Section socialiste de l'île de Ré
Le courage, c'est de chercher la vérité et de la dire. Jean Jaures – Psiledere@aol.com

5 août 2011

Aubry attaque un blogueur de 71 ans : gentil papi ou vieux facho ?

Francis NériQui est vraiment le blogueur retraité que Martine Aubry poursuit en justice ?

Martine Aubry est sans cœur, méchante, cruelle et pratique la justice de classe : telle est la conclusion que la « droitosphère » et la « fachosphère » (on distingue, mais ces derniers temps, on a parfois du mal à trouver des différences) ont tiré après l’annonce que la candidate à la Primaire du PS avait décidé de poursuivre en justice un blogueur retraité de 71 ans.

Martine Aubry et son mari, Jean-Louis Brochen, font reproche à ce blogueur d’avoir repris à son compte les pires rumeurs courant à leur sujet. Ils le poursuivent donc en justice (pour diffamation ET atteinte à la vie privée). Rendez-vous est fixé le 12 septembre prochain au Palais de justice de Paris. (ICI les faits)

Bien évidemment, ce matin, suivant la formule consacrée, « Internet s’est enflammé », « droitosphère » et « fachosphère » faisant cause commune pour défendre M. Néri, le blogueur poursuivi par Martine Aubry.

Les éléments de langage des défenseurs du malheureux retraité victime de la méchante Aubry sont quasi-identiques (réflexe identitaire ?). En substance : la candidate à la Primaire socialiste s’en prend à un pauvre retraité peu fortuné et ça, c’est vraiment méchant, c’est la lutte du pot de terre contre le pot de fer, c’est encore la preuve qu’il existe une justice de classe et patati et patata… Tous ces arguments ont été avancés par M. Néri lui même sur son blog : « je n’ai pas les possibilités financières, ni les compétences pour faire face aux moyens d’une personne dirigeante du puissant Parti socialiste et qui brigue les plus hautes fonctions de la république. J’habite un HLM, avec tous les problèmes qui y sont posés en terme de relations, j’ai une modeste pension de retraite qui suffit tout juste à nos dépenses et les sommes réclamées en dédommagement me semblent, personnellement, exorbitantes. Alors s’il faut se rendre à Paris en septembre pour être de toutes façons condamné, car je ne serai pas prêt, je préfère rester chez moi pour éviter des frais de déplacement et d’avocat. » Vite, un mouchoir…

Sauf que… (more…)

29 juin 2011

La mauvaise foi (flagrante) de Marine Le Pen

Filed under: 09 - Evènement — iledere @ 12:00

Depuis 15 ans que j’enquête et que j’écris sur les extrémistes, j’ai eu l’occasion de croiser toutes sortes de démagogues, prêts à tout pour ne pas répondre à une question, s’arranger avec la vérité des faits et manier le procès d’intention, mais la prestation de Marine Le Pen hier soir dans « Des paroles et des actes » a battu quelques records…

1) Après avoir prétendu que toutes les accusations de « racisme et xénophobie » lancées contre le Front national étaient pure « invention », elle a semblé bien embarrassée que je montre à la caméra un extrait du site du Front national consacré à la défense, où il est écrit : «  Faute de crédits, non seulement il est impossible de recruter beaucoup d’engagés, mais il devient de plus en plus difficile d’avoir un recrutement de qualité. 20 % des nouvelles recrues sont désormais issues de l’immigration originaire du monde musulman. »

Voici le lien : http://www.frontnational.com/?page_id=1153

Et la capture d’écran au cas où les équipes du FN seraient tentées d’effacer ou de réécrire ce passage, très éclairant : (more…)

3 avril 2011

Un conseiller de Sarkozy veut supprimer le RSA aux chômeurs pour stopper « l’assistanat »

Filed under: 10 - Chronique de la haine ordinaire,20 - UMP — iledere @ 6:30

Très proche du Président de la République, Patrick Buisson évoque la suppression du revenu de solidarité active (RSA qui a succédé au RMI) pour les demandeurs d’emploi…

L’hebdomadaire Paris-Match sorti ce vendredi matin consacre un article au « stratège du chef de l’Etat » : Patrick Buisson, l’un des plus écoutés des conseillers de Nicolas Sarkozy (lire ici le très bon portrait que lui a consacré Le Monde).

