Section socialiste de l'île de Ré
Le courage, c'est de chercher la vérité et de la dire. Jean Jaures – Psiledere@aol.com

1 juin 2010

Ségolène Royal prête a s’effacer ?

Filed under: 13 - PS — iledere @ 6:38

Ségolène Royal rencontre des maires des communes sinistrées après le passage de la tempête Xynthia (Sipa)Ségolène Royal est sortie de sa relative discrétion médiatique, dimanche 30 mai, en s’exprimant sur France-5 au sujet de la prochaine campagne présidentielle.
La présidente socialiste de la Région Poitou-Charentes a indiqué qu’elle ne déciderait « pas seule » de son éventuelle candidature. « On verra le moment venu mais je ne le déciderai pas seule« , « je préfère faire le sacrifice d’une ambition personnelle et voir gagner la gauche, que le contraire bien évidemment », a-t-elle ajouté. « Les itinéraires personnels ne comptent plus, vu la situation dans laquelle la France est. »

« Nous aurons à décider tous les trois ensemble »
Cette éventuelle candidature, a-t-elle insisté, « je (la) déciderai avec les autres leaders potentiellement candidats, parce je pense que c’est d’une décision collective, d’un dispositif collectif que nous réussirons à battre Nicolas Sarkozy ». « C’est pour ça que je me rapproche de Martine Aubry (…) que je suis en contact avec Dominique Strauss-Kahn, parce que je pense que, le moment venu, nous aurons à décider tous les trois ensemble comment nous nous engagerons dans cette campagne », a affirmé la présidente de Poitou-Charentes.

« Le mot de pacte est sans doute excessif, mais je pense que si nous sommes unis extrêmement fortement, solidaires chacun dans nos responsabilités (…) nous gagnerons l’élection présidentielle quel que soit celui de nous trois qui sera candidat« , a encore dit la candidate de 2007.

« J’ai un lien profond avec le peuple français »
« Nous avons tous les trois un potentiel important et en (les) complétant, je pense que nous représentons une force dans laquelle les Français peuvent avoir confiance : Dominique Strauss-Kahn avec sa compétence internationale, Martine Aubry parce qu’elle est capable de mobiliser l’appareil du Parti socialiste« .

Et « moi-même, a-t-elle ajouté, parce que j’ai un lien profond avec le peuple français, avec les jeunes des quartiers, avec les jeunes des cités, avec l’expérience aussi à la tête de la région » Poitou-Charentes.

Ségolène Royal, Martine Aubry et DSK n’auraient ainsi pas forcément à se départager: un tel « dispositif gagnant » à trois pourrait être « présenté » dès les primaires que le PS prévoit d’organiser en 2011 pour désigner son candidat, a-t-elle dit. « C’est une hypothèse, je ferai tout pour qu’elle l’emporte », a-t-elle conclu.

« Nicolas Sarkozy l’a bien cherché »
Ségolène Royal a également pris la défense de Martine Aubry, critiquée par la droite pour s’en être pris au président de la République en le comparant à l’escroc américain Madoff. « J’ai envie de vous dire très simplement et très directement que Nicolas Sarkozy l’a bien cherché (…) et je crois que Martine Aubry a eu raison d’une certaine façon de stopper l’escalade de la violence verbale du pouvoir en place« , a indiqué Ségolène Royal, dans une allusion aux critiques récentes du chef de l’Etat sur l’héritage mitterrandien de la retraite à 60 ans.

Lors du discours de Martine Aubry, « il y avait aussi une part d’humour », a souligné Ségolène Royal. « Je crois qu’il faut que le pouvoir en place se calme ».

« Rien n’est arrivé en trois ans, rien! »
Ségolène Royal a fustigé le bilan de Nicolas Sarkozy. « Rien n’est arrivé en trois ans, rien! », s’est-elle exclamée. « Il n’y a aujourd’hui que de la communication et ça, nous en sommes fatigués (…) et même de plus en plus en colère parce que la situation ne doit pas permettre à un pouvoir qui a eu la légitimité démocratique de rien faire et de ne faire que de la communication ».

