Section socialiste de l'île de Ré
Le courage, c'est de chercher la vérité et de la dire. Jean Jaures – Psiledere@aol.com

29 octobre 2011

Les DRH prédisent l’explosion sociale en France pour 2012 !

Filed under: 03 - Economie,04 - Emploi formation — iledere @ 6:39

Entreprise & Personnel, le think tank des DRH de grandes entreprises envisage une explosion sociale, due à la rigueur en 2012. Il appelle les patrons à faire preuve de pédagogie et à se montrer exemplaires en termes de responsabilité sociale. Pas gagné !

Inconnu du grand public mais adulé par les experts et journalistes économiques, la note de conjoncture d’ Entreprise & Personnel, est attendue, tous les ans comme le messie. Il faut dire que ce think tank regroupe aujourd’hui plus de 110 des grandes entreprises, organisations privées et publiques.

Originalité de leur dernière note de conjoncture : Une vision apocalyptique de la situation sociale. En clair, une explosion sociale liée à la rigueur qui devrait s’accroître en 2012 et à l’incompréhension grandissante entre les salariés et leurs employeurs.
Sandra Enlart directrice général d’Entreprise & Personnel s’en expliquait sur BFM Business le 21 octobre dernier.
Outre indiquer aux entreprises qu’il est nécessaire de faire attention au climat social interne, elle prône la pédagogie du : «  Vivre ensemble  » et les appelle à assumer leurs responsabilités et obligations et se montrer exemplaires termes de responsabilité sociale. Elle tire également la sonnette d’alarme sur le dialogue social en panne, craignant que les partenaires sociaux ne se fassent déborder par leur base !

Quelques extraits du rapport sur l’avenir des salariés en 2012 ? (more…)

3 septembre 2011

Indemnités chômage : Quand l’UMP joue aux gentils et aux méchants ?

Filed under: 20 - UMP — iledere @ 8:03

Ainsi, d’un côté, il y aurait le « gentil » Lemaire qui voudrait, au nom de la justice sociale et des économies budgétaires, limiter les indemnités chômage des cadres. Et de l’autre le « méchant » Wauquiez qui s’y opposerait ? Décryptage d’une stratégie purement politique, dont les salariés payeront finalement la note !

Si la polémique entre Bruno Lemaire et Laurent Wauquiez sur le montant des indemnités de chômage des cadres ressemble à s’y méprendre à un nanar cinématographique, il ne faut pas s’y tromper, une fois les rivalités de pouvoir arbitrées par Nicolas Sarkozy, tout ce petit monde saura s’entendre pour ramener les salariés plus d’un siècle en arrière !

En prenant connaissance des propos de Bruno Lemaire, on ne peut être qu’étonné. En effet, comment, à quelques mois de la présidentielle, peut-on proposer de s’en prendre aux cadres supérieurs qui, en général, votent très majoritairement pour l’UMP et … Nicolas Sarkozy. C’est d’autant plus étonnant que toucher aux cadres supérieurs, c’est empoisonner durablement les rapports entre les chefs d’entreprises et leurs cadres supérieurs, habituellement chouchoutés par l’UMP.

Ce qu’expliquait, à demi mots, Laurence Parisot sur France2: « (…) Si jamais on baissait les allocations versées aux cadres en cas de chômage, il faudrait aussi symétriquement baisser leurs cotisations, sinon ce serait tout à fait injuste (…) les cotisations des cadres font partie des recettes les plus importantes du régime. Donc, au total, tout le monde serait perdant (…) »

Mais la réaction la plus vive est venue de Laurent Wauquiez, ex co-responsable avec Nathalie Kosciusko-Morizet du projet pour 2012, lorsque Xavier Bertrand était à la tête de l’UMP. Il a fait part, immédiatement de sa désapprobation : « (…) Le problème ce n’est pas le montant, pour moi, le problème c’est l’accompagnement (…) pour moi la bataille, ce n’est pas de commencer à faire des coupes dans le niveau des aides (…) »

En fin de compte, Bruno Lemaire qualifié « d’opportuniste » par son propre camp, ne fait que prendre le contre pied de Laurent Wauquiez sur le travail gratuit des titulaires des minima sociaux ! En clair : un coup sur les indemnités « extravagantes » des cadres mis au chômage pour essayer de plaire à l’électorat populaire et contrebalancer le coup sur les assistés des minima sociaux de Laurent Wauquiez destiné à plaire à l’électorat le plus à droite. (more…)

26 août 2011

Monsieur le Président : Et si vous nous reparliez de l’emploi des seniors ?

