Section socialiste de l'île de Ré
Le courage, c'est de chercher la vérité et de la dire. Jean Jaures – Psiledere@aol.com

3 octobre 2011

Popularité: Sarkozy et Fillon perdent deux points, selon un sondage

Filed under: 20 - UMP — iledere @ 12:00

Nicolas Sarkozy et François Fillon ont perdu deux points de popularité en un mois, à 33% pour le chef de l’Etat et à 44% pour le Premier ministre, selon le baromètre Viavoice à paraître lundi dans Libération.

Nicolas Sarkozy recueille 26% d’opinions plutôt positives et 7% d’opinions très positives, contre 25% d’opinions plutôt négatives et 39% d’opinions très négatives (3% ne se prononcent pas).

François Fillon recueille 34% d’opinions plutôt positives et 10% d’opinions très positives, contre 25% d’opinions plutôt négatives et autant de très négatives (6% ne se prononcent pas). Dans ce baromètre, Nicolas Sarkozy avait atteint son plus bas niveau en avril, à 29% d’opinions positives.

Dans leur ensemble, les sondés estiment à 26% qu’Alain Juppé « serait le meilleur candidat UMP » pour la présidentielle de 2012, devant Nicolas Sarkozy (21%), François Fillon (16%) et Jean-François Copé (10%). Mais Viavoice précise que chez les seuls sympathisants UMP, Nicolas Sarkozy recueille 54% de préférences contre 18% pour Alain Juppé, 15% pour François Fillon, et 6% pour Jean-François Copé.

68% des sondés pensent également que Nicolas Sarkozy va « vraisemblablement » perdre la présidentielle de 2012, contre 23% qui croient le contraire. Chez les sympathisants UMP, ceux qui croient toujours en une victoire sont 54%, indique Viavoice.

Parmi les opposants socialistes, François Hollande est toujours en tête, avec 53% d’opinions positives (-2), devant Martine Aubry (46%, +1).

Manuel Valls (34%, +4) et Arnaud Montebourg (30%, +3) enregistrent les plus fortes hausses.

Marine Le Pen stagne en avant-dernière position (22%), juste derrière Dominique Strauss-Kahn (23%, -4).

Sondage réalisé du 29 septembre au 1er octobre par téléphone auprès d’un échantillon de 1.007 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans, selon la méthode des quotas. L’institut indique que pour 1.000 interviewés, la marge d’erreur oscille de 1,8% à 3,1% selon les résultats enregistrés.

9 mars 2011

Sarkozy face au Front national, sa stratégie en trois questions

Filed under: 20 - UMP — iledere @ 6:30

Nicolas Sarkozy lors d'une réunion sur la maladie d'Alzheimer à Bordeaux, le 22 février 2011 (Régis Duvignau/Reuters).Marine Le Pen arriverait en tête au premier tour de la présidentielle, avec 23 % des intentions de vote, devant Nicolas Sarkozy et Martine Aubry à égalité (21 %), selon un sondage Harris Interactive pour Le Parisien. L’occasion de lire ou relire cette analyse de Patrick Jarreau, publiée le 1er mars.

(De nos archives) En apparence, il se défend contre la montée de Marine Le Pen dans les sondages. En réalité, il l’exploite à son profit. Sur France Inter, mardi matin, Laurent Fabius a accusé Nicolas Sarkozy de chercher à provoquer un nouveau 21-Avril en faisant délibérément monter le Front national (FN).

Le second tour de la présidentielle de 2012 serait la répétition de ce qui s’est passé en 2002 : la gauche éliminée au premier tour, les électeurs devraient choisir entre le Président sortant et Marine Le Pen de même que, il y a neuf ans, entre Jacques Chirac et Jean-Marie Le Pen.

C’est une hypothèse tout à fait sérieuse, mais qui repose quand même sur une évaluation très pessimiste de la situation de la gauche. Pour que le candidat du PS à la présidentielle arrive derrière celui du Front national, il faudrait que la gauche se disloque à un point qui paraît difficilement imaginable aujourd’hui. Sans doute Laurent Fabius évoque-t-il ce danger pour inciter les principaux candidats possibles, au PS, à ne pas s’affronter aux primaires.

Mais, proche de celle-ci, il y a une autre hypothèse, plus vraisemblable, pour expliquer la démarche de Sarkozy. Il cherche à utiliser Marine Le Pen comme serre-file et comme agent électoral.