« On en a assez des visites du président de la République dans les écoles, dans les quartiers, alors que rien ne bouge, rien ne change!« , a-t-elle lancé. La présidente de la région Poitou-Charentes a aussi critiqué les « trois » visites de Nicolas Sarkozy aux sinistrés de la tempête Xynthia pendant la campagne des élections régionales. « Il a promis trois millions d’euros il n’y a toujours pas le premier euro qui est arrivé« , a-t-elle affirmé. « C’est la même chose pour l’école, pour les banlieues ».

A ce propos, elle a brandi le texte signé par des dizaines de maires appelant à une action urgente pour les quartiers défavorisés. « On leur a promis un plan Marshall où est-il ce plan Marshall ? », a-t-elle interrogé en jugeant « explosive » la situation des banlieues.

(Nouvelobs.com)

10 mai 2010

Heuliez : un feuilleton en panne de scénaristes…

Filed under: 03 - Economie,06 - Travail-Entreprises — iledere @ 6:30

Heuliez saison 3 : Un fonds d’investissement américain serait prêt à injecter 25 millions d’euros et à reprendre tous les salariés. Un remake de la saison 1 ?

Nouveau rebondissement dans le feuilleton Heuliez. La direction du constructeur et équipementier automobile devait déposer une demande de mise en règlement judiciaire auprès du tribunal de commerce de Niort. Une mesure destinée à préserver les actifs de la société et assurer la paie d’avril via le fonds de garantie des salaires.
Ségolène Royal, qui a investi, au nom de la Région, 5 millions d’Euros dans l’entreprise a fait de cette entreprise un enjeu politique qui oppose régulièrement la Présidente au ministre de l’industrie, le motodidacte Estrosi.
Apprenant la future demande de mise en redressement judiciaire, Ségolène Royal s’est fendue d’une courriel d’explication aux élus Régionaux, rédigée en catastrophe, où elle donnait ses « éléments de langage » sur le sujet. Pas de chance, le lendemain la direction d’Heuliez s’est finalement décommandée. Exit la demande de mise en règlement judiciaire !!!
Question communication entre l’entreprise et son actionnaire le plus médiatique, il y a encore des marges de progression…

De source syndicale, il s’agirait de préserver une éventuelle issue. « L’un des quatre repreneurs encore en piste, un fonds d’investissement américain, serait prêt à injecter 25 millions d’euros et à reprendre tous les salariés », rapporte Émile Bregeon, élu au comité d’entreprise. Et, autre bonne nouvelle, ce repreneur serait en concurrence avec un autre fonds d’investissement prêt à revoir sa copie. Les deux proposition tiendraient la corde. Une troisième émane d’un distributeur allemand et d’un industriel français. Alphan Manas, l’homme d’affaire turc dont l’offre a été jugée insuffisante, reste également en piste.

« Wait and see ».
Les salariés ont déjà été échaudés par plusieurs espoirs déçus. Le plan de reprise du groupe Bernard Krief Consulting (BKC) (un proche de l’UMP) s’est soldé par le licenciement de 400 salariés en juillet. Les 15 millions promis n’ont jamais été versés.
L’annonce, quelque peu précipitée, par Ségolène Royal d’une entrée de la Macif dans le capital n’aura tenu qu’un instant.
Pour l’heure, BKC tient toujours les rênes en attendant une solution providentielle de plus en plus urgente. Même s’il n’y a pas péril en la demeure selon le mandataire ad hoc. Hier, il a affirmé qu’Heuliez avait les moyens de payer ses fournisseurs et les salaires d’avril.
De tous ces espoirs déçus ces revirements, ces déclaration tant de la présidente de Région que du ministre de l’industrie, la seule certitude est que s’il s’agissait d’un feuilleton télé, les scénaristes auraient été virés depuis longtemps…
Mais nous ne sommes pas dans une fiction, il y a de l’humain en jeu… Hélas…

