Section socialiste de l'île de Ré
Le courage, c'est de chercher la vérité et de la dire. Jean Jaures – Psiledere@aol.com

3 octobre 2011

Retraite à 67 ans : Laurence Parisot fan de l’idée de François Fillon !

Filed under: 08 - Santé-Services publics,20 - UMP — iledere @ 6:30

Les chiffres du chômage du mois d’août, sont une fois encore désastreux pour les seniors. Ceux-ci voient la durée de leur inactivité augmenter. Néanmoins, Laurence Parisot est enthousiaste à l’idée de leur faire attendre 67 ans pour partir à la retraite.

Xavier Bertrand a fait profil bas sur les chiffres du chômage du mois d’août. Se limitant à saluer une : « évolution positive » sur le front de l’emploi, « malgré un net ralentissement de la croissance depuis plusieurs mois » Ce tout petit satisfecit ne résiste néanmoins pas à l’analyse des données fournies par le Ministère de l’emploi et Pôle Emploi.

En effet, si on note un recul de 0,1% des demandeurs d’emploi en catégorie A : « En additionnant les demandeurs de catégorie B et C, qui exercent un activité réduite, la hausse du chômage en août est de 0,5%, soit 20.200 personnes de plus en un mois, pour atteindre 4.148.200 (…) » Mais plus grave, la durée du chômage augmente : le nombre de d’inscrits à Pôle Emploi depuis plus d’un an progresse de 0,6% par rapport à juillet pour remonter à 1.581.300 en août. « Un chiffre sans précédent depuis novembre 1999 selon les statistiques du ministère du Travail » précise Boursier.com

De quelle ampleur est cette augmentation ?

« (…) En un an, le nombre de demandeurs inscrits depuis deux à trois ans a augmenté de 25 % et ceux inscrits depuis plus de trois ans de 19,8 % (…) » indique Eric Heyer de l’OFCE qui précise que la catastrophe annoncée ici à plusieurs reprises du chômage des seniors s’accélère : « (…) Entre juillet et août, le nombre de chômeurs de plus de 50 ans a augmenté de 0,9 %. Sur un an, ils ont même grimpé de 13,5 %. « On constate les effets de la réforme des retraites (…) 40.000 personnes qui auraient dû sortir de la population active au début de l’été y sont restées. »France Soir

Si on ajoute à cela le rapport OIT-OCDE, qui indique clairement que : « la crise économique mondiale pourrait se traduire par une pénurie massive d’emplois » Et que selon le rapport : (…) il sera impossible à court terme de combler le déficit d’emplois accumulés pendant la crise, qui s’élève à plus de 20 millions (…) » Rapport complet en anglais (more…)

30 juillet 2011

Les idées du Medef pour l’emploi des jeunes : Sets de tables et bénévolat ?

Filed under: 04 - Emploi formation,06 - Travail-Entreprises — iledere @ 12:02

La posture du Medef sur l’emploi des jeunes est de plus en plus montrée du doigt. Celui-ci ne cesse pourtant d’expliquer son implication, pour améliorer leur recrutement. Mais du discours à la réalité … de terrain

« Le chômage des moins de 25 ans a ainsi progressé de 1,4% en juin (…) parallèlement, les entrées en stages ont enregistré une forte hausse en juin (18%) » écrit France Soir. Et même si le gouvernement va essayer de déployer une stratégie de nouveaux secteurs à l’apprentissage, comme : « l’intérim, les emplois saisonniers ou le particulier employeur (…) » C’est à dire : apprentis précaires ou futurs personnels de maison. Il ne peut pas grand chose contre la frilosité en matière de recrutement de jeunes par les entreprises.

Frilosité qui avait été dénoncée par Laurence Parisot lors des : « Libres Échanges du lundi 31 janvier 2011 sur le thème : Emploi des jeunes : la balle dans le camp des entreprises ?, organisés par l’Institut Montaigne » Au cours desquelles elle déclarait

« (…) Toutes les idées sont les bienvenues, toutes les idées peuvent être mises sur la table sur cette question de l’emploi des jeunes (…) Développer l’emploi des jeunes, c’est développer l’emploi d’une manière générale (…) nous pourrons peut être améliorer un certain nombre de mécanismes : Supprimer les dysfonctionnements, optimiser telle ou telle modalité (…) »

avant de mettre en cause, comme d’habitude, l’organisation du marché du travail, qui privilégie ceux qui ont un emploi, et qui empêchent les jeunes d’en trouver un. Puis de fustiger (gentiment) le « formatage des DRH » (qui bien entendu sont autonomes par rapport aux employeurs !) la mauvaise habitude des entreprises de ne « signer que des CDD au lieu de CDI » et d’affirmer que dans ce domaine, « il y a vraiment une évolution à encourager » (more…)

28 juin 2011

Egalité hommes-femmes : Le Medef et l’UMP se moquent-ils des femmes ?