Intitulé « Rencontre avec l’éminence grise de Sarkozy », l’hebdomadaire entend dans une pleine page faire décrypter la nouvelle géographie électorale après le poussée du Front National aux dernières cantonales par Patrick Buisson. Lequel dénonce le « prolophobie des élites » et affirme notamment: « Le front républicain est d’abord un réflexe de classe et de caste ». Ce qu’une partie de la droite appréciera sans doute.

Il est aussi expliqué dans cet article comment Patrick Buisson, ancien directeur de « Minute » et « Valeurs Actuelles », compte reconquérir l’électorat perdu par l’UMP depuis 2007 grâce à un « plan de bataille », autour de trois axes : l’immigration (« beaucoup de fermeté »), l’identité nationale et le pouvoir d’achat. Est citée par Paris-Match  « une grande loi de réhabilitation du travail » qui  « lutterait contre l’assistanat en réservant, par exemple, le RSA et le RMI (sic) à ceux qui ont un travail ».

Passons sur le fait que le RMI n’existe plus depuis deux ans : la seule proposition de supprimer le revenu de solidarité active (RSA) aux chômeurs devrait légitimement en émouvoir quelques uns. D’autant que le RSA avait été promu par Martin Hirsch, lorsque celui-ci était haut commissaire aux solidarités actives contre la pauvreté au sein du gouvernement de… François Fillon au début du quinquennat de… Nicolas Sarkozy.

Par SudOuest.fr

2 avril 2011

Communiqués Les éducateurs contre les thèses de l’extrême-droite

Filed under: 20 - UMP — iledere @ 12:00

Dans une déclaration commune diffusée à la presse, les secrétaires généraux de l’UNSA Education, du Sgen-Cfdt, de la FSU et de la Ferc-Cgt rappellent que les valeurs républicaines sont incompatibles avec les thèses de l’extrême-droite.

Le texte indique notamment que « l’extrême-droite bafoue les valeurs républicaines, l’égalité et le vivre ensemble, méprise la fraternité. Par sa proximité avec des courants religieux intégristes, par son histoire hostile à la République, elle a constamment combattu la laïcité qu’elle cherche à instrumentaliser dans son combat raciste. »

Les éducateurs contre les thèses de l’extrême droite
Personnels de l’éducation, nous enseignons la coopération et l’échange ; nous travaillons pour l’éducation et l’émancipation de tous les jeunes. C’est pourquoi nous ne pouvons rester passifs face à la montée des thèses de l’extrême-droite.

Ces thèses n’ont pas leur place à l’École. L’extrême-droite est porteuse de haine et n’a de cesse d’user des amalgames inacceptables comme celui de l’immigration et de l’insécurité. Elle s’appuie sur les conséquences de la crise économique et sociale qui creuse les inégalités et accroît les injustices sociales pour désigner des boucs émissaires et dresser les citoyens les uns contre les autres. Elle met ainsi en péril la cohésion de la société. Repli sur soi et refus de l’autre et de ses différences, négation du progrès individuel ou collectif, résistance aux mouvements d’émancipation des femmes et des luttes contres les discriminations n’ont pas leur place dans l’École que, jour après jour, nous voulons bâtir.