Heuliez et Schumpeter
En médecine comme en économie, l’acharnement thérapeutique coûte cher et ne sert souvent à rien. Personne ne peut bien sûr souhaiter la disparition d’une entreprise ou des licenciements massifs. La théorie de la destruction créatrice de Schumpeter est certes convaincante sur le papier mais elle n’en reste pas moins terriblement douloureuse pour les acteurs concernés. Dans le dossier Heuliez, la vérité oblige cependant à dire que les politiques ont, depuis l’an dernier, fait naître trop de faux espoirs. « Heuliez est bien debout, Heuliez est solide » affirmait avant Noël 2009, Segolène Royal. « A 99,99 %, la chose est faite, Heuliez est sauvé » lui répondait quelques mois plus tard, le ministre de l’Industrie. (more…)

11 avril 2010

Non, tout n’est pas à vendre ! Ou à acheter…

Filed under: 13 - PS — iledere @ 6:30

Bon, je vais encore être la cible des groupies qui ont abdiqué tout sens critique et confondent réflexion et dévotion. Mais tant pis : j’avais trouvé insupportable que Sarkozy s’accapare l’histoire au travers de la lettre de Guy Moquet, entre autre. Il est tout aussi inacceptable que Ségolène Royal s’achète les « droits intellectuels » de la fête de la fraternité. Qui date de la révolution française…
Mais il semble que je ne sois pas le seul à trouver le procédé choquant… Les membres du comité « de vigilance face aux usages publics de l’histoire » sont du même avis. La preuve :

Non, Madame Royal, la « Fête de la fraternité » n’est pas votre propriété, mais celle de tous les Français !
par Guillaume Mazeau et Laurence De Cock

Décidément, la marchandisation patrimoniale semble faire des émules. Déjà, sans provoquer beaucoup de réaction, l’article 52 de la loi de finances 2010 autorisait le transfert de la totalité des monuments appartenant à l’Etat aux collectivités territoriales, sans que rien n’empêche leur transfert ultérieur à des entreprises privées si tant est que le préfet donne son accord à la transaction (1). Or, le 15 janvier, Ségolène Royal a acheté une dizaine d’appellations à l’Institut national de la propriété industrielle (INPI), dont les expressions « Fête de la fraternité », « ordre juste » et « université populaire ». Qu’est-ce que cela signifie ? Que dorénavant, Ségolène Royal et son association Désirs d’Avenir exercent un droit de propriété intellectuelle sur ces expressions, désormais protégées comme de simples marques dans l’édition, la publicité, mais aussi l’éducation, la formation et la recherche scientifique !

Devant l’indignation du collectif Indépendance des chercheurs et de Patrice Leclerc, secrétaire de l’Université populaire des Hauts-de-Seine, dénonçant la préemption d’une partie du patrimoine populaire (2), Madame Royal a décidé de retirer la marque « université populaire » de l’INPI. Ce n’est pas suffisant. Nous demandons qu’elle renonce également à l’appellation « fête de la fraternité ».

Madame Royal, de quel droit pouvez-vous ainsi privatiser des mots et des expressions qui font partie du patrimoine national depuis plusieurs siècles ? Comment pouvez-vous revendiquer un droit de propriété intellectuelle sur l’expression « fête de la fraternité » que vous n’avez évidemment pas créée mais dont tous les Français sont les héritiers ? Les « fêtes de la Fraternité » ont en effet été inventées pendant la Révolution française dans le cadre de la déchristianisation de l’an II (1793-1794). Avec d’autres (fêtes de la Liberté, de l’Egalité, de la Raison ou des martyrs de la République…), elles faisaient alors partie d’un ensemble de rituels civiques destinés à remplacer les cérémonies de l’Ancien Régime, auparavant encadrées par la monarchie et par l’Eglise pour asseoir leur pouvoir. Incluses dans le culte de la Raison, ouvertes aux simples citoyens, ces fêtes ont donc joué un rôle important dans le processus d’émancipation populaire, mais aussi de laïcisation et de démocratisation de la vie politique à la fin du XVIIIe siècle. Reprises par les révolutionnaires de 1848, ces fêtes ont ensuite contribué à construire une culture républicaine et populaire dans la France du XIXe siècle. Même si nous les avons un peu oubliées, tous les républicains que nous sommes en sont aujourd’hui les héritiers. Loin d’être votre propriété, l’expression « fête de la Fraternité » renvoie donc à une dimension ancienne, profonde et collective de notre histoire nationale. Restreindre juridiquement son usage au meeting annuel organisé depuis 2008 seulement par Désirs d’Avenir revient à brader un élément de notre bien commun, au profit du simple marketing politique et de l’utilitarisme politique.