Filed under: 20 - UMP — iledere @ 6:30

A quelques mois de la présidentielle, le Medef et l’UMP lancent un vibrant plaidoyer pour l’égalité hommes-femmes. Question : Pourquoi ont-ils attendu si longtemps et quelles sont leurs propositions ?

De qui ce constat pessimiste et alarmant ?

« (…) d’après le rapport du Forum économique mondial de Davos de 2010, la France est classée au 127ème rang sur 134 pays en matière d’égalité salariale entre les hommes et les femmes, derrière le Kenya ou le Kazakhstan ! Malgré la volonté du législateur, l’égalité professionnelle est rarement une orientation stratégique au sein de l’entreprise. On constate même aujourd’hui des signes de régression (…) Le constat actuel est implacable : les femmes représentent 51% de la population française, 47% de la population active mais 82,2% des travailleurs à temps partiel et les écarts de salaires entre les hommes et les femmes sont encore de 19% (…) » Ne cherchez pas, il est disponible sur le site Web Projet UMP 2012 !

Si le sujet de l’égalité hommes-femmes n’était pas si important, on pourrait, avec humour, déplorer, que la droite parlementaire et le Medef, ne soient pas aux commandes … de la société française et de ses entreprises.

Du côté du Medef, on a pourtant connu Laurence Parisot plus déterminée, en ce qui concerne les femmes. Notamment, lors de la réforme des retraites, ou elle déclarait : « (...) Baisser l’âge légal de départ à la retraite des femmes par rapport aux hommes, cela équivaut à entériner cette inégalité de fait (…) Puisque les femmes vont travailler moins longtemps, celà veut dire moins de belles carrières que les hommes (…) il n’est pas question non plus que les entreprises soient les seules responsables de cette situation scandaleuse alors que bien souvent cela commence ailleurs dès l’école ou dans le foyer (…) »

Et indiquait : S’opposer à toute modification du projet de loi sur les retraites qui permettrait aux femmes ayant élevé trois enfants de ne pas attendre d’avoir 65 et 67 ans pour percevoir leur pension à taux plein – N’hésitant pas à déclarer : « Les entreprises ne sont pas seules responsables des inégalité de carrières hommes/femmes »

Néanmoins, on pourra s’étonner, en examinant les derniers textes de l’UMP et les dernières déclarations de Laurence Parisot que : la véritable égalité salariale est curieusement absente de leurs propositions !

Si du côté de l’UMP, on écrit : « (…) Les entreprises de plus 50 salariés non couvertes par un accord, ou à défaut, par un plan relatif à l’égalité professionnelle, risquent désormais une pénalité financière pouvant aller jusqu’à 1% de la masse salariale. Votée dans la loi de réforme des retraites, cette disposition était plus qu’urgente, quand on sait qu’en 2008, seulement 7,5% des entreprises avaient signé un accord sur l’égalité… Le décret d’application de cette disposition est actuellement examiné au Conseil d’Etat (…) »

Cela signifie, que le texte n’est toujours pas applicable, et que quoi qu’il arrive, les femmes travaillant dans des entreprises de moins de 50 personnes, qui représentent plus de 97% du parc français, ne seront absolument pas concernées par les pénalités et continueront à subir, légalement, une discrimination salariale ! (more…)

30 mars 2011

Emploi des jeunes : le Medef abat ses cartes

Filed under: 04 - Emploi formation — iledere @ 12:00

Pour la première fois depuis l’ouverture de la négociation paritaire sur l’emploi des jeunes, le Medef sort des généralités et avance des mesures chiffrées. Dans un document de travail qui sert de base à la séance de négociation d’aujourd’hui, il propose un arsenal de mesures en faveur de plus de 85 000 jeunes de moins de 30 ans et suggère, ce qui fera débat, d’affecter une partie des réserves de l’Association pour l’emploi des cadres (APEC) au financement de ces dispositifs.