L’extrême-droite bafoue les valeurs républicaines, l’égalité et le « vivre ensemble », méprise la fraternité. Par sa proximité avec des courants religieux intégristes, par son histoire hostile à la République, elle a constamment combattu la laïcité qu’elle cherche à instrumentaliser dans son combat raciste. Les villes dirigées par l’extrême-droite ont été des « laboratoires » où ont été appliquées des politiques de stigmatisation, de division, de haine contre des populations mais aussi contre la liberté culturelle.
Éducateurs, nous faisons vivre au quotidien les valeurs républicaines ; syndicalistes, notre combat est animé par les valeurs de solidarité et de justice sociale. Ces valeurs sont incompatibles avec les thèses d’extrême droite incarnées en particulier par le Front National. Comme éducateurs, comme syndicalistes, comme défenseurs intransigeants d’un service public laïque d’éducation ouvert à tous, nous entendons nous y opposer avec la plus grande détermination.

Thierry Cadart, secrétaire général du Sgen-Cfdt
Patrick Gonthier, secrétaire général de l’UNSA Education
Bernadette Groison, secrétaire générale de la FSU
Richard Béraud, secrétaire général de la Ferc-CGT

Déclaration commune du 30 mars 2011.

30 mars 2011

Les statistiques un peu floues du bon docteur Guéant

Filed under: 01 - Etudes et analyses,21 - Mensonges de Sarko — iledere @ 6:30

(Dessin : Louison)Selon le ministère de l’Intérieur, le FN a obtenu 11,75% des voix. Mais l’Ifop lui donne un score de plus de 35%. Les écologistes et le Front de gauche ont vu aussi leur score minoré. Le tout à cause d’une subtile méthode de calcul.

Quel est le score réel du FN ? Officiellement, le ministère de l’Intérieur a annoncé un chiffre de 11,57% au plan national pour le parti. Ce qui a permis à Guéant d’évoquer une « certaine stabilité politique » au soir du second tour. A l’inverse, l’Ifop annonce le score de 35,8% pour le Front. Comment obtient-t-on cette différence ? Le problème est que la Place Beauvau compte le nombre de voix obtenues par le parti dans les 402 cantons où il se présentait au second tour par rapport à l’ensemble des voix exprimées dans les 1566 cantons en jeu dimanche.

A l’inverse, l’institut de sondage a pris comme base les seuls cantons avec un candidat FN (moins les triangulaires soit 394 cantons) et a calculé ainsi un score plus précis du parti de Marine le Pen. Le même problème s’était posé au premier tour : le Ministère de l’Intérieur annonçait 15% pour le FN sur les 2026 cantons alors que le parti de Marine Le Pen n’était présent que près de 1500 cantons. EN faisant la péréquation, on retrouvait le score de 20-21% obtenu en ce moment dans les sondages par le Front national. Mais les critiques émises à l’issue de la première soirée électorale avaient glissé sur le plumes du canard Guéant.

Car, dans sa logique, ce qui compte, c’est donc le nombre de voix globales et non le score moyen des candidats dans les cantons où leur parti se présentait. Pour contrer ce biais, le FN avait tenté de présenter le maximum de candidats, histoire de gonfler ses muscles lorsque les résultats sont annoncés à 20 heures. Mais il n’était parvenu qu’à présenter des candidats dans près de 1500 des 2026 cantons. Et la méthode de calcul du Ministère de l’Intérieur nuit à tous les « petits » partis qui étaient présents dans peu de cantons. (more…)

29 mars 2011

La chute d’Isabelle Balkany, prémices d’une recomposition à droite ?

Filed under: 20 - UMP — iledere @ 6:30

 Effet papillon ? La défaite d’Isabelle Balkany, l’amie fidèle de Nicolas Sarkozy et marraine de son fils Jean, sonne comme un coup de tonnerre dans les Hauts-de-Seine. Dans ce bastion historique de la Sarkozie, l’épouse du député-maire UMP de Levallois-Perret, Patrick Balkany, pourtant arrivée en tête au premier tour, a été battue par le candidat divers droite : Arnaud de Courson.

Après 22 années au conseil général des Hauts-de-Seine, Isabelle Balkany convoitait le poste de président de l’assemblée départementale. Elle le touchait presque après avoir patiemment et soigneusement tramé une véritable conspiration pour faire tomber l’actuel président, l’ancien ministre Patrick Devedjian. Contre toute attente , c’est elle qui reste à terre.

