de l’Union européenne. Leur utilisation ne sera pas interdite, mais ces ampoules ne pourront plus faire l’objet d’une « mise sur le marché », selon le jargon de la bureaucratie.

Rarement décision de l’Union européenne aura eu des conséquences aussi palpables sur le quotidien des citoyens. En Suède comme dans d’autres pays membres proches du Cercle polaire, son impact sera particulièrement ressenti quand les soirées seront encore plus lugubres que d’habitude, éclairées par la lumière blafarde des ampoules à faible consommation d’énergie.

De plus, on est en droit de se demander s’il était judicieux d’ordonner la disparition des ampoules classiques pour commercialiser à la place des ampoules qui consomment moins d’énergie mais qui peuvent contenir du mercure, un élément chimique dangereux ? Nul besoin d’être un expert pour voir que cette décision risque de poser de nouveaux problèmes sur le plan environnemental. On s’étonne donc que ces décisions de première importance soient prises sans aucun débat public. Car le sort des ampoules classiques n’a pas été scellé par les politiques – mais par les fonctionnaires de Bruxelles. Voici comment cela s’est passé. (more…)

9 juillet 2011

Les algues vertes sont arrivées en Bretagne avant Nicolas Sarkozy

Filed under: 01 - Etudes et analyses,21 - Mensonges de Sarko — iledere @ 12:00

Les algues vertes ont envahi la plage de Plouha dès le mois de mai. (AFP)Le chef de l’Etat préside une table « pas assez ronde », selon les associations qui n’ont pas été invitées à la discussion sur la protection du littoral.

Nicolas Sarkozy s’est rendu jeudi 7 juillet sur la presqu’île de Crozon, pour y évoquer la protection du littoral et de la mer à l’occasion d’une table ronde. « Cette table ne doit pas être suffisamment ronde : aucun des acteurs majeurs de la lutte contre les algues vertes n’ont été conviés, pas même le président de la Région« , ironise Gilles Huet, délégué général de l’association Eau et Rivières de Bretagne. Cette année, les algues vertes sont pourtant arrivées en Bretagne avant le chef de l’Etat. Favorisées par la chaleur précoce, elles prolifèrent sur les côtes bretonnes et se sont imposées dans un débat auquel elles n’étaient pas invitées.

Le président de la République était accompagné des ministres de l’Ecologie, Nathalie Kosciusko-Morizet, et de l’Agriculture et de la Pêche, Bruno Le Maire. Directement concernés par le dossier de cette pollution annuelle des plages, ils doivent affronter la montée des critiques sur l’efficacité du plan national de lutte, lancé après la mort d’un cheval et le décès suspect d’un salarié chargé du ramassage pendant l’été 2009.

Le sujet est venu sur la table à Crozon, « mais il a été abordé avec des interlocuteurs qui ont tous la même analyse. Aucun d’entre eux ne souhaite voir remis en cause le modèle agricole intensif qui caractérise la région« , se désole Gilles Huet.

« Ramasser plus, pour traiter plus, pour dépenser beaucoup plus »
Pendant ce temps, les ramassages d’ulves – les fameuses algues – se multiplient. Dès le 30 juin, près de 25.000 m3 ont été collectées dans la région (15.175 dans les Côtes d’Armor, 9.792 dans le Finistère). Comparé à 2010, 11.947 pour les Côtes d’Armor, 1.098 pour le Finistère, ces chiffres ont pratiquement doublé. Fin juin, l’usine de traitement de Lantic dans Côtes d’Armor a même été saturée après des arrivages d’algues massifs.

« On est dans la logique du « ramasser plus, pour traiter plus, pour dépenser beaucoup plus« , ne décolère pas le délégué général. Selon lui, ce système vise à ménager la filière agro-alimentaire, les coûts de ramassage et de traitement pesant uniquement sur le contribuable. (more…)

8 février 2011

Sarkozy mobilise deux avions pour un Paris-Bruxelles

Filed under: 20 - UMP,21 - Mensonges de Sarko — iledere @ 12:00

Le sommet européen de vendredi aura été lourd en production de CO2, souligne la presse belge.
La presse belge raille le président français Nicolas Sarkozy, qui s’est rendu au sommet européen du vendredi 4 février, à Bruxelles, en utilisant pas moins de deux avions : « un Airbus A330 et un Falcon 7X, l’avion d’affaires haut de gamme de l’avionneur Dassault », selon le journal Le Soir, qui cite l’agence Belga.