Villepin et Borloo victimes du « vote utile »
Plus les intentions de vote pour le Front national montent dans les sondages, plus la droite est incitée à faire bloc autour de Sarkozy. Un Dominique de Villepin ou un Jean-Louis Borloo pourront difficilement justifier de faire courir à leur camp le risque d’être absent du second tour. Le Président veut ainsi bénéficier d’un mécanisme de « vote utile », d’abord dans les rangs de la majorité, ensuite parmi ses électeurs. (more…)

17 novembre 2010

64% des Français ne font pas confiance au nouveau gouvernement

Filed under: 12 - Brèves — iledere @ 12:00

Toutes tendances politiques confondues, 51% des Français, considèrent que l’entrée au gouvernement d’Alain Juppé est une « mauvaise chose ».

64% des Français ne font « pas confiance » au nouveau gouvernement Fillon nommé dimanche et ils sont 89% à penser qu’il va poursuivre la politique qui a été menée depuis l’élection de Nicolas Sarkozy à l’Elysée en 2007, selon un sondage Harris Interactive pour Europe 1.

Selon le sondage réalisé en ligne le 15 novembre, 64% des Français ne font pas confiance au nouveau gouvernement Fillon « pour mener une politique répondant à leurs attentes ». 36% lui accordent leur confiance. Départ de Borloo approuvé
89% des personnes interrogées estiment que le nouveau gouvernement va « poursuivre la politique qui a été menée depuis l’élection de Nicolas Sarkozy ». 11% disent s’attendre à une politique « différente ». 51% des Français, toutes tendances politiques confondues, considèrent que l’entrée au gouvernement d’Alain Juppé est une « mauvaise chose » (49% une « bonne chose »). Xavier Bertrand recueille 58% d’opinions négatives (contre 42%). En revanche, la présence au gouvernement de Michèle Alliot-Marie recueille 53% d’opinions favorables (contre 47%). Enfin, 72% des Français pensent que Jean-Louis Borloo a eu raison de ne pas participer au nouveau gouvernement. 28% jugent qu’il a eu tort. L’enquête a été réalisée en ligne auprès d’un échantillon de 775 personnes de plus de 18 ans représentatif de la population française (méthode des quotas).

(Nouvelobs.com avec AFP)

22 octobre 2010

Majorité révoltée

Filed under: 05 - Presse, média, Internet — iledere @ 12:00

Il est d’usage d’opposer majorités silencieuses et minorités révoltées. Au regard de cette classique opposition, qui explique en partie l’allergie de la gauche radicale aux sondages, la vigueur du soutien de l’opinion au mouvement social contre la réforme des retraites est détonante. L’enquête BVA-M6 impressionne. Pas moins de 66% des personnes interrogées se déclarent « favorables à ce durcissement du mouvement de protestation » alors que la question fait explicitement état de « grèves reconductibles » à la RATP et à la SNCF. Pour CSA-Le Parisien, ce sont 61% des Français qui seraient favorables à une « grève durable et continue ».

Toutes les enquêtes d’opinion témoignent de la popularité croissante d’une protestation qui se heurte à l’autisme du pouvoir. D’après celle de l’Ifop pour Sud-Ouest, ce sont 71% des sondés qui trouvent le mouvement du 12 octobre « justifié » et même 42% « tout à fait justifié » ! La sympathie pour la protestation est générale, mais elle est particulièrement marquée chez les jeunes, les femmes et dans les catégories populaires.

Cet exceptionnel niveau de soutien de l’opinion ne garantit pas aux syndicats de l’emporter dans leur bras de fer avec le gouvernement. Entre deux élections, Nicolas Sarkozy ne semble reconnaître que la légitimité des agences de notation financière et sa stratégie de consolidation de ses soutiens à droite lui interdit un recul qui l’exposerait à une « chiraquisation » de son image.

En face, la faiblesse de l’implantation des syndicats français dans le secteur privé réduit les possibilités d’une généralisation des grèves. Et pourtant, le climat est plus explosif que jamais. La protéiforme affaire Woerth-Bettencourt, avec ses ramifications allant de Sarkozy à Madoff, a agi comme un puissant révélateur de la vérité du régime actuel.

Henri Vacquin n’a peut-être pas tort de considérer que nous sommes aujourd’hui finalement plus proches de mai 1968 que de décembre 1995.