Justifier cette initiative par la volonté d’éviter que ces expressions ne soient récupérées par la droite (3) n’est pas un argument suffisant. Il est vrai que depuis quelques années, la stratégie de Nicolas Sarkozy, héritée de la « triangulation » de Tony Blair, a consisté à capter des figures historiques de la gauche (Léon Blum, Jean Jaurès, Guy Môquet, Marc Bloch), aggravant ainsi la crise d’identité de cette dernière. Cette instrumentalisation du passé est vieille comme la politique, mais est aujourd’hui diffusée par des médias omniprésents. (more…)

31 mars 2010

Hésitante sur sa stratégie, Ségolène Royal joue à cache-cache avec le PS

Filed under: 13 - PS,15 - Fédération 17 — iledere @ 6:29

Mardi 23 mars, pour son retour sur la scène nationale après une campagne victorieuse sur ses terres de Poitou-Charentes, Ségolène Royal s’est d’abord livrée à l’un de ses exercices favoris : briller par son absence. Pour l’ancienne candidate à l’élection présidentielle, éviter de participer à la photo de famille organisée dans l’après-midi au siège du PS, c’était créer l’événement.

Reçus par Martine Aubry, les présidents de région socialistes réélus le 21 mars ont diversement apprécié. Leurs réactions oscillaient entre l’agacement – « sans doute a-t-elle de bonnes raisons de ne pas être là, mais je ne me satisferai pas d’un positionnement tactique« , a prévenu François Patriat, élu en Bourgogne – et l’indifférence polie – « c’est dommage que tout le monde ne soit pas là », a ironisé Jean-Yves Le Drian, président de la région Bretagne.

Pour ne pas avoir à commenter l’absence de la présidente du Poitou-Charentes, Mme Aubry a préféré éviter les micros. Refusant d’entrer « dans le petit bal des personnalités », Alain Rousset, président de la région Aquitaine et de l‘Association des régions de France (ARF), n’a pu réprimer un léger mouvement d’humeur. « On s’en bat l’oeil, le flanc gauche avec un métacarpe de dinosaure« , a-t-il lancé.

Au cours de cette réunion, la direction du PS et les présidents de région socialistes ont décidé de resserrer leurs liens. Une rencontre aura lieu une fois par trimestre et le président de l’ARF – Alain Rousset est candidat à sa propre succession mais Michel Vauzelle, président de PACA, a également fait acte de candidature – sera désormais associé aux travaux du bureau national.

Si Ségolène Royal a fait faux bond à l’invitation de la première secrétaire, c’est, explique son entourage, qu’elle préparait son passage au journal de 20 h 00 de TF1. Une apparition télévisée au cours de laquelle elle n’a pas vraiment clarifié son positionnement et sa stratégie. « Je peux être candidate à l’élection présidentielle (…) mais je peux aussi ne pas l’être », a-t-elle indiqué avant de constater qu’à l’heure actuelle elle n’était « pas candidate ».

« Peser très fortement »
Mme Royal, qui a fait part de son « intention de peser très fortement sur le débat d’idées« , a finalement rejoint ses collègues au dîner organisé à la présidence du conseil régional d’Ile-de-France par Jean-Paul Huchon. L’eurodéputé Harlem Désir représentait la direction du Parti socialiste en l’absence de Martine Aubry. Les agendas des deux grandes figures féminines du PS, qui ne se sont plus croisées depuis un meeting commun en mai 2009 à Rezé (Loire-Atlantique) pendant la campagne des européennes, sont décidément difficilement conciliables.

Selon un sondage publié mercredi 24 mars par BVA, la première secrétaire apparaît comme la principale bénéficiaire de la nette victoire remportée par la gauche lors des élections régionales. Une large majorité (65 %) des personnes interrogées considère que Martine Aubry sort davantage renforcée de ce scrutin que Ségolène Royal. Un tiers (32 %) estime au contraire que c’est à cette dernière que profite le plus la vague rose du 21 mars.