Filed under: 04 - Emploi formation — iledere @ 6:30

Depuis 2008, le Président ne cesse de répéter que l’amélioration de l’emploi des seniors est une priorité du gouvernement. Or, depuis, il n’y a pas eu un mois de baisse du nombre de chômeurs seniors !

Le 19 septembre 2007, Nicolas Sarkozy lors d’un discours au Sénat : « Pour un contrat social nouveau » déclarait : « Promouvoir le travail, c’est aussi mettre fin au gâchis insensé que représente la mise à l’écart des travailleurs dès 50 – 55 ans (…) Aujourd’hui, près de 6 salariés sur 10 sont chômeurs ou inactifs au moment où ils liquident leurs droits à la retraite (…) Quant aux dispenses de recherche d’emploi, elles seront progressivement supprimées pour ceux que cela concernera à l’avenir (…) » Et d’ajouter : « (…) Il n’est plus admissible que notre système d’indemnisation du chômage encourage cette culture du retrait précoce de la vie active (…) »

Le 12 août 2011, Les Echos écrivaient : « Le seuil des 800.000 demandeurs d’emploi de 50 ans ou plus devrait être annoncé lors de la prochaine publication des chiffres du chômage. En effet : Pôle emploi en a dénombré 797.800 à fin juin, soit 100.000 de plus qu’à la fin juin 2010 (…) »

Outre la faible activité des entreprises et leur peu d’appétence à recruter des salariés de 50 ans et plus, on aura soin de rappeler que cette situation est en partie due au vote, par les parlementaires UMP, dans la nuit du 17 au 18 juillet 2008, de la suppression progressive de la dispense de recherche d’emploi (DRE). Jusqu’à cette date : « les chômeurs seniors de plus de 57.5 ans pouvaient ne plus avoir à chercher un travail sans craindre la radiation et la perte de leurs droits »

Dans le détail : « (…) A partir du 1er janvier 2009, l’âge minimal pour en bénéficier devait être relevé à 58 ans, puis à 59 ans en 2010, et 60 ans en 2011. Le Gouvernement visant ainsi une suppression progressive de la DRE pour 2012 (…) » Détails disponibles sur le site du Ministère de l’Emploi

Ce qui était prévu dans le programme 2007 du candidat Sarkozy : « (…) Supprimer la dispense de recherche d’emploi pour les seniors et créer les conditions juridiques, économiques et sociales pour permettre aux seniors de conserver une activité professionnelle le plus longtemps possible (…) » (more…)

1 février 2011

Procession contre la mise à mort de l’emploi

Filed under: 06 - Travail-Entreprises — iledere @ 12:00

C’est en Ardennes qu’a eu lieu une marche, sans cris, sans débordements, mais plutôt dans un silence de mort, tel une procession un jour d’enterrement, pour manifester contre la désertification, la dés-industrialisation, la mort de l’emploi dans cette région.

Un cercueil avec les 148 noms des salariés de Porcher devait être brulé, mais ce ne fût pas le cas. « Ce cercueil, c’est le symbole de nos années de travail. Il contient notre histoire. Nous le brûlerons le jour où nous fermerons définitivement nos grilles. Et j’espère que de ces cendres, la flamme de notre lutte pour l’emploi ne s’éteindra jamais » a déclaré un délégué FO.

Cette manifestation très symbolique montre le désarroi des populations confrontées à la fermeture de leurs outils de travail. En plus des salariés concernés, ce sont les commerçants et les élus de la région qui manifestaient leur solidarité. Mais que peuvent-ils face à la pauvreté de leur tissu économique ?

Partout en France, chez les salariés, la révolte gronde. Les conséquences de la crise ont eu des répercussions dans beaucoup de familles. Chômage, précarité, gel des salaires concernent au moins l’un de nos proches.