Signe qu’il se passe vraiment quelque chose dans les Hauts-de-Seine, Arnaud de Courson de la Villeneuve a célébré sa victoire sur le parvis de l’Hôtel de ville de Neuilly dont le maire divers droite, Jean-Christophe Fromantin a également nettement battu (70,23%) la candidate UMP Marie-cécile Ménard.

Dimanche soir, dans un communiqué Mme Balkany “prenait acte” du résultat du second tour qui selon ses dires, “l‘affecte profondément“. Avec une certaine aigreur la conseillère générale sortante estimait que son adversaire, M. de Courson, a tiré profit “d’une alliance contre nature de la gauche et de l’extrême droite“.

On ne manquera pas du côté de l’Elysée d’analyser très finement les raisons de cet échec improbable. Le résultat confirme les craintes de certains membres de la majorité qui s’alarment depuis plusieurs mois de l’effondrement de la base électorale de l’UMP et surtout du rejet dont est victime le chef de l’Etat.

Hier contre-productif dans la bouche de la gauche, le TSS (Tout Sauf Sarkozy) semble prendre racine chez les électeurs de droite. Dans ce qui ressemble à un mouvement de balancier, les déçus du Sarkozysme semblent désormais prêts à faire crédit à une droite classique, modérée, dont ils dénonçaient hier encore la tiédeur. (more…)

23 mars 2011

Face à l’extrême droite, la triple faute de l’UMP

Filed under: 20 - UMP — iledere @ 6:30

La confusion qui règne dans la majorité présidentielle au lendemain du premier tour des élections cantonales est inquiétante. Face à la nette progression du Front national et à la concurrence directe qu’il exerce désormais sur l’électorat de droite, l’UMP semble, en effet, ne plus savoir à quel saint ou à quelle stratégie se vouer.

Depuis le soir du premier tour, dimanche 20 mars, on aura tout entendu ou presque sur l’attitude à adopter dans les quelque 200 cantons où le second tour se jouera entre la gauche et le FN. Fixée depuis plusieurs jours par le chef de l’Etat lui-même, la consigne semblait claire : « Ni FN ni front républicain. » Le secrétaire général de l’UMP, Jean-François Copé, l’a confirmé en récusant toute perspective de « front républicain » avec la gauche pour faire barrage au FN et en laissant les électeurs « libres de leur choix ».

A peine énoncée, pourtant, cette position a été contestée de tous côtés. Les centristes Jean-Louis Borloo ou Jean Arthuis ont clairement indiqué que « pas une voix » ne doit aller au Front national, quitte à voter socialiste au second tour. Les ministres Valérie Pécresse et Nathalie Kosciusko-Morizet ont dit la même chose. En revanche, François Baroin a suggéré l’abstention et Xavier Bertrand le vote blanc. Finalement, le premier ministre lui-même a fait entendre sa différence. François Fillon a appelé les électeurs UMP à « voter contre le Front national », ce qui contredit la liberté de vote laissée par M. Copé.

Le « ni FN ni PS » prôné par MM. Sarkozy et Copé constitue, en réalité, une triple faute – l’embarras de beaucoup, à droite, en témoigne. Une faute tactique, d’abord. La cacophonie de ces dernières heures n’est guère de nature à remobiliser les électeurs de droite qui ont boudé soit les urnes, soit les candidats de la majorité présidentielle. Cet affolement perceptible ne peut que réjouir la présidente du FN.