Jean-Michel Normand pour « Le Monde.fr »

16 mars 2010

Royal et les écologistes : un accord et des ficelles

Filed under: 15 - Fédération 17,20 - UMP — iledere @ 7:26

POITOU-CHARENTES. Ségolène Royal accueille neuf écologistes en position éligible sur ses listes. Avec en plus une « manoeuvre » suscitant l’indignation en Charente-Maritime

Tout au long de la campagne électorale, Ségolène Royal et sa concurrente d’Europe Écologie, Françoise Coutant, se sont envoyé des amabilités par médias interposés.

Dimanche soir, une fois les résultats connus et les plateaux télé retombés dans l’obscurité, l’une et l’autre se sont rendues dans leur permanence respective de Poitiers afin de fêter leurs excellents résultats. 39 % pour la présidente sortante, près de 12 % pour les listes de Mme Coutant, elles avaient de quoi être heureuses.

Et comme le hasard fait parfois bien les choses, les deux locaux de campagne se faisant face dans la même rue, elles n’ont eu qu’à faire quelques pas pour se retrouver au milieu du passage piéton afin de se serrer la main en arborant l’une et l’autre des sourires aussi larges… qu’un passage pour piétons. En politique, les réconciliations tiennent parfois du miracle des urnes.

Accord pour neuf places
Puisque mathématiquement Ségolène Royal ne pouvait pas, malgré son score élevé de dimanche, éviter de trouver un terrain d’entente avec Mme Coutant, les choses n’ont pas traîné. Dès hier matin les discussions ont été ouvertes, elles se sont poursuivies tout au long de la journée avant que l’accord soit annoncé en fin de soirée.

Si au départ les écologistes avaient tenté le diable en demandant la tête de liste en Charente, ils ont bien vite oublié cette idée en se mettant d’accord sur l’arrivée de dix des leurs (dont neuf éligibles) sur les listes patchwork de Mme Royal, laquelle, hormis des socialistes, a regroupé des syndicalistes, des radicaux de gauche et ses désormais fameux « centristes humanistes », puisque c’est l’expression qu’elle utilise, laquelle fait florès.

Qui dit neuf candidats en plus dit le même nombre d’éliminés. À savoir cinq socialistes, un radical de gauche, un Modem – pardon, un « centriste humaniste » -, un chevènementiste – le seul -, et une verte ralliée dès le premier tour et pourtant repoussée en position non éligible.

Avec quelques ajustements en plus – un centriste de Charente-Maritime passe en Charente -, tout semblait devoir aller pour le mieux jusqu’à ce que la tête de liste de Charente-Maritime découvre qu’en réalité, on venait de lui jouer un vilain tour grossier… (more…)

14 février 2010

Régionales Poitou Charentes

Filed under: 13 - PS,15 - Fédération 17 — iledere @ 6:30

Communiqué de 6 des 11 colistiers désignés par les militants socialistes
de Charente-Maritime pour les représenter aux élections régionales

Nous avons eu connaissance, ce jour, d’une liste pour les élections régionales appelée à être déposée en préfecture lundi 15 février, mais ne respectant en aucune façon le vote des militants du Parti socialiste de Charente-Maritime, que ce soit sur l’ordre ou sur le nom des candidats qui ont été élus par les militants socialistes pour les représenter.
En effet, l’ordre de la liste est totalement bouleversé pour faire la part belle aux personnalités extérieures, notamment issues du Modem, parmi les candidats éligibles. Pire, des socialistes qui n’ont jamais été candidats à la candidature font leur apparition sur la liste, tandis que deux socialistes choisis par les militants en sont exclus, en contradiction totale avec nos statuts.
Pourtant, une motion avait été votée en Conseil fédéral du Parti socialiste de Charente-Maritime le 25 janvier, à une très large majorité, traduisant déjà l’inquiétude des militants et leurs exigences sur la représentation des socialistes sur la liste.