Eric Dupin pour son blog « les murmures d’Eric Dupin« 

5 septembre 2010

Démagogue démasqué

Filed under: 20 - UMP,21 - Mensonges de Sarko — iledere @ 12:00

Il n’est pas si facile de rouler les gens deux fois de la même façon. Parions que la gesticulation « sécuritaire » engagée cet été par Nicolas Sarkozy ne lui sera pas politiquement aussi profitable qu’escompté. Les dernières enquêtes d’opinion montrent d’ailleurs que les Français ne sont guère favorablement impressionnés par ce nouveau discours. Le président de la République ne gagne que deux misérables petits points dans le baromètre Ifop-Journal du Dimanche et reste profondément impopulaire avec seulement 36% d’électeurs satisfaits de son action. La cote de popularité de Sarkozy plonge même au plus bas selon le baromètre Viavoice-Libération.

Trois séries de raisons peuvent expliquer le faible impact de discours violents qui ont apparemment plus marqué les médias que l’opinion. La première tient à la perte de crédibilité du sarkozisme en matière de sécurité. L’exploitation éhontée des faits divers ne fait plus guère illusion. Ceux qui souffrent de l’insécurité sont les mieux placés pour mesure l’inefficacité d’une politique qui se gargarise de mots et ne cesse d’empiler des textes législatifs.

Les Français demeurent certes majoritairement acquis aux thèses « sécuritaires ». Ils sont même prêts à approuver pas mal de mesures récemment annoncées, comme l’a opportunément indiqué un sondage Ifop-Figaro. Simultanément, mais c’est moins contradictoire qu’on ne l’a dit, ils ne se font guère d’illusion sur l’efficacité de cette politique. Une enquête CSA-Marianne a mis en évidence le jugement très négatif des Français sur la lutte contre l’insécurité telle qu’elle est menée depuis huit ans.

L’offensive dite sécuritaire de Sarkozy se heure encore à la hiérarchie des préoccupations actuelles, toujours dominées par la crise et ses effets. Cette agitation a peu de chances d’occulter les problèmes économiques et sociaux. La mobilisation contre la très impopulaire réforme des retraites de cet automne, que tout annonce puissante, exprimera un mécontentement populaire profond. Le pouvoir aura bien du mal à faire diversion au moyen de polémiques sur l’insécurité dont l’intention manipulatoire est transparente.

La tentative sarkoziste ne retrouver l’oreille de la France populaire grâce à la thématique de l’insécurité et de l’immigration est enfin sérieusement handicapée par les effets durables de l’affaire Woerth. Celle-ci a eu un impact très fort dans l’opinion en établissant, de manière presque caricaturale, les liens étroits entre le pouvoir actuel et les grosses fortunes. « L’affaire Woerth réactive le contentieux entre le peuple et les élites« , a justement analysé le philosophe Marcel Gauchet. Désormais largement perçu comme protecteur des riches, Sarkozy peut beaucoup plus difficilement se grimer en défenseur des pauvres.

Par Erci Dupin pour son blog « les murmures d’Eric Dupin »

23 août 2010

Le PS séduit de plus en plus

Filed under: 13 - PS — iledere @ 12:00

Les chiffres devraient conforter la rue de Solférino. Selon un sondage Ifop pour Ouest France diffusé samedi, 51% des Français estiment que le PS assume son rôle d’opposition face au gouvernement. Sans surprise, Dominique Strauss-Kahn s’impose toujours comme le favori pour 2012.

La stratégie du PS semble plaire aux Français. C’est en tout cas ce que révèle un sondage Ifop pour Ouest France publié samedi. Selon cette étude, 51% des sondés estiment que le Parti socialiste remplit bien sa mission d’opposition face au gouvernement. Ils sont 49% à considérer que le PS est proche de leurs préoccupations. Des chiffres en demi-teinte qui peuvent néanmoins réjouir la rue de Solférino, puisque le parti gagne ainsi 11 points en l’espace d’un an sur son image d’opposant, et 8 points sur sa capacité à répondre aux préoccupations des Français.

Une satisfaction de l’opinion publique qui touche aussi les dirigeants du parti. Ils sont en effet 39% à penser que le parti possède des dirigeants de qualité (+8 points). Une avancée qui profite à Martine Aubry puisque depuis son arrivée à la direction du PS, les querelles de personnes, qui rongeaient l’opposition depuis plusieurs mois, semblent désormais connaître une accalmie.

Et, sans surprise, Dominique Strauss-Kahn reste le favori des Français pour porter les couleurs du PS à la présidentielle de 2012. Un tiers des Français le cite spontanément pour endosser cette responsabilité. Le dirigeant du FMI distance nettement Martin
e Aubry (13%) et Ségolène Royal (8%).