Le projet de texte patronal, assez court, propose d’abord “un accompagnement individuel renforcé” pour les jeunes, qualifiés ou pas, ayant des difficultés d’accès à l’emploi. Son objectif est clair : favoriser leur accès à un emploi durable (au moins six mois). Mis en oeuvre par le service public de l’emploi ou par ceux qui y participent, le dispositif comporterait une phase de diagnostic de la situation du jeune. Viendraient ensuite le temps de la construction de son projet professionnel (via notamment une remise à niveau, des ateliers d’acquisition de techniques de recherche d’emploi etc), puis la mise en relation avec des entreprises ayant des besoins identifiés de main d’oeuvre et un suivi par un tuteur.

Le tout durerait douze mois et, pour éviter les décrochages, pourrait être prolongé par un suivi de six mois après l’embauche. Le Medef propose que cet accompagnement renforcé bénéficie à “au moins 20 000 jeunes en 2011, pour un coût de 34 millions d’euros” et qu’il soit “financé par l’affectation, au titre de la solidarité, d’une partie des réserves de l’Apec”.

Dans son article 2, la copie patronale préconise des mesures spécifiques en direction des diplômés de l’enseignement supérieur issus de filières généralistes ou de jeunes sortis sans diplôme de l’enseignement supérieur. C’est à l’Apec, estime le Medef, qu’il convient de confier le pilotage de ce dispositif comportant une phase d’orientation des étudiants, de définition de et de préparation d’un projet professionnel et, éventuellement une formation ou une préparation opérationnelle à l’emploi (POE).

Cela suppose ”un partenariat étroit entre l’Apec, les entreprises et les branches professionnelles qui l’informent sur leurs besoins de main d’oeuvre, et les établissements d’enseignement supérieur”. 20.000 jeunes par an bénéficieraient de cet accompagnement en 2011 et 2012. Le coût total de la mesure est de 35 millions d’euros, que le Medef, là aussi, propose de mettre à la charge de l’Apec. (more…)

12 février 2011

les bons à rien qui n’investissent plus, merde in France

Filed under: 03 - Economie,06 - Travail-Entreprises — iledere @ 6:30

le MEDEF et l’UMP de Sarkozy nous parlent de coût du travail, confondant compétitivité et coût. Ils font bien attention à ne pas aborder publiquement un autre problème que les journalistes serviles ne comprennent pas. Voilà de quoi les occuper.

En effet, savez vous lire les courbes chers lecteurs. Je pense que oui. Alors que penser de celle-ci :

depenses_R_D_entreprises_FR_DE.png

Elle vous montre l’évolution en % du PIB de dépenses en France et en Allemagne en R&D ( Recherche et développement) des entreprises. On voit donc qu’actuellement les entreprises allemandes sont à 1,8 du PIB allemand, et ce avec un mouvement en hausse depuis 1995. Dans le même temps, les entreprises françaises sont sur une tendance à la baisse, et leur contribution R&D n’est que de 1,3% du PIB français.

Est ce un problème de cout du travail? de code du travail? de 35 heures ? Non par ce que là on parle d’intelligence, d’innovation, de recherche, de développement et que les contraintes habituellement soulevées par le patronat français ne s’appliquent pas (Et oui Troll UMP : j’ai travaillé avec des équipes R&D, et on a même voulu breveter un de mes trucs). Par ce que là tout est question d’intelligence, de travail en équipe, d’essais, d’enquête, de collaboration et que les personnels sont en général motivés.. En fait en principe. (more…)

25 janvier 2011

Entretien avec Eric Verhaeghe, cadre démissionnaire du Medef

Filed under: 06 - Travail-Entreprises — iledere @ 6:28

En rupture avec l’organisation patronale, qu’il représentait au sein de différents organismes paritaires, il livre une analyse radicale de la pensée unique au Medef.

Depuis que vous avez claqué la porte du Medef, la FFSA (Fédération française des sociétés d’assurance) où vous conserviez un mandat a lancé une procédure disciplinaire contre vous. Où en êtes-vous ?
Je suis convoqué mardi prochain dans le cadre de cette procédure disciplinaire mais je tiens à préciser que j’ai appris tout cela par la presse. C’est d’autant plus surprenant que j’avais prévenu les dirigeants de la FFSA de mes désaccords moraux avec le Medef dès la mi-décembre et que ceux-ci m’avaient alors demandé de rester. J’ai aussi depuis reçu beaucoup de soutiens, au sein du patronat, de personnes qui saluent ma démarche.