Outre l’avion dévolu à l’usage du président de la République et spécialement aménagé, l’Airbus A330-223 surnommé « Air Sarko One », un second appareil, « un luxueux avion d’affaires Falcon 7X au rayon d’action de 11.000 km », a lui aussi été envoyé vendredi de Paris à Bruxelles, écrit Le Soir.

Les deux capitales ne sont pourtant distantes que de 300 kilomètres. Le trajet par train à grande vitesse ne dure que 1h20.

Le Soir en profite pour rappeler une étude publiée par le magazine Terra Eco de novembre dernier, qui montre que Nicolas Sarkozy figure en sixième place du classement des plus grands émetteurs de CO2 parmi les grands de ce monde (2.900 tonnes équivalent CO2 en 2010).

Dans la foulée, sa,s pour autant y trouver un lien direct, la cote de confiance de Nicolas Sarkozy (31%) a reculé de 3 points au début du mois de février, retrouvant son plus bas niveau déjà atteint en octobre et entraînant dans sa chute celle de François Fillon (-3, 40%), selon le baromètre mensuel CSA pour Le Parisien, HEC et France Inter. (more…)

21 janvier 2011

Comment BP se joue de la loi

Filed under: 10 - Chronique de la haine ordinaire — iledere @ 6:30

Alors que le litre d’essence est en passe de battre son record historique, on commence à nous ressortir la ritournelle « taxes et euro faible face au dollar ». Ceci alors que les mêmes analystes expliquant doctement il y a peu, les nuisances d’un Euro fort… Bien entendu personne ne met en cause les compagnies pétrolières qui sont, comme chacun sait, des modèles de vertu au service de l’automobiliste et de l’environnement… Comme British Pétroleum…

Dégâts écologiques et pavillons de complaisance
Il n’est pas sûr que BP parvienne un jour à nettoyer la marée noire déclenchée par l’explosion de sa plate-forme de forage Deepwater Horizon, le 20 avril dernier, face à La Nouvelle-Orléans. Jusqu’à 40 % des eaux du golfe du Mexique seraient menacées. Seule au banc des accusés, la société pétrolière a placé une part de ses profits sur un compte bloqué. Son procès, qui promet d’être long, fera-t-il la lumière sur les méthodes employées par l’industrie pétrolière, depuis plus de soixante ans, pour échapper à toute régulation ?

Au siège de la compagnie de forage pétrolier Transocean, dans le canton de Zoug (Suisse), l’explosion de Deepwater Horizon fut célébrée dans un hôtel de luxe. Le 14 mai 2010, trois semaines après l’explosion, le propriétaire de la plate-forme, évaluée à 650 millions de dollars avant l’accident, attendait de son assurance le versement d’un premier acompte de 401 millions pour la perte occasionnée. Dans la foulée, le patron de la firme, M. Steven Newman, décidait, lors d’une réunion à huis clos, d’accorder à ses actionnaires 1 milliard de dollars de dividendes. Bel optimisme… très raisonné. En effet, le droit maritime international considère les plates-formes pétrolières comme des navires, et les avocats de Transocean peuvent demander à limiter les responsabilités financières de la société dans la catastrophe à hauteur de la valeur post-accident de la plate-forme : à peine 27 millions de dollars. Une opération juridique fondée sur une loi de… 1851, le Limitation of Liability Act, qui permit aux propriétaires du Titanic, en 1912, de ne verser aux victimes que 95 000 dollars — la valeur des équipements de sauvetage et des barques des rescapés. (more…)

24 décembre 2010

Nathalie Kosciusko-Morizet est-elle compétente ?