Dans les Ardennes, comme dans toutes les régions de France où l’on s’éloigne des grandes villes, les entreprises se font rares. Mais il n’y a pas de fatalité, et les politiques ont leur rôle à jouer.

On nous cite souvent en exemple l’Allemagne, et c’est à juste raison puisque ce pays est la première économie en Europe, la quatrième des plus performantes au monde, après les Etats Unis, la Chine et le Japon.

Et nos Ardennes sont pourtant qu’à quelques 200 km de ce territoire où l’activité est importante, alors quelles différences ?

Quand les industries ferment parce que l’activité n’est plus économiquement viable, elles doivent laisser place à des entreprises plus innovantes, et c’est ce qu’il ne se fait pas en France.
Le pire est que nous le savons ! Déjà en 2007, les deux candidats parlaient d’une capacité supplémentaire d’1.5 millions d’emplois au sein des PME. Si l’Allemagne est à prendre en exemple, c’est pour sa politique d’aide aux petites entreprises dans les domaines des biens d’équipements, des technologies du futur, celles qui permettent d’innover. (more…)

6 novembre 2010

Fortes tensions autour de Pôle emploi et du budget « travail »

Filed under: 04 - Emploi formation — iledere @ 12:00

La direction de Pôle emploi a confirmé hier la suppression de 1.800 postes l’an prochain. Les syndicats, qui se mobilisent mardi, dénoncent une « agression ».

C’est, avec les retraites, un autre foyer de tension entre le gouvernement et les syndicats. Alors que la baisse du chômage reste chaotique, la direction de Pôle emploi a confirmé, hier, la suppression de 1.800 postes d’ici à la fin 2011, sur les 49.000 salariés que compte l’organisme public. Quelque 1.500 CDD ne seront pas renouvelés et 300 postes permanents seront supprimés. La contribution à la lutte contre le déficit avait beau avoir été évoquée depuis plusieurs mois, l’annonce officielle des suppressions de postes, hier, va contribuer à la détérioration de conditions de travail déjà très difficiles, estiment les syndicats. «  Cette annonce inacceptable est vécue comme une véritable agression », dénoncent les 9 syndicats de l’agence, qui se mobiliseront mardi pour réclamer de meilleures conditions d’accueil et de travail. «  Nous avons réussi notre réorganisation et l’on peut rendre un certain nombre de moyens exceptionnels qui nous avaient été octroyés en 2009 et 2010 », d’autant que les inscriptions au chômage « ne progressent plus », rétorque le directeur général de Pôle emploi, Christian Charpy. Interpellé à l’Assemblée hier, le secrétaire d’Etat à l’Emploi, Laurent Wauquiez, a indiqué que 1.300 postes de Pôle emploi, jusque-là affectés au recouvrement des cotisations chômage (tâche qui sera désormais dévolue aux Urssaf), pourront être redéployés sur d’autres missions.

Plus largement, c’est la réduction des crédits consacrés à l’emploi qui inquiète. «  Les ministères du Travail et de l’Emploi consacreront un effort important à la maîtrise des dépenses », a reconnu le ministre du Travail, Eric Woerth, hier à l’Assemblée, précisant que 55 % des départs en retraite n’étaient pas remplacés et que les crédits de fonctionnement baissaient, comme ailleurs, de 5 %. Au final, les crédits de la mission s’affichent en progression de quelque 60 millions d’euros l’an prochain, à un peu plus de 12 milliards d’euros, a rappelé Eric Woerth.

« Effet d’optique »
Les députés de gauche sont venus nombreux, hier, pour dénoncer un «  effet d’optique », permettant de masquer des coupes «  massives » dans les crédits de l’emploi. Une fois neutralisées les variations de périmètre, ces ressources «  s’inscrivent en baisse de 13 % », estime le député du Lot Jean Launay (PS). De fait, le gouvernement ne tient pas compte du 1,4 milliard qui avait été consacré à l’emploi, l’an dernier, dans le cadre du plan de relance. En outre, le calcul du gouvernement pour 2011 se fait par rapport à la loi de Finances initiale 2010, or le budget de l’emploi devrait déraper de près de 2 milliards d’euros en exécution. La marche sera d’autant plus haute l’annnée prochaine. La gauche dénonce la baisse des contrats aidés budgétés (60.000 de moins dans le privé), après une utilisation massive en 2010 : «  Cette politique de « stop and go » a des conséquences désastreuses sur les publics ciblés », regrette Jean-Patrick Gille, député d’Indre-et-Loire. Comme le PS, les centristes se sont aussi «  étonnés » des ponctions exercées sur certains organismes paritaires, et notamment les 300 millions pris sur le fond pour la sécurisation des parcours.