Quel est le sens de votre rupture avec l’appareil patronal ?
Je crois que la crise de 2008 a ouvert un droit d’inventaire. Je suis d’une génération qui a toujours connu la crise (ndlr : Eric Verhaeghe a 42 ans) et, après l’effondrement du mur de Berlin, l’économie de marché comme horizon indépassable. Nous pensions qu’en assurant le développement de cette économie de marché, on assurerait une prospérité générale avec le mythe d’un retour aux trente glorieuses. Après la décennie des années 90, marquée par les allègements de charge et l’abaissement du coût du travail, celle des années 2000 marquée par une modération salariale, on a finalement abouti à la crise financière de 2008 qui est une crise systémique, totalement imputable à la cupidité de la sphère financière.

Dans votre livre vous semblez découvrir des réalités économiques qui ne datent pourtant pas d’hier : que la croissance n’a jamais réduit les inégalités sociales, qu’il existe des liens incestueux entre l’État et les grandes entreprises…On n’apprend pas ça à l’ENA ?
Mon livre ne prétend pas révolutionner l’analyse économique. Le constat que je fais, tout le monde peut le faire aujourd’hui. Je me fonde sur des données issues de rapports officiels, accessibles à tous. La vraie question est surtout : comment est-on parvenu à créer du consentement à un système qui n’a aucun fondement économique ? Comment on arrive à convaincre les gens de la nécessité de baisser le coût du travail ? Il faudrait sur ce point revenir à l’analyse de Chomsky de la fabrique du consentement. La crise nous a appris une chose : le roi est nu. Le monde n’est pas tel qu’on nous le décrit. (more…)

22 janvier 2011

Coût du travail Allemagne/France : Ce que le MEDEF ne vous dit pas !

Filed under: 03 - Economie,21 - Mensonges de Sarko — iledere @ 6:30

Après la fiscalité, c’est le coût du travail en Allemagne, que le MEDEF et l’UMP portent aux nues. Problème : Les affirmations sont approximatives et le dernier rapport produit sur le sujet est d’une totale partialité !

C’est au nom de l’amour immodéré des performances économiques de notre voisin que notre « réforme » fiscale devrait voir le jour en Février prochain. Et c’est au nom de cet « amour » et d’un rapport « providentiel », expliquant que :  » La France est moins compétitive que l’Allemagne car le coût du travail y est plus élevé  » qu’on propose de supprimer l’horaire légal de travail et de baisser les charges patronales !

Laurence Parisot, encouragée par l’UMP, a été la première à dégainer : «  (…) ne pas voir que la durée du travail a un effet sur notre compétitivité, c’est refuser de voir la réalité en face (…)  » sans oublier bien entendu, de demander un :  » (…) débat sur la baisse des charges dans les entreprises »20Minutes

Ces propos ont été bien reçus par Eric Besson qui s’est fait un devoir de communiquer les informations contenues dans un rapport, rédigé par l’institut économique COE-Rexecode qui a :  » (…) analysé le décrochage de l’industrie française face à l’industrie allemande (…)  » (more…)

19 décembre 2010

Agenda social du MEDEF : Les jeunes en « stand by » et les seniors sur la touche !

Filed under: 04 - Emploi formation — iledere @ 6:30

Enchantée par l’offre de la CFDT de « passer à autre chose » après le conflit des retraites, Laurence Parisot vient de communiquer aux syndicats son « agenda social ». Celui-ci, freine des 4 fers sur les jeunes et fait l’impasse sur l’emploi des seniors !