Filed under: 03 - Economie,20 - UMP — iledere @ 12:00

Nathalie Kosciusko-Morizet est-elle compétente ?Depuis quelques jours, Nathalie Kosciusko-Morizet sourit rarement. Sa brillante promotion lors du dernier remaniement semble bien loin. Elle est attaquée sur plusieurs fronts. Plus habituée à commenter les bonnes nouvelles, la jeune ministre devait cette fois-ci s’habituer à un autre exercice. Elle était à Cancun pour un sommet écologiste quand la moitié nord de la France connut sa première gigantesque pagaille des transports à cause de la neige.

Dix jours plus tard, elle était là pour commenter les nouvelles difficultés rencontrées dans les aéroports parisiens. Mais elle devait aussi, et surtout, s’expliquer sur la polémique photovoltaïque, une affaire symptomatique d’une incompétence gouvernementale évidente.
Mardi 21 décembre sur France info, Nathalie Kosciusko-Morizet justifiait les 3 mois de moratoire prononcés à l’encontre des installations photovoltaïques : le gouvernement a en effet choisi de suspendre les aides publiques aux projets photovoltaïques de plus de trois kilowatts crête (KWc) jusqu’en mars prochain. Seuls les projets « dans la file d’attente » sont concernés. NKM a apporté deux explications : primo, une « bulle spéculative » se serait développée sur la filière, avec la création de produits financiers ad hoc. Secundo, 90% des équipements installés seraient d’origine chinoise. Or, expliqua la ministre, elle n’a pas trouvé de moyens légaux pour favoriser les fabricants française. « 90 % des panneaux installés en France viennent de Chine (…) On n’a pas été assez stricts sur les critères d’intégration au bâti. (…) Or ces panneaux produisent 1,8 fois plus de CO2 qu’un panneau fabriqué en France.» Cette affaire illustre l’impréparation, voire la désinvolture, avec lesquelles le gouvernement Sarkozy travaille : on lance un dispositif « vert » potentiellement coûteux en aides publiques, on s’autocongratule de l’incroyable effort écolo, et on découvre, quelques mois plus tard qu’il faut tout stopper car on plombe les comptes d’EDF et on subventionne l’importation d’équipements étrangers polluants, importation contre laquelle on ne peut rien en vertu des engagements de libre-échange… On appelle cela de l’incompétence.

Un désastre…
Le 28 septembre dernier, un rapport parlementaire de la commission des Finances détaillait déjà les travers du dispositif de soutien à l’énergie photovoltaïque adopté dans le cadre du Grenelle de l’environnement. Ses auteurs y dénonçaient un tarif préférentiel d’achat qui plombe les comptes d’EDF, un boom des importations de matériel chinois et des défiscalisations coûteuses pour les entreprises et particuliers qui s’équipent, le tout sur fond d’une obligation d’achat imposée à EDF.

1. Sur le tarif, « l’aggravation récente et à venir des charges de service public » de l’électricité « découle essentiellement de l’obligation d’achat de l’électricité d’origine renouvelable et en particulier de l’électricité photovoltaïque.» Ils rappelaient que le tarif d’achat de l’électricité ainsi produite était beaucoup trop favorable par rapport aux autres productions d’électricité : pour 500 ou 580 euros/MWh, il est dix fois supérieur au prix de marché de l’électricité, sept fois supérieur à celui de l’éolien terrestre, et trois fois supérieur à celui de la cogénération biomasse. Leur conclusion était sans appel : « Il n’est pas étonnant que de tels prix d’achat aient déclenché une véritable bulle spéculative dont le paroxysme a été atteint à la fin de l’année 2009(more…)

6 décembre 2010

Le cauchemar de l’écologiste.

Filed under: humour — iledere @ 12:00

Rendez vous compte dans quel enfer se retrouve l’être plus ou moins censé qui ose se vanter d’être écologiste !!
Outre les incessantes railleries de ces collègues peu sensibilisés qui le critiquent pour les moindres écarts qu’il commet, l’écologiste est, dans cette société, comme marchant au bord d’un précipice glissant et susceptible d’exploser à chaque instant.