Mais de là à convaincre les Français jusqu’aux urnes, le chemin semble encore long. Seuls 34% des sondés estiment que le PS est porteur d’un réel projet pour la France. Le score est faible, même s’il est en hausse de sept points par rapport à l’année dernière. Reste un an et demi au parti pour convaincre les Français. Prochaine étape: l’université d’été du parti, qui s’ouvre vendredi à La Rochelle.

C.V. – leJDD.fr

9 juillet 2010

Aubry battrait Sarkozy au second tour de la présidentielle

Filed under: 12 - Brèves,13 - PS — iledere @ 17:30

Selon ce sondage, Martine Aubry serait gagnant avec 52% des  voix en 2012 (Sipa)Selon ce sondage, Martine Aubry serait gagnant avec 52% des voix en 2012 (Sipa)

La socialiste augmente d’un point son avance par rapport à un sondage réalisé en mai. Au premier tour, Marine Le Pen (FN) serait en 3e position avec 13% (+2).

Martine Aubry battrait Nicolas Sarkozy au second tour de l’élection présidentielle de 2012 avec 52% des voix contre 48%, selon un sondage CSA pour l’émission « LCP Politique matin » qui paraît vendredi 9 juillet. La socialiste augmente d’un point son avance par rapport à une étude effectuée en mai par le même institut CSA pour la chaîne LCP. Le président sortant reste de justesse en tête des intentions de vote au premier tour mais réduit sensiblement son avance (31%, – 5 points) et se trouve talonné de près par la première secrétaire du PS (30%, =).
Marine Le Pen (FN) serait en 3e position avec 13% (+2).

François Bayrou (Modem) arrive lui en quatrième position à 9% (+1), Olivier Besancenot (NPA) recueille 7% (+1) et dépasse Cécile Duflot (Europe Ecologie) 5% (=).

Marie-George Buffet (PCF) est créditée de 2,5% d’intentions de vote (-O,5) suivie par Hervé Morin (NC), testé pour la première fois par cette enquête (2%). Nathalie Arthaud (LO) ferme le bal avec 0,5% (-0,5 point). L’autre enseignement d’importance c’est le taux d’abstention, il y aurait 42% d’abstentions, bulletins blancs ou nuls.

Au second tour, Martine Aubry l’emporterait face à Nicolas Sarkozy avec 52% (+1) des suffrages. Il y aurait 37% d’abstention, votes blancs ou nuls.
Sondage réalisé par téléphone les 7 et 8 juillet 2010 auprès d’un échantillon de 809 inscrits sur les listes électorales issu d’un échantillon national représentatif de personnes âgées de 18 ans et plus, constitué d’après la méthode des quotas.

13 juin 2010

Et le prix du sondage le plus simpliste revient à…

Filed under: 20 - UMP,humour — iledere @ 12:00

Apéros Facebook, polices municipales armées, école privée, anonymat des blogueurs… Comment faire dire aux Français ce qu’on veut leur faire dire ? Ce qui rassemble les quatre sondages (de trois instituts différents) de notre présélection, c’est une même vision simplificatrice, une même tendance à ranger les « bonnes » opinions d’un côté, les « mauvaises » de l’autre, avec des partis pris méthodologiques perceptiblement plus favorables à un camp qu’à l’autre. Ceci, grâce à des biais de natures pourtant très différentes.

Quatre sondages qui tranchent de questions complexes avec un simplisme déconcertant, ça fait un bon début pour lancer le grand concours des Michu Awards. Pour ceux qui ne la connaissent pas, Madame Michu c’est le nom affectueux (ou condescendant, c’est selon) qu’on donne au sondé de base. C’est un peu la soldate inconnue du sondage.

Le biais du cadavre fumant
Voici donc les nominés.
Commençons par ce que nous appellerons « le biais du cadavre fumant », ici couplé au biais du manichéisme primaire.

1 – Sondage CSA, pour ou contre interdire les apéros Facebook après la mort du jeune Nantais (résultat 50% sont pour les interdire, 46% contre), ou comment dresser les Français les uns contre les autres, avec la complicité du Parisien qui titrait fin mai « les apéros géants Facebook divisent les Français ».

Nulle possibilité ici de choisir de les encadrer, ou d’y interdire l’alcool, ou d’autres possibilités « grises » quelque part entre le noir et le blanc.

2 – Sondage CSA, pour ou contre des flingues pour la police de proximité (56% pour, 38% contre) suite à l’assassinat de la jeune Aurélie Fouquet. Pareil, pas de nuance possible dans la réponse.