Elle posait trois conditions claires :
1. que les six premiers candidats désignés par les militants lors du vote du 3 décembre figurent parmi les onze premiers de la liste soumise aux électeurs ;
2. que l’ordre dans lequel figureront les candidats socialistes sur la liste soumise aux électeurs soit le même que celui de la liste adoptée par les militants ;
3. que l’ensemble des candidats désignés par les militants soit sur la liste soumise aux électeurs.

Aujourd’hui, malgré les engagements pris, aucune de ces conditions n’est respectée.
Aussi, nous nous considérons à compter de ce jour comme libérés du devoir de réserve que notre morale militante nous a imposé ces dernières semaines et affirmons maintenant publiquement notre position : il est pour nous inacceptable que la liste déposée lundi ne respecte pas le vote des militants.

Il reste aujourd’hui 36 h jusqu’au dépôt des listes.

Nous demandons donc solennellement à Ségolène Royal de respecter ses engagements vis à vis des socialistes.
Thierry LEPESANT (n°3 sur la liste votée le 3 décembre par les militants socialistes de Charente-Maritime pour les représenter aux élection régionales et entérinée par la Convention nationale du 12 décembre), Alain RENALDINI (n°5), Patricia DUSSAULD (n°8), Jean-Yves CERFONTAINE (n°9), Paule CURULL (n°10), Michel OLLIVIER (n°11)

Contact presse : Jean-Yves CERFONTAINE, 06 81 14 04 45

3 décembre 2009

DSK en tête du palmarès politique, devant Yade

Filed under: 13 - PS,20 - UMP — iledere @ 18:17

Il n’y a pas que les blogueurs qui surveillent les classements de notoriété pour savoir comment ils évoluent. Les hommes et femmes politiques, c’est connu surveillent leur cote dans les sondages comme le lait sur le feu. Sarkozy est accro au point d’en conseommer un tous les deux jours… Ce qui lui attire quelques ennuis.
Voici donc le dernier classement. Mais je ne suis pas sûr que cela ait une quelconque influence. Qu’en pensez-vous ?
Le directeur général du FMI détrône Rama Yade en décembre, avec 46% d’opinions positives. Nicolas Sarkozy et François Fillon perdent chacun trois points de confiance. La grande perdante est Ségolène Royal, qui chute à 28%.

Loin des yeux, près du coeur, Dominique Strauss-Kahn fait mentir l’adage.  Le socialiste conquiert en décembre la première place du palmarès des personnalités politiques, détrônant d’un point Rama Yade. C’est ce qu’annonce un sondage TNS-Sofrès Logica pour le Figaro Magazine à paraître samedi 5 décembre.
Le directeur général du FMI, présent le mois passé dans plusieurs médias hexagonaux, gagne sept points : 46% des Français souhaitent lui voir jouer un rôle important à l’avenir.
Il devance d’un point la benjamine du gouvernement (45%, +1) et le maire PS de Paris Bertrand Delanoë (42%, + 4).

Sarkozy et Fillon en baisse
En revanche, Nicolas Sarkozy (34%) et François Fillon (36%), perdent chacun trois points de confiance. 34% des personnes interrogées déclarent faire confiance au président de la République, alors qu’elles étaient 37% le mois dernier. Symétriquement, ceux qui ne lui font pas confiance passent de 60 à 63%. 3% sont sans opinion.
La perte principale subie par le chef de l’Etat (-12 points de confiance, +13 points de défiance) concerne les 65 ans et plus.
Le Premier ministre enregistre lui aussi une érosion de trois points, passant de 39% de confiants en novembre à 36% en décembre. Le taux de ceux qui ne lui font pas confiance grimpe de cinq points (54 à 59%). (more…)

11 août 2009

Ségolène Royal VS François Fillon

Filed under: 13 - PS,21 - Mensonges de Sarko — iledere @ 7:00

« Nous avons décidé de céder à votre chantage immoral »

La lettre était sèche et concise: Ségolène Royal a écrit à François Fillon pour lui signifier que sa région signerait le protocole d’accord avec l’Etat par lequel elle s’engage à co-financer la future ligne ferroviaire à grande vitesse. Faute de quoi, elle n’aura pas de ligne.
Le Figaro, qui révèle cette affaire sur son site, ne publie pas l’intégralité du courrier. Il omet notamment deux critiques : Ségolène Royal rappelle la position consensuelle obtenue localement avec les départements et les agglomérations; et elle souligne surtout que cet exemple illustre la vacuité de certaines promesses nationales du gouvernement. Les engagements écolo du gouvernement se feraient-ils sur le dos des régions, toutes (sauf une) à gauche ?