Une faute politique et idéologique, ensuite, tant cela revient à se situer sur le terrain choisi par le FN et à lui donner raison. Etre prêt à toutes les ambiguïtés pour ne pas désespérer les électeurs tentés par le vote d’extrême droite, c’est admettre que l’on a échoué à les convaincre par la politique conduite depuis quatre ans. Récuser tout soutien à un candidat du PS pour ne pas prêter le flanc à l’accusation de « connivence », c’est reconnaître l’efficacité du réquisitoire démagogique martelé par Mme Le Pen contre l' »UMPS ». Et céder à l’intimidation. (more…)

21 mars 2011

Cantonales : l’UMP dit non au front républicain contre le FN

Filed under: 09 - Evènement — iledere @ 6:30

Graphique : le résultats des élections cantonales 2011Moins d’un électeur sur deux a voté. Le FN atteint presque le score de l’UMP, loin derrière le PS. Revivez la soirée sur Rue89.

En bref
Pour éviter les triangulaires, le gouvernement avait remonté de 10% à 12,5% des suffrages des électeurs inscrits le seuil pour être présent au second tour. Cela n’a pas suffit à dissimuler la forte poussée du FN au premier tour des cantonales, qui dépasse ce dimanche soir les 14%, contre 16% pour l’UMP et 25% pour le PS.

A gauche du Parti socialiste, le Front de Gauche emmené par Jean-Luc Mélenchon frôle la barre des 10% et son pari d’« un score à deux chiffres », même si le ministère de l’Intérieur s’est refusé à additionner les scores du PCF et du Parti de Gauche. Pas d’« effet Fukushima » en revanche pour Europe-Ecologie – Les Verts, qui peine à dépasser les 7%. Surtout, l’abstention s’affiche à un taux record : 55%.

Moins de triangulaires donc, mais le Front national sera très présent au second tour, dimanche prochain : 52 duels se profilent notamment entre le PS et FN. Se repose alors la question d’un front républicain pour faire barrage aux candidats frontistes.

Le nouveau secrétaire général du parti présidentiel, Jean-François Copé, a rejeté toute « alliance avec l’extrême droite », mais ne réclame pas « non plus de front républicain » ! Le PS se veut plus clair, à l’image de l’ancien premier secrétaire, François Hollande, qui a appelé à « faire barrage au FN » et à voter, le cas échéant, « pour le candidat UMP ».

« La crise libyenne sauvera peut-être Nicolas Sarkozy d’une humiliation électorale », titrait ce dimanche le Guardian. Non seulement il n’en est rien pour ces cantonales, mais en plus la formation politique du Président pyromane continue de jouer avec la flamme du Front national.

J.M.

18 mars 2011

« Immigration incontrôlée » : tollé après une phrase de Guéant

Filed under: 20 - UMP — iledere @ 12:00

Le ministre de l'intérieur, Claude Guéant, lors d'une visite du centre de commandement et de vidéoprotection de la préfecture de police, le 11 mars.Le ministre de l’intérieur, Claude Guéant, lors d’une visite du centre de commandement et de vidéoprotection de la préfecture de police, le 11 mars.

« Les Français, à force d’immigration incontrôlée, ont parfois le sentiment de ne plus être chez eux, ou bien ils ont le sentiment de voir des pratiques qui s’imposent à eux et qui ne correspondent pas aux règles de notre vie sociale. » En énonçant cette phrase au micro d’Europe 1, jeudi 17 mars, Claude Guéant savait-il qu’elle allait générer une polémique ?

La phrase est prononcée dans un contexte de montée du FN, de durcissement de la loi sur l’immigration et de polémique autour du débat identitaire sur la laïcité et l’islam. Elle traduit la position difficile de la majorité, obligée d’évoquer une « immigration incontrôlée » pour justifier la nécessité d’un débat sur cette question, au risque de porter préjudice à son propre bilan en matière d’immigration depuis 2002. La gauche a immédiatement fustigé la vision du nouveau ministre de l’intérieur et ex-secrétaire général de l’Elysée. (more…)

Page suivante »

Plate-forme de blogs du Parti socialiste | Propulsé par Wordress Mu | Articles (RSS) et Commentaires (RSS)
Sauf mention contraire, le contenu de cette page est sous contrat Creative Commons Creative Commons