LUCIE ROBEQUAIN pour Les Echos

8 septembre 2010

Intox, mode d’emploi

Filed under: 03 - Economie — iledere @ 12:00

Paris termine sur un gain hebdomadaire « canon » de 4,7% — ce qui efface la totalité des pertes du mois d’août. Quatre semaines de repli balayées en seulement quatre séances, voilà qui peut laisser songeur !

Même avec les deux ou trois bons chiffres qui sont invoqués pour justifier ce rally (il compte parmi les trois plus spectaculaires de l’année), il semblerait que le marché se cherchait n’importe quel prétexte pour progresser — peut-être même de façon un peu démesurée.

L’euphorie des dernières heures de la semaine provient de la publication de chiffres de l’emploi américain « moins mauvais » que prévus au mois d’août. Les destructions de postes s’avèrent inférieures de moitié par rapport aux prévisions (-54 000) ; le chiffre de juillet est également révisé en baisse, à -54 000 également.

Le taux global du chômage remonte à 9,6% et le total hebdomadaire d’heures travaillées reste stable à 34,2… Mais c’est le genre de détail auquel les marchés ne prêtent aucune attention ; les 10 000 pertes d’emplois mesurées par ADP dans le secteur privé sont bien vite oubliées.

▪ L’enthousiasme des marchés n’a été qu’à peine émoussé par la chute de -2,8 points de l’indice ISM des services à 51,5 en août (au lieu de 54 anticipés), contre 54,3 en juillet, après 53,8 en juin et 55,4 en mai.

Le « tertiaire », c’est plus de 70% de l’activité économique aux Etats-Unis. Cependant, cela n’a guère ému des investisseurs qui avaient fait flamber le CAC 40 de +3,85% mercredi sur la publication d’un ISM manufacturier (moins d’un tiers de l’activité économique américaine) en légère hausse de 0,8 point à 56,3 au mois d’août. Cela ressemble fortement à un système de pensée imprégné de « deux poids, deux mesures » !

Le CAC 40, qui a gagné plus de 1,1% vendredi, déborde les 3 670 points. Il avait même refranchi les 3 700 points vers 14h45, quatre jours seulement après avoir rebondi sur 3 430 — soit +8% en ligne droite, c’est vertigineux ! (more…)

29 août 2010

Mettons le Chômage et l’Emploi au cœur des débats de 2012

Filed under: 09 - Evènement — iledere @ 6:22

Parce que près de 5 millions de nos Concitoyennes et Concitoyens, inscrits à Pôle Emploi dans les catégories A, B, C, D et E, sont au Chômage ou dans une situation de grande Précarité (soit près de 20% de la population active).

Parce que plusieurs autres millions travaillent dans des conditions souvent pénibles et indignes qui ne leur permettent pas de vivre (temps partiels subis).

Parce que la Précarité des parcours professionnels s’intensifie (plus encore depuis 2007).

Parce que l’État institutionnalise cette précarisation (par, entre autres, la mise en œuvre du rSa) tout en exonérant massivement les entreprises de cotisations sociales, et en leur accordant d’énormes allégements fiscaux (baisse de la TVA dans la restauration).

Parce que les inégalités ne cessent de se creuser, et plus encore depuis «la crise». Que les riches sont toujours plus riches et les pauvres toujours plus pauvres.

Parce que le Chômage est instrumentalisé aux fins de peser sur les salaires et les conditions de travail de celles et ceux qui en ont.

Parce que, SURTOUT, AVANT TOUT, le Chômage massif et la Précarité croissante sont le principal facteur d’Insécurité Sociale qui conditionne la plupart des grands sujets de société (économie parallèle, travail dissimulé, délinquance, financement des Retraites, de l’Assurance-maladie, de l’Éducation, perception et acceptation de l’immigration…).