Le MEDEF n’a pas mis longtemps à réagir aux propos de Xavier Bertrand le ministre du travail qui avait indiqué :  » (…) qu’il allait lancer une « concertation spécifique » avec les partenaires sociaux sur l’emploi des jeunes, notamment pour trouver de « nouveaux outils » sur l’alternance (…)  »
Laurence Parisot, s’appuyant sur un courrier envoyé aux syndicats :  » (…) pour leur proposer la « trame » d’un agenda social pour les deux années à venir (… )  » n’a pas retrouvé le ton « aimable », employé sur les plateaux de télévision, nous expliquent Les Echos
 » (…) Le contenu sera borné : « Il n’est pas question d’inventer un méandre de plus dans les usines à gaz des particularités contractuelles », a indiqué hier Laurence Parisot. Le mandat est plutôt d’ « améliorer, optimiser voire créer » des dispositifs « opérationnels », par exemple sur le logement des jeunes, un sujet déjà évoqué ces derniers mois (…)  »
Du côté de l’apprentissage, que Nadine Morano, qualifie : «  (…) d’ objectif national partagé (…)  »
La réponse est nette :  » (…) L’accroissement des effectifs en apprentissage et en contrat de professionnalisation dépend d’abord du carnet de commandes, d’une simplification des procédures et d’une baisse de la durée de la formation en apprentissage (…)  »

En bref, il est urgent de ne rien faire ou alors en revoyant à la baisse la qualification des jeunes !
En ce qui concerne l’emploi des seniors : le dossier est renvoyé … à plus tard, au fait que : (…) Nous sommes prudents et souhaitons avancer pas à pas », a-t-elle indiqué, privilégiant la mise en oeuvre des plans d’action dans les branches et entreprises (…) « 

C’est à dire immobilisme total pour une population que le MEDEF veut faire travailler plus longtemps !
Et pourtant, que déclarait le même MEDEF au sujet de l’emploi des seniors en mars 2006 ?
 » (…) Trop de personnes en France sont écartées du marché du travail en raison de leur âge. Il faut faire changer les mentalités (…) «  Senior Actu

Puis en avril 2008
 » D’une part, et comme l’ont fait l’ensemble des pays européens, il faut relever l’âge légal de la retraite (…) toutes les études et statistiques le montrent en effet chez nos voisins : les salariés restent plus longtemps dans les entreprises (…) Ensuite, il faut supprimer la dispense de recherche d’emploi pour les plus de 57 ans et demi. Cette dispense n’incite pas à rechercher du travail (…)  » – Senior Actu (more…)

2 décembre 2010

La CPU humiliée par le MEDEF

Filed under: 02 - Education — iledere @ 12:39

La Conférence des Présidents d’Universités (CPU) vient de signer une convention avec le Medef, qui, avec humour et franchise, s’y définit ainsi : une organisation qui « en toute transparence, mène une action permanente de lobbying auprès de l’ensemble des décideurs (…) afin de faire valoir le point de vue de l’entreprise »

Sur la gouvernance : on lit ceci :`

« La participation de représentants d’entreprises aux conseils des universités et dans les conseils de composantes est prévue par les textes.

Cette participation s’étend également aux conseils de perfectionnement, aux conseils d’orientation stratégique et aux conseils d’administration des fondations (universitaires ou partenariales)

Ainsi, parmi les personnalités extérieures, les représentants des entreprises participent aux décisions stratégiques des établissements d’enseignement supérieur et de recherche.

Ceci permet aux universités de bénéficier de l’expérience de stratégie, de gestion et de management des responsables d’entreprises et aux responsables d’entreprises de mieux connaître le monde universitaire.

Cette connaissance mutuelle au sein des instances de gouvernance universitaire est également un gage de réussite dans les projets collaboratifs d’adaptation de la formation et de valorisation de la recherche. Elle correspond également aux enjeux de développement économique et de stratégie internationale des universités.

Les parties mutualiseront les expériences dans ce domaine (recensement des conventions en région, annuaire des membres des conseils d’administration des universités ou des conseils de leurs composantes, rencontres régulières entre eux et avec les responsables universitaires, guide des bonnes pratiques, actions communes de communication). »

Sans aller jusqu’à réclamer la participation d’universitaires aux conseils d’administration des entreprises (la collaboration est décidément chose étrange), ni exiger la publication du numéro de portable de Laurence Parisot (un lobbying bien conçu fonctionne dans un seul sens), la CPU disposait d’arguments pour récuser les bénéfices supposés de l’ingérence des entreprises dans les universités. (more…)

Page suivante »

Plate-forme de blogs du Parti socialiste | Propulsé par Wordress Mu | Articles (RSS) et Commentaires (RSS)
Sauf mention contraire, le contenu de cette page est sous contrat Creative Commons Creative Commons