Mise en situation.
L’écologiste est obligé de se promener en ville. Il subit sans discontinuité le gâchis que font les autres de l’environnement. Pollution atmosphérique, sonore, visuelle, tous ça tourne autour de lui continuellement et le harcèle.
Et même quand il rentre à la maison, l’enfer continue !
Tous ses moindres gestes doivent être calculés pour être en adéquation avec ses convictions ajustés du degré d’écart qu’il se permet, quelque fois, pour ne pas succomber à l’économie (et la folie ?) infinie.

Il monte les escaliers (en appartement), tourne la clé dans sa serrure (jusque là tout va bien même si le frottement entre matériaux métalliques va créer de nanoscopiques copeaux de métal qui iront se déposer au fond de la serrure mais n’inquiéteront l’humanité qu’en cas de démantèlement de la porte et encore le métal c’est naturel non ?…).
Il passe le pas et entre chez lui, pose ses habits (fait de matériaux biologiques et locaux : du chanvre quoi et sans doute un peu de laine…), allume la lumière (d’un fournisseur en énergie renouvelable), l’éteins immédiatement après avoir changé de pièce, va dans la cuisine, et là, subit la loi de la jungle énergivore !
Dans la cuisine, le frigidaire est branché en permanence consommant une énergie de 572Wh/jour. Son organisation est soumise à une tyrannie très précise pour faire bénéficier tous les aliments des températures qui leur convienne et les conserve au mieux.
Tous ses aliments sont garanties biologiques, locaux et il se charge d’aller en vélo les chercher chez le producteur.
En allumant sa gazinière, il sait qu’il va consommer une énergie NON renouvelable, le gaz, car en faisant le bilan énergétique, il a remarqué que la conduction consommait plus après la cuisson de ses aliments que pendant !
Son coin poubelle occupe une place considérable de la cuisine : 1 poubelle par produit recyclable, 1 pour le compost, 1 pour les bouchons d’Amours, 1 plus hétéroclite qu’il déteste…
Cette poubelle est le témoin macabres des derniers restes d’emballages plastiques qui collent aux cadeaux qu’on lui fait, à ses magasines et journaux et à certains produits dont il n’arrive pas à se passer.
Ses armoires regorgent de sachets plastiques et de boîtes à oeuf qu’il n’a pu refuser dans les commerces et qu’il réutilisera à l’infini. (more…)

20 août 2010

Energies renouvelables : promouvoir une économie écologiquement et socialement intégrée.

Filed under: 03 - Economie — iledere @ 12:01

Comment promouvoir une économie écologiquement et socialement responsable ?
Le défi posé aux secteurs économiques est de concilier l’économie(s), l’écologie et l’environnement, ceci notamment dans le domaine de l’énergie. Sans attendre l’émergence d’un «  secteur vert viable  », la transformation de certains modes de production et de consommation sont sources de créations d’emplois et de croissance. Le bâtiment et le secteur de l’énergie sont deux champs d’expérimentation qui peuvent en France prouver que l’écologie au service de l’emploi et de l’économie sont porteurs d’avenir. En France le modèle d’éolienne le plus couramment installé à une capacité de 2 mégawatts : avec une hélice de 90 mètres d’envergure, l’éolienne peut répondre à la consommation domestique de 2.000 personnes. La plus grosse éolienne d’une puissance de 6 mégawatts possède un retord de 126 mètres de diamètre non plus à 90 mètres de hauteur comme celle de 2 mégawatts mais à 131 mètres de hauteur : à elle seule elle peut fournir l’électricité domestique nécessaire à 4.500 ménages. En 2006, Une éolienne horizontale, la première en France, a été installée sur le toit d’un immeuble HLM d’Equihen-Plage (Pas-de-Calais). Elle avait une puissance de 9.000 kW/h et produit l’équivalent de la consommation nécessaire pour les parties communes des deux immeubles (de 20 habitations chacun) situés en-dessous. L’éolienne, qui évoque un fouet de pâtisserie couché sur le côté, a été érigée dans la résidence du Grand Air par la société néerlandaise Windwall, à l’origine de l’innovation, et est raccordée au réseau EDF. Le projet a coûté au total 70.000 euros, et a été financé pour moitié par Pas-de-Calais Habitat, qui gère l’immeuble HLM sur lequel l’éolienne est installée, et pour moitié par l’Agence de développement et de maîtrise de l’énergie (Ademe) et le conseil régional. (A lire : http://codev.pays-des-paillons.fr/eolien_exemples.php#collectif).

