Section socialiste de l'île de Ré
Le courage, c'est de chercher la vérité et de la dire. Jean Jaures – Psiledere@aol.com

27 octobre 2011

Présidentielle: pourquoi le cas Sarkozy est désespéré

Filed under: 20 - UMP — iledere @ 12:00

« Sarkozy est dans la situation de Giscard avant 1981 », juge François Hollande avec gourmandise. Le parallèle des destinées entre le troisième et le sixième président de la Ve République est, en effet, assez frappant.

Tous deux ont débuté leur règne en majesté, portés par l’espérance réformatrice et osant une magnanime ouverture, pour finir sous une pluie de critiques et d’affaires compromettantes. Nicolas Sarkozy a même curieusement fait référence à Giscard en reprenant récemment à son compte la formule du « bon choix » de 1978.

Le candidat socialiste fraîchement désigné, et investi ce samedi par son parti, se présente d’ores et déjà comme « le prochain Président ». Ce n’est peut-être pas très inspiré, tant les électeurs ne goûtent guère ceux qui semblent excessivement confiants en leur victoire.

Mais il faut bien admettre qu’en cet automne le cas du candidat Sarkozy paraît assez désespéré.

1. Aucun Président gouvernant n’a jamais été réélu
On le répète, tous les Présidents qui ont sollicité un nouveau mandat ont été réélus, à l’exception de Valéry Giscard d’Estaing. Rien ne serait plus facile que d’être reconduit à l’Elysée. A y regarder de plus près, un tout autre éclairage s’impose. Sous la Ve République, aucun Président sortant en phase avec la majorité gouvernante n’a jamais encore réussi à être réélu.

  • en 1965, le général de Gaulle fut le premier président à être élu au suffrage universel direct. En 1958, il avait seulement été désigné par un collège de « grands électeurs ». Et lorsqu’il a mis sa responsabilité en jeu quatre ans plus tard, lors du référendum de 1969, il a été battu et a quitté le pouvoir ;
  • Georges Pompidou est mort trop tôt (1974) pour tenter une quelconque réélection ;
  • Giscard, on le sait, a échoué en 1981 ;
  • quant à François Mitterrand et Jacques Chirac, ils ont été réélus (respectivement en 1988 et 2002) comme présidents de cohabitation. Ils avaient perdu le contrôle de la majorité parlementaire et ne conduisaient plus l’action gouvernementale.

Si Sarkozy parvenait à se faire réélire en 2012 après avoir piloté lui-même les affaires du pays pendant cinq ans, ce serait une première.

2. Aucun Président n’a jamais été aussi impopulaire
C’est le lot habituel des gouvernants que d’essuyer l’impopularité. Chaque Président a connu des périodes de désamour avec les Français plus ou moins longues.

De Gaulle n’a vraiment irrité le pays qu’en 1963, lors de la grande grève des mineurs. Pompidou a vécu un septennat avorté mais paisible. La cote de Giscard n’a basculé dans le rouge qu’aux alentours de 1977 puis dans les derniers mois de son septennat.

Mitterrand, lui, a été rejeté pendant une longue période, de 1983 à 1986, pour cause de « rigueur » mal digérée. Et Jacques Chirac fut impopulaire des grandes grèves de décembre 1995 à la fin 1997.

Mais Sarkozy explose tous les records. Selon le baromètre historique de l’Ifop (la même question est posée pour tous les Présidents depuis 1958), il décroche haut la main le pompon de l’impopularité.

L’actuel Président a réussi la prouesse de susciter plus de « mécontents » que de « satisfaits » tous les mois depuis janvier 2008 ! Déjà presque quatre ans d’impopularité continue.

Sarkozy a même très souvent rencontré l’hostilité de deux Français sur trois. Aux dernières nouvelles, seulement 32% des sondés s’en disent « satisfaits » contre 67% de « mécontents ».

Pour mémoire, en septembre 1980, Giscard venait tout juste dans basculer dans un solde négatif avec 41% de « satisfaits » et 42% de « mécontents ».

3. Aucun Président sortant n’a jamais eu aussi peu d’intentions de vote
A sept mois d’une élection présidentielle, il ne faut évidemment pas prendre les enquêtes d’intentions de vote au pied du chiffre. La campagne n’a pas encore joué ses effets. Elles n’en indiquent pas moins un point de départ à prendre en considération. Là encore, le cas Sarkozy est de nature à susciter la compassion.

Trois sondages récents (enquête BVA, enquête CSA, enquête Ifop) le donnent largement devancé par Hollande (35 à 39% contre 23 à 25%) au premier comme au second tour (60 à 64% pour Hollande) de la présidentielle. Rien à voir avec la situation de ses devanciers.

En octobre 1980, la Sofres attribuait encore 57% des intentions de vote à Giscard pour le second tour. Mitterrand fut très tôt le favori de l’élection de 1988. Contrairement à ce que l’on prétend parfois, les enquêtes d’opinion furent très partagées sur les chances respectives de Lionel Jospin et de Jacques Chirac avant que ne s’engage la campagne de 2002.

Il est sans précédent pour un président sortant, bénéficiaire des avantages de la fonction et pouvant même prétendre à quelques succès au plan international, d’être aussi bas dans les intentions de vote à sept mois du scrutin.

Il n’est certes jamais impossible de remonter la pente. La campagne de 2012 ne manquera pas d’être riche en péripéties et rebondissements. Mais il faudra à Sarkozy une chance et un talent extraordinaires pour redresser une situation aussi compromise.
Cela tombe bien : lui-même est intimement persuadé de posséder l’une comme l’autre.

Par Eric Dupin pour son blog
Article également publié sur Rue89.

2 réponses à “Présidentielle: pourquoi le cas Sarkozy est désespéré”

  1. revizor dit :

    Ne vous laissez pas étourdir par les sondages.
    En 1995 les sondages élisaient Balladur, en 2002 ils élisaient Jospin et en 2007 ils élisaient Ségolène ROYAL.
    De plus la crise joue de plus en faveur de la droite qui tire profit de la situation en Grèce , en Espagne et au Portugal où les gouvernements socialistes mènent des politiques d’austérité qui font apparaître Nicolas SARKOZY pour un dangereux gauchiste.

  2. serge dit :

    Mais attention aux « coups bas » de l’élyséen, on ne peut ignorer qu’il n’est capable que du pire.
    Il ne faut pas oublier que c’est un disciple de Charles Pasqua.

Laisser un commentaire

Plate-forme de blogs du Parti socialiste | Propulsé par Wordress Mu | Articles (RSS) et Commentaires (RSS)
Sauf mention contraire, le contenu de cette page est sous contrat Creative Commons Creative Commons