Oui je sais, ça fait deux fois CSA. Il faut dire que l’institut concourt sérieusement pour le Michu d’honneur pour l’ensemble de son œuvre (surtout si on y ajoute les sondages sur les misères privées des personnes publiques : « fallait-il parler de de l’alcoolisme Johnny ? » et, plus ancien, « Dati fille-mère, est-ce choquant, ou bien terriblement fashion ? »… les formulations sont légèrement transformées : aujourd’hui c’est spectacle, vous me pardonnerez cette liberté prise avec la rigueur sondagière qui s’impose habituellement).

De fait, l’institut doit avoir son télex branché sur l’institut médico-légal. Dès qu’un cadavre entre à la morgue, un sondage sort de chez CSA. Et dans la foulée, une proposition de loi. C’est de la politique en flux tendu, zéro stock, directement du consommateur (de l’actualité) au producteur (des lois).

Entendons-nous bien : il ne s’agit évidemment pas de minimiser la portée de ces morts. Le débat sur ce qui peut fonder l’autorité de la police de proximité est légitime et nécessaire, comme sur ce qu’implique le changement d’échelle de la convivialité publique avec les réseaux sociaux, ou l’absence d’une responsabilité identifiable.

Juste de dire qu’un débat, ça suppose des discussions, des arguments développés par différentes personnes, qui ont étudié la chose de différents points de vue. Or un sondage – tellement binaire de surcroît – à chaud, quand la stupeur est encore à son comble, ne peut que fermer le débat au lieu de le nourrir.

La stupeur, ça rend stupide, comme son étymologie l’indique. (more…)

5 juin 2010

DSK VS Sarko : Y a pas photo…

Filed under: 13 - PS,20 - UMP — iledere @ 6:30

DSK grand favori des primaires socialistes
Le directeur général du FMI recueillerait 33% des intentions de vote si les primaires socialistes avaient lieu aujourd’hui, contre 12% à Martine Aubry et 10% à Ségolène Royal.

Dix-neuf pour cent des Français inscrits sur les listes électorales affirment qu’ils iront « certainement » voter à des primaires socialistes, dont DSK sortirait grand vainqueur si elles avaient lieu dimanche, selon un sondage CSA pour LCP présenté vendredi 4 juin.

Outre ces électeurs déterminés, 24% déclarent qu’ils iront « probablement » voter à cette consultation pré-présidentielle. Soit un total de 43%.
53% sont d’un avis inverse, déclarant qu’ils n’iront « probablement » (16%) ou « certainement » (37%) pas mettre de bulletins dans les urnes socialistes. 4% ne se prononcent pas

Si ces primaires avaient lieu dimanche prochain, le directeur général du FMI Dominique Strauss-Kahn l’emporterait haut la main, avec 33% des préférences, devant la Première secrétaire du PS, Martine Aubry (12%), ou l’ex-candidate à l’Elysée, Ségolène Royal (10%), les députés François Hollande et Manuel Valls faisant jeu égal à 4%.
20% ne se prononcent pas, les abstentions, blancs ou nuls atteignant 17%.
Parmi les seuls sympathisants socialistes, 36% iront « certainement » voter à des primaires et 35% « probablement ». DSK est préféré par 35% (Royal et Aubry à égalité à 21%).

Sondage réalisé les 2 et 3 juin par téléphone auprès de 865 personnes inscrites sur les listes électorales, extraites d’un échantillon national de 1002 personnes (méthode des quotas).

La cote de Sarkozy à nouveau en baisse à 28%
Ce sont principalement les classes moyennes supérieures qui se détournent du chef de l’Etat, lequel retrouve son plus bas niveau atteint en mars dernier.

La cote de Nicolas Sarkozy est en baisse de deux points à 28% de bonnes opinions, après une petite embellie au mois de mai, dans un sondage TNS Sofres Logica pour Le Figaro Magazine publié vendredi 4 juin.
Le Premier ministre est également en baisse d’un point à 37% de confiance. 67% des personnes interrogées n’ont pas confiance en Nicolas Sarkozy et 57% en François Fillon.

Ce sont principalement les classes moyennes supérieures qui se détournent du chef de l’Etat, lequel retrouve son plus bas niveau atteint en mars dernier pour TNS Sofres Logica, selon l’institut de sondage.

Sondage effectué par téléphone du 28 et 31 mai auprès d’un échantillon représentatif de 1.000 Français en âge de voter.

(Nouvelobs.com avec Reuters)

Page suivante »

Plate-forme de blogs du Parti socialiste | Propulsé par Wordress Mu | Articles (RSS) et Commentaires (RSS)
Sauf mention contraire, le contenu de cette page est sous contrat Creative Commons Creative Commons