Exemple :

Une éolienne sur le toit des immeubles.
Un inventeur français, Hugues Boyenval a mis au point une éolienne à axe vertical. Cette éolienne peut être placée indifféremment sur un toit d’immeuble ou sur un bateau. L’inventeur est expert naval, et la vidéo indique notamment comment pourraient être placées les éoliennes, dans le cas d’une installation en nombre. Sur le toit d’un immeuble, l’éolienne peut-être empilée en plusieurs exemplaires. L’éolienne BSB est constituée de 4 pales disposées autour de l’axe vertical. Elle peut générer une puissance de 15 KWh d’électricité ou 216 litres d’air comprimé à 30 bars. Reste à savoir quelle est la véritable pertinence de l’invention, mais la question mérite d’être posée. (more…)

19 août 2010

Europe écologie: Lepage dénonce «la reprise en main des Verts»

Filed under: 11 - société — iledere @ 8:39

Pour la présidente de CAP21 et ancienne vice-présidente du MoDem, Cohn-Bendit a échoué à faire d’Europe éco un rassemblement de l’ensemble des écologistes. Elle accuse les Verts d’avoir «repris en main» la ligne politique et jamais «lâché» la structure.

A l’origine était une idée. Celle de Daniel Cohn-Bendit de construire avec Europe écologie un rassemblement large et ouvert de toute la mouvance écologiste. Sans exclusive. Mais pour la présidente de CAP21 Corinne Lepage qui interviendra, demain, à Nantes lors des Journées d’été des écolos, il a échoué. La faute, selon elle, à des Verts qui insuffleraient un « virage à gauche » voire à « l’extrême gauche » contraire à l’idée originelle d’EE. La faute à des Verts qui tiendraient les cordons de la bourse écologiste et l’ensemble de la structure et se contenteraient, seulement, de déléguer la candidature à la présidentielle à un « non-Vert ». Duflot et ses proches, avec qui elle a un sérieux contentieux depuis les Journées d’été de Coutances, devraient apprécier sa sortie. Et sa venue à celles de Nantes…

Marianne2 : Dans une interview donnée à 20 Minutes vous dites craindre « un virage trop à gauche d’Europe écologie ». Il n’en reste pas moins qu’Eva Joly apparaît aujourd’hui comme la présidentiable la plus probable. Le discours social ancré à gauche qu’on lui prête désormais lui a été soufflé par les Verts, mais n’a pas encore valeur de ligne politique ?

Corinne Lepage : Ce qu’est en train de devenir Europe écologie m’inquiète. La démarche de Daniel Cohn-Bendit était de faire émerger un grand pôle, une grande force politique, rassemblant toute la diversité de l’écologie. Depuis plusieurs mois — ça n’aura échappé à personne — se joue une bataille entre Europe écologie et les Verts. Et l’on assiste à une vraie reprise en main de la part des Verts. Les propositions qu’ils portent sont proches de l’extrême gauche, sur les retraites par exemple. Moi ce qui m’intéresse, c’est avant tout le projet. Un projet d’écologie politique que je souhaite réaliste et qui doit aller jusqu’au centre. Alors, bien sûr, il y a une montée en puissance d’Eva Joly. Mais quand je vois Jean-Vincent Placé (numéro deux des Verts, ndlr) lui demander de se présenter comme « anticapitaliste » et « antilibérale », tout cela m’inquiète au plus haut point sur la possibilité de voir naître ce grand arc écologique et démocratique que je souhaite.

Et selon vous Daniel Cohn-Bendit aurait cédé du terrain ? Il y a un recul, c’est indéniable. Encore récemment, il a fait savoir sa lassitude. Et ce recul, pour moi, est un aveu d’échec.

Au final, vous voyez une sorte de répartition des rôles entre Europe écologie et les Verts…On voit bien qu’il y a eu un arrangement. À Cécile Duflot et aux Verts qui lui sont proches, la structure. À Europe écologie, ce que l’on pourrait appeler la tête de gondole, la candidature à la présidentielle. À mon sens, il n’y a aucune urgence à savoir quel candidat ira à l’élection. L’urgence est ailleurs. (more…)

26 avril 2010

Le chaos, c’est la vie !