Parce que les grandes formations politiques occulteront, une fois de plus, la question prioritaire du Chômage et de l’Emploi derrière des écrans de fumée dont on connaît d’avance les foyers : Insécurité, Immigration, Identité nationale, Europe, Mondialisation, et même Écologie (une cause à laquelle nous sommes sensibles mais qui ne doit pas reléguer nos problèmes au second plan)…

Parce que, au final, les millions de Concitoyennes et Concitoyens touchés par le Chômage, la Précarité et la dégradation des conditions de travail et de rémunération seront, une fois de plus, les grands oubliés et les laissés-pour-compte des débats politiques et sociaux de 2012.

Notre association se doit de prendre l’initiative.

Pourquoi maintenant ?

Parce que nous n’aurons sans doute déjà pas assez de 16 mois (de septembre 2010 à décembre 2011) pour tenter de mobiliser l’énorme Force politique et sociale que représentent ces millions de Concitoyennes et Concitoyens aux parcours professionnels précarisés, voire anéantis par de longues périodes de Chômage. (more…)

14 août 2010

Emploi : quand le gouvernement nous prend pour des ânes

Filed under: 04 - Emploi formation — iledere @ 8:38

En 2009, la France a détruit un nombre incroyable d’emplois salariés en 2009. La nouvelle a été largement commentée et analysée. Mais le rapport des services d’Eric Woerth, publié le 5 août dernier, livrait d’autres informations, des constats plus troublants pour le discours dominant: traitement social du chômage en trompe l’oeil, pré-retraités poussés chez Pôle Emploi, sous-emploi faramineux, la liste est longue, et noire.

1. Jeudi dernier, la direction des études économiques du ministère du travail publiait un bilan de l’emploi en 2009: 255 000 emplois ont été détruits en 2009, après 145 000 l’année précédente. On s’abritera derrière la crise pour l’explication majeure de cette dégradation sans précédent. Mais la DARES fournit surtout une photographie très complète du nombre de Français en recherche d’emploi : à fin 2009, on comptait 4,379 millions d’inscrits à Pôle Emploi, dont 1,3 millions de longue durée, et 529 000 dispensés de recherche d’emploi (stage, formation, maladie).

Sur ces 4,4 millions, seuls 2,236 millions étaient indemnisés par Pôle Emploi, un nombre inférieur de 400 000 aux demandeurs d’emploi sans aucune activité (2,645 millions).

2. La mesure du chômage technique est rarement connue, donc rarement communiquée. La DARES répare cette lacune. Fin 2009, le sous-emploi concerne 1, 439 millions de personnes, dont 1,026 millions de femmes. Cette mesure regroupe les temps partiels contraints et le chômage technique partiel en entreprise. Et le sous-emploi ne s’est pas résorbé : il était de 5,1% de la population active fin 2008; il a culminé à 5,7% au second trimestre 2009. Il était toujours à 5,6% fin 2009.

3. La DARES livre aussi une estimation du «halo» du chômage, c’est-à-dire ces chômeurs cachés : en 2009, «près de 850000 personnes souhaitaient travailler mais n’avaient pas été comptabilisées comme chômeuses, soit 2,1 % de la population en âge de travailler.»

Sommons ces différentes catégories : 4,4 millions de demandeurs inscrits à Pôle Emploi + 850 000 chômeurs cachés + 1,1 millions de sous-employés (*), soit un total de 6,3 millions de personnes en manque d’emplois à la fin de l’année dernière. Nous sommes bien loin des commentaires gouvernementaux sur la seule catégorie A officielle de Pôle Emploi…

4. On l’a dit et répété sur ce blog, la récession économique a débuté en France avant le krach boursier de l’automne 2008. La faillite des subprimes américains a eu des répercutions faramineuses sur l’économie mondiale. Mais en France, les banques – on nous l’a souvent répété – ont bien résisté, moins exposées qu’elles étaient à ces risques spéculatifs. Et en France, l’emploi s’est dégradé plutôt qu’ailleurs, quelques mois, pour être précis, après l’entrée en vigueur, le 1er octobre 2007, de la fameuse défiscalisation des heures supplémentaires. La mesure phare de Nicolas Sarkozy a précipité la dégradation du marché du travail. La DARES rappelle en effet que «la contraction de l’emploi total» a été «entamée au deuxième trimestre 2008». En particulier, elle précise que l’emploi intérimaire s’est effondré dès le 1er trimestre 2008. L’intérim a été le premier affecté par l’effet d’aubaine de la mesure sarkozyenne. La DARES parle de «pertes historiques», et ce, jusqu’au premier trimestre 2009. (more…)

7 août 2010

255000 emplois supprimés en France en 2009!