Apparemment le dossier est strictement local : l’État et la Région s’opposent sur le financement de la ligne à grande vitesse Sud-Europe atlantique. Le premier demande une participation des collectivités locales, la deuxième souhaitait une autre solution. Sans succès. Ségolène Royal s’est donc résignée à signer le protocole d’accord (l’apport de la Région au projet sera de 110 millions d’euros pour un budget total de plusieurs milliards).”

La perspective des élections régionales n’est pas pour rien dans cet affrontement sec. Le Figaro accuse la Présidente de Poitou Charente d’être “déjà en campagne“. La réciproque est vraie. François Fillon, comme la totalité du clan présidentiel, est en campagne. Et nul doute que la région Poitou Charente sera l’objet d’affrontements durs dans les mois à venir.

L’intégralité du courrier a été publié sur le site de Désir d’Avenir:

Poitiers le 31 juillet 2009

Monsieur le Premier Ministre,

Dans le cadre du financement de la ligne LGV Sud-Europe Atlantique pour laquelle le Gouvernement exige une participation des collectivités territoriales, je vous ai proposé le 19 juillet dernier une solution recueillant le consensus de tous les départements et de toutes les agglomérations du Poitou-Charentes. Vous m’indiquez dans votre courrier du 27 juillet que le Gouvernement écarte cette solution et vous demandez que la Région s’engage sur le protocole de financement. (more…)

13 juillet 2009

Ségolène n’aime pas Orelsan. Moi non plus…

Filed under: 09 - Evènement — iledere @ 10:00

FRANCOFOLIES : Orelsan : On annule « un concert qu’on n’a pas vu »

Le chanteur déprogrammé du festival des Francofolies de La Rochelle regrette l’intervention de Ségolène Royal qui aurait abouti à son éviction et assure « qu’on le fait passer pour ce qu’il n’est pas« .

Le rappeur Orelsan, a été déprogrammé du Festival des Francofolies de La Rochelle. Il a regretté lundi 13 juillet qu’on déprogramme « un concert qu’on n’a pas vu ». Voici une analyse toute en finesse ! Si on déprogramme un concert après l’avoir vu, le mal est fait non ?
Le chanteur est au centre d’une polémique après la publication d’un clip sur internet nommé « sale pute ».

Réservé aux adultes
Désireux de me faire une opinion, j’ai donc été le visionner sur dailymotion. Premier obstacle : un message de dailymotion qui précise : « contenu Inapproprié : Certains utilisateurs ont signalé ce contenu comme réservé aux adultes. Vous devez êtres inscrit et connecté pour le voir« .
Qu’à cela ne tienne, me voici inscrit et connecté et c’est parti. Je vous offre ce clip… Ecartez les âmes sensibles…

[dailymotion=http://www.dailymotion.com/swf/x8cqjd_orelsan-sale-pute_music&related=1]

Effectivement à l’écoute des paroles comment ne pas donner raison aux associations qui dénoncent une apologie de la violence envers les femmes.
Et comment une Présidente de Région qui fut Ministre déléguée à la famille pourrait-elle financer avec de l’argent public, sans se renier, une telle incitation à la violence ?
Que cet artiste se complaise dans des paroles à la vulgarité sans nom, et se montre dans un état d’imprégnation éthylique digne des si regrettables « binge drinking » c’est son droit. Qu’il hulule ensuite qu’on ne le subventionne pas, c’est autre chose. Sans doute ce jeune homme estime-t-il, à l’instar d’un Johnny Halliday que l’argent public doit servir à forger sa fortune… Raté ! (more…)

« Page précédente

Plate-forme de blogs du Parti socialiste | Propulsé par Wordress Mu | Articles (RSS) et Commentaires (RSS)
Sauf mention contraire, le contenu de cette page est sous contrat Creative Commons Creative Commons