Filed under: 11 - société — iledere @ 6:30

IntersticesMoi qui suis un lecteur assidu d’Agnes, j’avais raté cet article. Heureusement, Thierry a attiré mon attention sur ce bijou…A vous de l’apprécier…

Interstices
Ils sont tellement domestiqués que le jour où leur chaîne virtuelle se distend, ils n’arrivent même pas à faire un pas de côté, ils ne pensent même pas à explorer cette parcelle de liberté inattendue tombée du ciel, ils ne parviennent qu’à maudire leur sort, à chercher des lampistes sur lesquels défouler leur angoisse et ne rêvent que du sempiternel retour à la normale.

Eux, ce sont les maîtres du monde, les élites du système, concentrés à jouer à saute-mouton d’un continent à l’autre, drapés de leur propre importance, convaincus que sans eux, le monde, leur monde en fait, s’écroulerait dans la minute. Eux, ce sont les naufragés du ciel, éparpillés dans tous les aéroports du monde, les sens paralysés par les derniers couinements de l’Iphone ou du Blackberry, coupé de sa base d’alimentation habituelle. Eux, c’est l’élite internationale et cosmopolite de ceux qui font le monde tel qu’il est et qui martèlent sans cesse qu’il n’est pas possible d’en changer. Parce que c’est le seul monde qu’ils connaissent, parce qu’ils n’ont aucune imagination, ni aucun sens du réel. Eux, c’est Daniel Mermet qui les décrit, goguenard, amusé, coincé à Tokyo dans un terminal aéroportuaire en train de se transformer en jungle de Calais par la grâce d’un lointain, très lointain volcan islandais.

En quelques heures, tout le système s’est grippé. En quelques heures, il a bien fallu s’adapter à un monde sans avions et brusquement, il est apparu que nombreux étaient ceux qui pouvaient s’en passer. Comme les ministres européens qui découvrent subitement les joies de la téléconférence avant de probablement se mettre à préférer le train. À l’heure où le réchauffement climatique est une préoccupation internationale, où l’on explique à longueur de temps aux citoyens que le choc pétrolier va engendrer le chaos, ceux qui nous gouvernent n’ont de cesse de se réunir, de se retrouver, de se croiser, de se renifler, empruntant sans cesse le moyen de transport le plus polluant du monde, contraints, disent-ils, par la nécessité de leur charge, par le fait qu’ils sont irremplaçables, partout, tout le temps. Jusqu’à ce que les faits, têtus, viennent les contredire.

Parce que vu du sol, un monde sans avions, c’est plutôt sympathique, vu de nos pieds de rampants assignés à résidence par des contingences économiques soi-disant indépassables, le souffle du volcan balaie bien des automatismes, bien des renoncements, et éclaire un horizon sans traces. Pour la grande majorité d’entre nous, la paralysie de l’espace aérien, c’est le chef de service qui va rester bloqué quelques jours de plus (le pauvre !) dans le cadre de ses vacances paradisiaques, c’est le patron en exil prolongé, ce sont les obsèques désertées d’un dirigeant contestable déjà victime du ciel, ce sont des clandestins qu’il n’est plus si urgent d’expulser. Pour la grande majorité d’entre nous, les cloportes dont le champ des pérégrinations est soigneusement délimité par le triangle étroit des trajets domicile-travail-courses, un monde sans avions c’est un monde dans lequel nous tournons nos regards vers le ciel et où nous plongeons avec délices nos yeux dans le bleu intense et silencieux, un bleu à s’en noyer les rétines, un bleu infini, le bleu au-dessus de la matrice habituellement tracée par leurs innombrables trajectoires indifférentes.
(more…)

Page suivante »

Plate-forme de blogs du Parti socialiste | Propulsé par Wordress Mu | Articles (RSS) et Commentaires (RSS)
Sauf mention contraire, le contenu de cette page est sous contrat Creative Commons Creative Commons