Filed under: 06 - Travail-Entreprises — iledere @ 12:00

Publié jeudi, un document du ministère du travail décrit une situation catastrophique de la situation de l’emploi en France. En 2009, 337 000 postes ont été détruits dans le secteur privé. Après 190 000 en 2008, ces chiffres sont les pires que la France a connu depuis la guerre. Le coût de cette crise qui naît dans la sphère financière est donc avant tout porté par les salariés en général.

2,1 milliards d’euros de bénéfices au deuxième trimestre pour BNP-Paribas, 1,1 milliards pour la Société générale… Décidément, la vie est belle pour les grosses cylindrées du secteur bancaire. Qu’importe que la croissance tarde à retrouver un rythme supérieur à 1 % ; que la consommation des ménages soit en recul; et qu’enfin le taux de chômage se maintienne au-delà des deux chiffres. Chez les banquiers, on ne se soucie guère de ces petits détails de l’économie réelle. BNP-Paribas affiche, par exemple, une progression de son résultat de 31 %. Pour la finance, la crise c’est du passé.

Mais pas pour les salariés. Jeudi 5 août, la Dares, la direction des études économiques du ministère du travail, a publié le bilan 2009 de l’emploi en France. Le document décrit une situation catastrophique : en 2009, l’économie a détruit 337 000 emplois dans le secteur privé. Un record après une année 2008 elle aussi placée sous le signe de la dégradation, avec un recul de 190 000 postes. En moins de 2 ans , ce sont plus d’un demi million d’emplois qui ont ainsi été rayés des tablettes. Particulièrement touchée, l’industrie a connu, en 2009, un taux de destruction d’emploi historique, proche de 5%, soit 168 000 postes disparus.

Et pour la deuxième année consécutive, ces emplois n’ont pu être compensés, comme c’était le cas dans les périodes précédentes, par le dynamisme du secteur tertiaire. Durant ces deux années, lui aussi a perdu de la substance : -112 000 emplois en 2008 et -121 000 l’année suivante… Moins sensible aux cycles conjoncturels, l’emploi salarié non-marchand (fonction publique, associatifs,…) a cependant joué son rôle d’amortisseur. « L’emploi salarié non-marchand progresse en raison principalement d’emplois aidés plus nombreux face à une mauvaise conjoncture », note la Dares. Et de fait, dans son plan de relance, le gouvernement a renoué avec les emplois aidés dont le principe avait été abandonné à son arrivée au pouvoir en 2007.

Au final, la destruction d’emplois dans l’économie tombe donc à 255 000 en 2009.

Cette profonde dégradation a également poussé ses effets jusqu’à modifier la part des emplois stables (CDI et fonction publique) dans le total de l’emploi. Épargnés au début de la crise, les salariés ayant un emploi stable, ont commencé par être touchés au tournant 2008-2009, alors que la mortalité des entreprises les employant connaissait une forte poussée : ce sont 260 000 CDI qui ont ainsi disparu dans l’économie, tandis que les quelques postes qui se récréent à nouveau fin 2009 sont le plus souvent  en intérim…

Déjà dramatique en soi, cette destruction s’est accompagnée d’un phénomène inattendu : la hausse de la population active. Malgré la dégradation de la conjoncture, déjouant ainsi les ressorts traditionnels qui posent qu’en tel cas les gens sont découragés de se présenter sur le marché du travail, 200 000 personnes ont grossi les rangs des « offreurs de travail » comme disent les économistes. (more…)

Page suivante »

Plate-forme de blogs du Parti socialiste | Propulsé par Wordress Mu | Articles (RSS) et Commentaires (RSS)
Sauf mention contraire, le contenu de cette page est sous contrat Creative Commons Creative Commons